Diabète: 4 choses à éviter en cuisine

Cuisiner ne devrait pas être une corvée, même si l’on est soumis à des restrictions alimentaires. Les quelques idées qui suivent vous aideront à cuisiner avec passion et plaisir, même si vous avez le diabète.

Diabète: 4 choses à éviter en cuisine

Apprendre qu’on a le diabète peut bouleverser ses habitudes alimentaires et changer sa façon de cuisiner. En conséquence, la préparation des repas peut prendre du temps. C’est pourquoi il est important de ne pas se décourager, mais de voir les choses du bon côté, insiste Mary Sue Waisman, diététicienne basée en Nouvelle-Écosse et auteur du livre Dietitians of Canada cookbook Cook! 275 Recipes Celebrate Food from Field to Table. «Lorsque vous cuisinez, vous choisissez vous-même vos aliments. Cet aspect fondamental de la cuisine donne aux gens le plein contrôle», affirme-t-elle.

En somme, le plus important pour une personne diabétique est de maintenir stable son taux de sucre dans le sang et de consommer suffisamment d’éléments nutritifs. Cela veut dire, d’une part, que l’indice glycémique de vos repas devrait être faible afin d’éviter que votre taux de sucre ne monte en flèche et, d’autre part, que vos aliments devraient être riches en éléments nutritifs tels que des vitamines, des minéraux, des antioxydants et des fibres tout en contenant de faibles quantités de sucre, de sel et de gras.

«Mettez de la couleur dans votre assiette, c’est-à-dire beaucoup de légumes variés et de grains entiers, le tout servi dans des portions appropriées», dit-elle.

Pour y parvenir, il vous suffit de suivre les recommandations suivantes, elles vous permettront de préparer de savoureux repas tout en ayant du plaisir.

Éviter de préparer différents repas

«Si vous avez le diabète, préparer le repas est une excellente occasion pour toute la famille de manger santé», explique-t-elle. Profitez de votre nouveau régime alimentaire pour inviter toute la famille à participer à la sélection des aliments et à la préparation des repas. «C’est l’occasion idéale d’acquérir des habiletés en cuisine et de les garder pour la vie», ajoute-t-elle.

Faites les meilleures sélections d’aliments possibles

«Je recommande aux gens d’opter pour une alimentation la plus naturelle qui soit, c’est-à-dire de sélectionner des aliments ayant subi le moins de transformations possible», explique l’auteur. Remplissez votre garde-manger d’aliments sains, de cette manière vous aurez toujours à la portée de la main de quoi faire un repas santé. «À mon avis, si vous avez des haricots secs, des grains entiers et du lait évaporé, par exemple, vous pouvez vous en servir de bien des façons.», dit-elle.

Éviter les produits étiquetés «multigrains»

Nombre de produits de pains et de céréales portant l’étiquette «multigrains» ne sont pas forcément synonymes d’«aliments santé». Le terme «multigrains» signifie plusieurs types de grains et pas forcément des grains entiers, met en garde la spécialiste. «Ce sont probablement des grains transformés», précise-t-elle. Il faut plutôt chercher la mention «entiers» comme dans grains entiers ou blé entier. «De cette manière, vous pouvez être sûr d’obtenir tous les éléments nutritifs contenus dans le germe, l’endosperme et l’enveloppe de chaque grain et d’en tirer ainsi tous les bienfaits».

Sélectionnez avec soins les viandes

Lorsque vous achetez de la viande, sélectionnez des coupes maigres, donc sans gras visible et comportant le moins de persillages possible, ou celles qui sont faibles en gras comme un rôti de ronde ou une pointe de surlonge. «Évitez de consommer des rôtis de côtes et des viandes hachées riches en gras ainsi que les viandes salées comme les saucissons et les charcuteries, explique l’auteur. Quant à la volaille, il est préférable d’acheter des viandes sans peau».

Réduisez votre apport en sodium

Elle suggère de faire des provisions de lentilles et de haricots en conserve: «ces légumineuses se marient bien avec toute une variété d’aliments et ne coûtent presque rien», dit-elle. Donc, si vous achetez des légumineuses en conserve (ou d’autres aliments en conserve auxquels du sel est ajouté), assurez-vous de les rincer. «Il faut les rincez plusieurs fois afin d’éliminer l’excédent de sel qui parfois peut atteindre 40 %», explique-t-elle.

Faites des provisions de fines herbes et d’épices

«Vous pouvez compenser la réduction de sel, de sucre et de matière grasse et rehausser la saveur de vos plats avec toute une variété de fines herbes et d’épices. Laissez libre cours à votre imagination!», dit-elle. Voici quelques-unes de ses suggestions: carottes cuites à la vapeur assaisonnées de cumin et de poudre de chili; haricots verts et muscade; asperges et zeste de citron; fraises fraîches et vinaigre balsamique et poivre noir fraîchement moulu.

Évitez les grosses portions

«En Amérique du Nord, nous sommes habitués, dit-elle, à consommer de grosses portions. Je ne cesse de le répéter». Servez-vous de petites portions à la fois et mangez jusqu’à ce que vous soyez rassasié plutôt que de remplir votre assiette à ras bord et de tout engloutir.

Employez les meilleures méthodes de cuisson

Si vous possédez une poêle à frire, il est peut-être temps de vous en débarrasser. «Employez les meilleures méthodes de cuisson, c’est-à-dire celles qui vous aident à réduire la quantité de gras de vos plats tout en leur donnant de la saveur, dit-elle. Cuir au four, bouillir, griller ou rôtir les viandes, par  exemple, sont des méthodes qui permettent d’éliminer une partie du gras lors de la cuisson». Privilégiez la  cuisson lente, cette méthode donnera plus de goût à vos aliments. «Quant aux légumes, j’encourage toujours les gens à utiliser la cuisson à la vapeur ou le rôtissage, ces méthodes permettent de faire ressortir la saveur naturelle de chaque légume», explique l’auteur. Les fruits rôtis ou grillés font de délicieux desserts santé; vous pouvez leur ajouter un soupçon de muscade, de cannelle ou de gingembre.

Gardez les restes de table

Le jour de l’entrevue, l’auteur avait dans son frigo des poitrines de poulet marinées au jus de citron et d’ail prêtes à être grillé et servi avec du riz brun et une salade de haricots noirs, de pois chiches, de céleris, de maïs, de tomates et de fromage feta, arrosée d’huile de canola et de vinaigre balsamique. Ça va pour le repas d’aujourd’hui, mais qu’en est-il du repas de demain? Ce sera un sandwich roulé composé des restes de table d’aujourd’hui! «Je conserve toujours les restes de tables pour le prochain repas, ou même les deux prochains, explique-t-elle. Les gens s’imaginent qu’il faut cuisiner un nouveau repas tous les jours, pas forcément!»

Soyez créatif et amusez-vous

«Survolez les photos d’un livre de recettes culinaires et arrêtez-vous sur celles qui vous plaisent, suggère-t-elle. Cela devrait vous mettre l’eau à la bouche. Essayez de reproduire celles qui vous intéressent. Invitez vos amis ou les membres de votre famille à cuisiner avec vous, c’est un excellent moyen de partager vos idées culinaires et de les développer. Évitez cependant les repas complexes qui prennent des heures à préparer. Il ne s’agit pas d’épater la galerie, mais de vous faire plaisir en cuisinant vos aliments préférés, de rehausser leur saveur et d’employer des méthodes de cuisson santé».

Vidéos les plus populaires