En sécurité sur deux roues

Envie de sortir, de bouger, de rester en forme et de réduire votre empreinte carbone ? Il vous faut un bon vieux vélo !

En sécurité sur deux roues

Que vous soyez un cycliste du dimanche, un navetteur sur deux roues ou un automobiliste partageant la route avec des cyclistes, le secret de la sécurité réside dans le respect des règles de la circulation.

Matériel

Le casque est la pièce la plus cruciale pour la sécurité du cycliste. Dans certaines régions du pays, il est obligatoire – même pour les adultes. Un bon casque n’est pas forcément cher ou compliqué, mais il doit épouser parfaitement la forme du crâne. Achetez une marque approuvée par un organisme d’homologation reconnu (CSA, ASTM, Snell, ANSI, BSI ou SAA).

Sur la route, il faut se faire voir de loin, donc équipez votre vélo de lumières visibles à un kilomètre au moins (phare blanc à l’avant, feu rouge à l’arrière), ainsi que de réflecteurs et de bandes réfléchissantes. Une sonnette bruyante n’est pas à dédaigner et est d’ailleurs exigée par la plupart des lois provinciales.

Rouler dans la circulation

Pour circuler sans risque dans la congestion urbaine, on doit être vigilant et prudent en tout temps. Surtout pas de précipitation ou d’improvisation : les automobilistes doivent pouvoir anticiper vos manœuvres.

« Les cyclistes ont les mêmes droits que les autres véhicules, dit Leana Garrison, coordonnatrice des transports au Ecology Action Centre de Halifax, mais ils ont aussi les mêmes devoirs. » Notamment, ils doivent s’immobiliser aux feux rouges et aux panneaux d’arrêt, signaler leur intention de tourner et circuler uniquement dans le sens autorisé.

Quels sont vos droits ?

« Les cyclistes ont le droit de rouler sur la chaussée et même d’occuper toute la voie si leur sécurité l’exige », dit Herb van Dool, cycliste torontois militant et blogueur sur ibiketo.ca.

Vous vous sentez serré de trop près par les voitures ou voulez contourner un nid-de-poule ? N’hésitez pas à prendre toute la place nécessaire, même si cela oblige les voitures à ralentir. Vous devriez circuler à au moins un mètre des voitures garées le long du trottoir pour vous prémunir contre l’ouverture imprévue d’une portière.

Regardez par-dessus votre épaule avant de changer de voie ou de tourner pour vérifier que les conducteurs vous ont vu et que personne n’est en train de vous dépasser.

Le bon conducteur

Les automobilistes peuvent contribuer à la sécurité des cyclistes, dit Garrison, « en ralentissant et en passant au large ». Ils ont souvent du mal à évaluer correctement la vitesse d’un vélo, et cela cause bien des accidents.

Van den Dool confirme et complète : « Un automobiliste ne devrait jamais freiner en se rabattant après avoir dépassé un vélo, car le cycliste pourrait s’écraser contre l’arrière de la voiture ». Comme la plupart des accidents se produisent aux intersections, il conseille d’approcher chaque croisement très prudemment et de rechercher le contact visuel quand c’est possible.

Connaître le code de la route

Que vous rouliez en voiture ou en vélo, le secret de la sécurité, c’est une bonne connaissance du code de la route. « Tout le monde a une part de responsabilité, dit Garrison, et tant les automobilistes que les cyclistes peuvent se tromper. » Sur deux roues, faites très attention à ce qui se passe autour de vous. « Je suis des yeux tous les véhicules qui pourraient me couper la route en tournant à gauche ou à droite », dit Garrison en insistant sur l’importance d’être toujours sur la défensive. « Au bout du compte, c’est vous qui êtes le plus vulnérable et qui serez blessé, même si c’est la faute de l’automobiliste. »

La meilleure façon d’améliorer votre sécurité sur deux roues : un cours CAN-BIKE.  Roulez avec le sourire et revenez sain et sauf !

Vidéos les plus populaires