Régime de croisière

En travaillant à bord d’un paquebot, l’auteure a appris à se garder des buffets et autres pièges des croisières.

Régime de croisière
Les piscines, les leçons de danse… rien de plus facile que de rester en forme et en bonne santé pendant une croisière, non ? Non. Je reviens d’une année de service comme humoriste à bord d’un paquebot. La sirène annonçant notre départ retentissait encore que j’étais au buffet, en train de me gaver comme si je voulais battre mon propre record. Le virus de Norwalk a beau accaparer les manchettes, à bord d’un navire de croisière, le plus grand péril, c’est l’abus d’alcool et de nourriture. Comment éviter ce piège et les autres ? Voici les conseils de quelques experts – et mes propres trucs de survie – sur la façon de préserver sa ligne et sa santé.

Mettez les grands plats dans les petits

Hamburgers jusqu’à plus faim, pâtes pour tous les goûts, glaces à volonté… on se noie facilement dans cet océan de choix, d’autant plus que les deux premiers repas de la journée sont en général des buffets. Je m’en suis tirée en adoptant une stratégie apprise chez Weight Watchers quelques années auparavant: prendre une petite assiette plutôt qu’une grande. Vos portions en seront forcément réduites, et vous aurez l’estomac – et l’esprit – moins lourd.

Dégustez

Rosie Schwartz, diététicienne agréée de Toronto et auteure du Enlightened Eater’s Whole Foods Guide, m’a suggéré un autre truc pour se restreindre facilement : faire comme les enfants qui détestent que leurs aliments se mélangent dans l’assiette. « Limitez-vous à trois ou quatre plats, et quand vous mangez quelque chose de gras, faites comme les dégustateurs : prenez une bouchée, évaluez sur une échelle de 1 à 10 et ne finissez que si vous avez attribué un 10. Vous mangerez moins, mais savourerez davantage.»

Écoutez votre estomac

Mangez seulement quand il crie famine, arrêtez dès que vous le sentez plein. Une autre astuce de Schwartz : « Si on vous a servi une portion trop copieuse, tracez la ligne à ne pas dépasser au couteau et mettez l’excédent de côté. » Quand vous avez terminé, déposez couteau et fourchette dans l’assiette et éloignez-la ou demandez au serveur de l’emporter afin de ne pas succomber à la tentation de picorer.

Allez au gym en soirée

Les paquebots ont tout ce qu’il faut, du mur d’escalade à la piste de course, pour vous aider à brûler les 300 à 400 calories de certains punchs. J’aimais beaucoup aller au gymnase en soirée. Ses larges baies vitrées offraient une vue incomparable sur la ville que le bateau, en règle générale, quittait à ce moment-là. Si vous vous entraînez en début de soirée et passez à table au dernier service, le buffet de fin de soirée sera moins tentant.

Mangez comme d’habitude

Si vous engraissez malgré tout, servez-vous des portions normales pendant la semaine qui suit votre retour et prenez du bouillon ou autre chose de chaud et de léger pour remplir votre estomac « distendu ». « Calmez la faim mais n’y cédez pas, et vous perdrez vite du poids », dit Schwartz.

Pour ne pas finir à l’infirmerie

Dans n’importe quel milieu clos, les microbes prolifèrent encore plus vite que mes bourrelets ne gonflaient durant mes premières semaines de régime buffet.
Au début du voyage, j’ai attrapé une maladie gastrointestinale que l’équipage appelait « code brun ». J’ai vite appris quoi faire pour éviter une rechute.

Prenez des précautions

Les maladies les plus courantes sont la grippe, le rhume, la gastroentérite virale (type Norwalk) et l’hépatite A ; leurs principaux vecteurs, les aliments et boissons contaminés ainsi que les contacts avec une personne infectée.
Pour minimiser les risques, le docteur Rudy Zimmer de la clinique pour voyageurs Odyssey, à Calgary, recommande de se laver les mains souvent pendant la croisière et de se faire vacciner avant contre la grippe et, au besoin, contre l’hépatite A

Restez sur vos gardes à terre

J’ai rapporté d’une exquise excursion égyptienne un souvenir indésirable qui m’a valu des crampes affreuses et 24 heures de quarantaine. « La croisière passe pour une façon sûre de visiter des endroits qui ne le sont pas », note Zimmer. Parce que le bateau est constamment briqué et semble étinceler de propreté, les passagers se sentent en sûreté dans les ports d’escale. Zimmer conseille de glisser dans ses bagages des petites bouteilles de savon antibactérien pour pouvoir se désinfecter les mains à bord et partout ailleurs.

Attrapez la bonne piqûre

Tout voyage à l’étranger, par mer ou autrement, peut vous exposer à des maladies graves comme la malaria et la fièvre jaune. Demandez à votre médecin quels risques vous courez et quels vaccins il recommande. Vous pouvez aussi trouver des renseignements sur le site web de l’Agence de la santé publique du Canada, à l’adresse www.santépublique.gc.ca.

Serrez les poings

Par principe, on évite de serrer les mains et de se tenir aux rambardes. Dans l’équipage auquel j’appartenais, le salut à la mode était le choc de poings à la Howie Mandel. C’est certainement plus sympa que d’obliger tout le monde à porter des gants de caoutchouc.

Vidéos les plus populaires