Arthrite: quels aliments privilégier pour mieux vivre avec l’arthrite?

Des études avancent que certains aliments permettraient de mieux vivre avec l’arthrite et gérer certains de ses symptômes.

Certains aliments permettraient de mieux vivre avec l'arthrite et gérer certains de ses symptômes.Shutterstock/Gaus Nataliya

Les aliments à privilégier pour mieux vivre avec l’arthrite

Jusqu’à tout récemment, les médecins ne considéraient pas que l’alimentation pouvait avoir un effet sur l’arthrite. Or, des recherches avancent que certains aliments permettraient de mieux vivre avec cette condition.

En outre, des recherches soutiennent que l’œdème, la douleur et la rougeur des articulations pouvaient sensiblement diminuer dans les cas de polyarthrite rhumatoïde si le patient ajoutait des acides gras oméga-3 à son alimentation. Ces acides gras sont abondants dans le saumon, le maquereau, la sardine et d’autres poissons gras. Ils ont des propriétés anti-inflammatoires, alors que les acides gras oméga-6, plus communs (huiles de tournesol, de maïs et de soja), favorisent l’inflammation.

  • Poisson. Saumon, sardine et autres poissons gras riches en oméga-3, à consommer au moins trois fois par semaine.
  • Légumes et fruits. De 5 à 10 portions par jour : légumes vert foncé ou orange vif pour fournir du bêta-carotène ; brocoli, poivron, chou et choux de Bruxelles pour la vitamine C ; avocat pour la vitamine E. Fruits jaune orangé tous les jours pour le bêta-carotène ; agrumes, baies, melon et kiwi pour la vitamine C.
  • Fruits à coque (Noix…) À consommer régulièrement pour la vitamine E, un puissant antioxydant qui combat

Arthrite et le poisson

Les huiles de poisson ont donné de meilleurs résultats quand on a réduit les oméga-6 et augmenté les oméga-3 de façon que leurs niveaux soient équivalents.

L’acide gamma-linolénique (GLA) est un autre acide gras essentiel ayant des propriétés anti-inflammatoires. Les meilleures sources en sont l’huile de bourrache (jusqu’à 24 % de GLA), l’huile d’onagre (8 à 10 %) et l’huile de pépins de cassis (15 à 17 %). Dans la polyarthrite rhumatoïde, les bienfaits se font sentir au dosage de 500 mg de GLA par jour, quoique des études récentes tablent plutôt sur 1 à 1,5 g.

Les huiles de poisson et le GLA doivent être pris sur plusieurs mois avant de constater une amélioration. Il semble qu’il n’y ait pas de risque à augmenter la dose de GLA, mais un apport excessif d’huiles de poisson peut augmenter les risques d’hémorragies.

Manger plus d’aliments riches en vitamine C.

Comme la vitamine C est importante dans la fabrication du collagène, manger des alimentsqui en contiennent peut ralentir la progressionde l’arthrose et on privilégiera donc ceux qui en contiennent le plus : agrumes, baies (cassis, cynorhodon), kiwi, melon, brocoli, poivron, pommes de terre nouvelles et choux. Les études ont montré que les antioxydants comme la vitamine C, le bêta-carotène et la vitamine E combattent les effets des radicaux libres, qui léseraient les tissus en cas de polyarthrite rhumatoïde.

Arthrite et allergies alimentaires

Il semble qu’un petit nombre de sujets arthritiques souffrent d’allergies alimentaires qui exacerbent les symptômes articulaires. Les aliments le plus souvent incriminés sont les crustacés, le soja, l’avoine, le maïs, l’alcool, le café et certains additifs. Chez ces patients, le fait de bannir les aliments à l’origine de l’allergie diminuerait la douleur. Pour vérifier si un aliment est en cause, évitez d’en manger pendant 2 semaines, puis réessayez. Si les symptômes s’aggravent, écartez l’aliment.

Un régime adapté : le végétalisme

Certains chercheurs pensent qu’un jeûne suivi d’un régime végétarien strict (végétalisme) pendant au moins 3 mois peut vraiment soulager les symptômes. Selon eux, les fruits, les légumes et les céréales apportent beaucoup d’antioxydants qui aident à contrecarrer l’inflammation.

Le régime contient peu ou pas de graisse animale susceptible de favoriser la production de composés immunitaires inflammatoires. Le suivi d’un nutritionniste est toutefois indispensable pour assurer des apports équilibrés.

Le facteur poids dans l’arthrite

Dans l’arthrose, l’obésité est un facteur aggravant : même quelques kilos en trop imposent des pressions supplémentaires aux genoux etaux hanches. La perte de poids et l’exercice physique diminuent souvent les symptômes.

C’est souvent l’inverse dans la polyarthrite rhumatoïde : la douleur chronique entraîne manque d’appétit, maigreur et dépression. Le médecin peut recommander des suppléments nutritionnels riches en calories et en nutriments.

Les traitements expérimentaux

Frotter les articulations douloureuses avec une crème à la capsaïcine, dérivée des piments, semble prometteur. La capsaïcine donne une sensation de piqûre ou de brûlure, mais diminuerait aussi l’inflammation. Les études montrent une amélioration marquée de l’arthrose chez les patients qui prennent du sulfate de glucosamine à raison de 500 mg trois fois par jour ; la glucosamine, qui est fabriquée par l’organisme, est un composant vital pour la réparation du cartilage.

  • Attention aux thérapies alternatives. L’arthrite ne se guérit pas, ce qui amène les patients à se tourner vers des thérapies alternatives. Si certaines peuvent être utiles, d’autres, coûteuses et parfois dangereuses, n’ont aucun effet. L’injection de venin d’abeille ne sert à rien dans l’arthrite. La chélation, qui permet d’éliminer les métaux toxiques de l’organisme, a été essayée en séries de vingt à trente intraveineuses dans la polyarthrite rhumatoïde, mais son efficacité n’est pas prouvée.

Vous aimerez aussi:

5 moyens pour mieux vivre avec l’arthrose
Arthrose du genou : les conseils de Bruny Surin
Magnétothérapie, une technique pour soulager les douleurs

Popular Videos