La tête de l’emploi

Ras-le-bol de votre travail actuel? de faire le pied de grue au bureau de chômage? Voici des trucs de pros pour décrocher un emploi taillé sur mesure.

La tête de l'emploi

Depuis un an, c’est la même boule au creux de l’estomac: dimanche soir rime avec coup de cafard. Vous feriez n’importe quoi pour ne pas remettre les pieds au bureau. Vous avez bien envoyé quelques CV ici et là en espérant en finir avec ces tâches fastidieuses, ce poste sous-payé et sous-qualifié. En vain: que des accusés de réception froids et polis. Et si vous ne valiez plus rien?

«C’est à cette étape-là que mon téléphone sonne, dit Nathalie Lord, conseillère en transition professionnelle chez Lord & complice. En 10 ans, elle en a entendu des voix désemparées au bout du fil! «Souvent, les gens traînent leur lassitude professionnelle depuis longtemps, car ils ont du mal à déterminer ce qu’ils veulent ou ne savent pas comment s’y prendre pour l’obtenir.»

Son premier conseil? Décortiquez vos compétences. Quelles connaissances et expériences avez-vous acquises? En quoi êtes-vous doués? «Je leur demande aussi de réfléchir au métier dont ils rêvaient dans leur enfance. C’est parfois une bonne piste de départ.» Il y a quelques années, une de ses clientes a quitté son poste d’ouvrière en usine pour diriger une équipe de préposés aux bénéficiaires, après s’être souvenue que, petite, elle rêvait d’être infirmière.

Ensuite, il faut trouver les postes où ces aptitudes pourraient s’épanouir, puis passer à la loupe les offres d’emploi afin de comprendre les attentes des employeurs dans ce secteur. Son deuxième conseil: cessez d’être raisonnable! «En lisant une offre d’emploi qui les intéresse, bien des gens concluent qu’ils n’ont pas ce qu’il faut pour postuler, souligne Nathalie Lord. Or une offre décrit le candidat idéal. Souvent, il n’est pas encore né! Alors, n’hésitez pas à envoyer votre candidature: vous pourriez être surpris.»

Attention toutefois à ne pas vous limiter aux petites annonces affichées dans les journaux ou sur les sites spécialisés. «Soixante pour cent des postes disponibles circulent dans ce qu’on appelle le «marché caché», explique la conseillère. Cela veut dire qu’ils ne seront jamais offerts publiquement.» Comment se renseigner? Faites marcher votre réseau de contacts. Un poste s’est peut-être ouvert dans l’entreprise où travaille une de vos connaissances.

Depuis 2010, un site de recherche d’emploi en ligne se spécialise dans la détection de ces postes «cachés»: Intejob . Contrairement aux sites généralistes, gratuits pour les candidats, mais payants pour les entreprises, Interjob vend aux chercheurs d’emploi des «timbres virtuels» qui leur permettent de «poster» leur CV aux employeurs – souvent des PME du Québec, qui n’ont pas les moyens d’afficher leurs postes dans les grands sites généralistes.

Vidéos les plus populaires