Le diabète en six questions

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le diabète est en voie de devenir « l’épidémie » du siècle. Si la tendance se maintient, d’ici l’an 2025, la population atteinte de cette maladie chronique incurable aura doublé. Êtes-vous en mesure de lui faire front? Faites le test!

Le diabète en six questions

1. Le Québec compte 550 000 diabétiques dont près de la moitié ignorent leur condition? Vrai ou faux?

VRAI – Parmi les 550 000 Québécois diabétiques, 225 000 (soit 40 %) n’ont pas encore été diagnostiqués. En plus des graves conséquences qu’il peut entraîner sur la santé générale et la qualité de vie de ceux qui en sont atteints, le diabète coûte environ 2 milliards de dollars chaque année à la société québécoise. La majorité des cas de diabète (90%) sont de type II, aussi appelé diabète « sucré ». Il survient à l’âge adulte et se caractérise par un manque ou une mauvaise utilisation de l’insuline, cette hormone produite par le pancréas qui permet au glucose (sucre) présent dans les aliments d’être utilisé comme carburant par les cellules de notre corps.

2. À part le diabète de type II, il existe deux autres types de diabète. Vrai ou faux?

VRAI – Le diabète de type I se manifeste à l’enfance ou à l’adolescence et implique le fait que le pancréas ne produit pas d’insuline. Le troisième type de diabète est appelé « diabète gestationnel » ou « de grossesse » et il apparaît dans 2 à 4% des grossesses, vers la fin du deuxième ou au troisième trimestre. Il survient lorsque la production d’hormones du placenta entrave le travail normal de l’insuline. S’il est bien contrôlé par une alimentation saine et de l’exercice physique (si nécessaire, par des injections d’insuline), il disparaît dans 90% des cas après l’accouchement.

3. Le diabète se reconnaît facilement puisque ses symptômes se manifestent de la même façon chez toutes les personnes atteintes. Vrai ou faux?

FAUX – Les principaux symptômes du diabète – fatigue, somnolence, augmentation du volume des urines, soif intense, faim exagérée, amaigrissement (diabète de type I), prise de poids (diabète de type II), vision embrouillée, cicatrisation lente et picotements aux mains et aux pieds – ne se manifestent pas de la même façon chez les personnes atteintes. Ils peuvent être très légers et passer pour des malaises sans gravité pendant des années. Parmi l’éventail de ces symptômes, un diabétique peut n’en présenter qu’un ou deux (avec un degré d’intensité variable d’une personne à l’autre) et parfois même n’en avoir aucun. D’ailleurs, lorsque surviennent les premiers signes du diabète, il y a de fortes chances que la maladie ait fait son oeuvre depuis plusieurs années (cinq ans en moyenne). Afin de déterminer si vous êtes diabétique, votre médecin doit vous faire prendre une prise de sang. Il est fortement recommandé de passer un test de dépistage du diabète tous les trois ans, à partir de l’âge de 40 ans. Depuis quelques années, la maladie tend à éclore plus tôt que la quarantaine chez les populations à risque.

4. Environ 30% des diabétiques connaîtront des complications handicapantes, parfois même mortelles. Vrai ou faux?

VRAI – Le diabète est l’une des premières causes de cécité, d’amputations non-traumatiques, d’insuffisance rénale et d’impuissance. Il augmente aussi considérablement les risques de maladies cardiovasculaires et d’accidents cérébraux. Seule la prise en main de son diabète peut prévenir ces sérieuses conséquences.

5. La cause réelle du diabète est bien connue. Vrai ou faux?

FAUX, mais…- Si la cause réelle du diabète demeure toujours inconnue, certains facteurs qui contribuent à son déclenchement sont mis au jour. L’hérédité (avoir un proche parent diabétique/ être ou avoir des ancêtres autochtones, hispanophones d’Amérique, asiatiques ou de populations d’origine africaine semble augmenter vos risques) et le manque d’activitéphysique font augmenter vos chances de devenir diabétique. Certaines études tendent aussi à démontrer qu’une alimentation riche en gras représenterait un facteur de risque additionnel.

6. Seuls les médicaments et les injections d’insuline peuvent contrôler le diabète. Vrai ou faux?

FAUX – Les médicaments (antidiabétiques oraux) et les injections d’insuline s’avèrent nécessaires dans certains cas. Lorsque le pancréas ne fournit pas assez d’insuline, les injections sont indispensables. Les antidiabétiques oraux augmentent pour leur part la production d’insuline ainsi que l’efficacité de l’insuline présente dans le sang. Ils bloquent aussi la fuite du sucre des aliments vers le sang. Dans d’autres cas, le diabétique peut contrôler sa maladie en modifiant son hygiène de vie : manger sainement (trois repas équilibrés par jour, des aliments moins gras, moins sucrés, moins salés, des portions adaptées à ses besoins, repas et collations pris selon un horaire régulier), s’adonner à de l’exercice physique régulièrement et perdre du poids (une perte de poids modérée et maintenue de 10% seulement peut avoir un effet bénéfique sur la santé).

Quelques liens pertinents :
Diabète Québec
www.diabete.qc.ca
Diabète Rouyn-Noranda
www.cf.geocities.com/diabete_rouyn_noranda
Association canadienne du diabète
www.diabetes.ca
Association américaine du diabète
www.diabetes.org
Diabète Estrie
www.diabete-estrie.ca
Groupe Glucomaître
www.drsamuel.cyberquebec.com
Centre Hospitalier

Baie-des -Chaleurs
www.chbc.qc.ca

Extenso
www.extenso.org
Association du diabète Laval
www.diabetelaval.qc.ca
Ordre professionnel des diététistes

du Québec
www.opdq.org

Diabète Rive-Nord
www.diabeterivenord.org
PasseportSanté.Net
www.passeportsante.net
Le club des jeunes diabétiques de l’Outaouais
www.jeunesdiabetiques.qc.ca

Vidéos les plus populaires