Immobilier: un allié pour la retraite

Trois façons de faire de l’immobilier un allié pour votre retraite.

Immobilier: un allié pour la retraite

Ne rien faire

Si vos actifs et votre retraite vous permettent de vivre confortablement, vous n’aurez sans doute pas à vendre votre propriété. Votre maison constituera un filet de sécurité, un bien pouvant garantir un achat ou un emprunt par un prêt hypothécaire inversé ou une marge de crédit sur valeur domiciliaire. L’hypothèque inversée permet aux séniors disposant d’un patrimoine immobilier d’emprunter jusqu’à 50 % de la valeur de leur résidence sous forme de somme forfaitaire non imposable ou de versements mensuels. Les intérêts sont majorés de 1,5 % par rapport à l’hypothèque classique ou au crédit, mais vous n’avez rien à rembourser avant la vente de la propriété.

Réduire

Troquer un grand nid vide contre un pied-à-terre douillet peut constituer un bon coup de pouce financier. Mais il faut d’abord sortir la calculette. Si vous avez une hypothèque, il est sage de réduire la dette. Cependant, vendre sa maison de 400 000 $ pour acheter un appartement en copropriété de 300 000 $ n’est peut-être pas très avisé. « À moins d’un écart important, cela ne vaut pas la peine d’être tenté », soutient la spécialiste Lise Andreana. « Évaluez bien le revenu dont vous avez besoin. » Elle ajoute de ne pas oublier de
décompter jusqu’à 10 % de la valeur de la maison en frais de transaction.

Louer

Pour éviter de bloquer vos actifs dans l’immobilier, pensez au bien locatif. « Cela  permet de dégager beaucoup d’argent pour faire ce qui vous plaît », affirme Lee Helkie, conseillère financière et associée chez Helkie Financial & Insurance Services Inc., à Toronto. Cela dit, que vous soyez propriétaire ou locataire, les coûts du logement
ne doivent pas dépasser 30 % de votre revenu avant impôt.

Vidéos les plus populaires