Les vertus apaisantes du chocolat

Pour vanter les mérites du chocolat, les amateurs vous diront qu’il est riche en antioxydants. Mais attention, on ne doit pas abuser… même des bonnes choses.

Les vertus apaisantes du chocolat

Le chocolat n’est pas une très bonne source de nutriments, mais il n’y a rien de mal à en manger avec modération, particulièrement le chocolat noir, qui renferme certains des antioxydants protecteurs que l’on retrouve dans le vin rouge, les fruits et les légumes.
 
De fait, une barre de chocolat noir de 40 grammes procure la même quantité d’antioxydants protecteurs qu’un verre de 150 ml de Cabernet Sauvignon. Ces flavonoïdes ont été associés à une plus faible incidence de cardiopathie.
 
Trente grammes (1 oz) de chocolat dur fournissent environ 150 calories et 2 ou 3 g de protéines. La fève de cacao renferme des quantités significatives de vitamines E et B, mais, dans le chocolat transformé, ces nutriments sont tellement dilués qu’ils jouent un rôle négligeable. Le chocolat sucré ou demi-sucré contient de 40 à 53% de gras, sous la forme de beurre de cacao. Le chocolat fournit du chrome, du fer, du magnésium, du phosphore et du potassium, mais à cause de sa richesse en gras et en calories, il vaut mieux obtenir ces minéraux d’autres sources.

Les fringales expliquées par la science

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous éprouviez soudainement l’envie irrésistible de manger du chocolat?
 
Selon les scientifiques, cela tient à deux composés stimulants présents dans le cacao : la théobromine et la caféine. Contrairement à la caféine toutefois, la théobromine ne stimule pas le système nerveux central; son action serait essentiellement diurétique. La plupart des produits à base de chocolat ne renferment pas plus de 0,1 pour cent de caféine et, à quantités égales, sont nettement moins stimulants qu’une tasse de café décaféiné.
 
Par contre, le chocolat non sucré renferme beaucoup plus de caféine. Le chocolat est également riche en phényléthylamine (PEA), un composé naturel aux effets semblables à celui de l’amphétamine. A noter que ce composé peut déclencher une migraine; les personnes sujettes à ce problème doivent donc se montrer prudents.

D’où viennent nos fringales?

Certaines personnes sont portées à manger du chocolat lorsqu’elles vivent des bouleversements émotionnels, cet aliment étant légèrement euphorisant. On n’a pas démontré scientifiquement ce fait, mais des psychiatres ont émis l’hypothèse que, chez les « cacaomanes », le mécanisme de régulation de la phényléthylamine pouvait être déficient. Plus d’une femme sait aussi par expérience que ce type de fringales est lié aux changements hormonaux qu’elles connaissent périodiquement.
 
Malheureusement, il ne semble pas que le chocolat soit doté des vertus aphrodisiaques qu’on lui a prêtées au fil des siècles. Par contre, sous ses diverses formes, il restera probablement toujours une gâterie décadente et un plaisir culinaire.
 

 

Vidéos les plus populaires