4 mythes sur l’intoxication alimentaire

Les causes de l’intoxication d’origine alimentaire peuvent être difficiles à identifier mais voici comment en réduire les risques.

4 mythes sur l'intoxication alimentaire

Le système d’approvisionnement alimentaire canadien est l’un des plus sécuritaires au monde, pourtant, de 11 à 13 millions de cas de maladies d’origine alimentaire sont rapportés au pays chaque année. Comment s’en prémunir davantage?

S’informer sur les risques de contaminations liées aux aliments constitue un excellent moyen d’éviter les infections. «L’attitude des gens envers les maladies d’origine alimentaire a un lien direct avec le niveau de connaissance qu’ils ont dans ce domaine», explique Rick Holley, professeur au Department of Food Science de l’Université du Manitoba.

Départageons les véritables causes de l’intoxication alimentaire des mythes qui l’entourent.

Mythe: Votre intoxication alimentaire provient de votre dernier repas.

Réalité: On l’a tous vécu: maux de ventre, nausée, vomissements, diarrhée, fièvre et frissons en pleine nuit. On met la faute sur le dernier repas consommé au resto la veille et on jure de ne jamais plus y remettre les pieds.

Les maladies d’origine alimentaire peuvent survenir quelques heures après un repas, mais dans la plupart des cas, elles se manifestent de deux à cinq jours plus tard (dans certains cas, les symptômes apparaissent des semaines, voire des mois plus tard!). C’est pourquoi les causes de ce qui vous a rendus malades ne seront peut-être jamais trouvées, alors n’accusez pas trop vite le restaurant où vous avez mangé d’insalubrité.

Même les aliments préparés dans les meilleures conditions sanitaires peuvent vous rendre malade à cause d’une contamination survenue à l’étape de l’emballage, par exemple. Les machines qui broient la viande peuvent être à l’origine de la propagation d’agents pathogènes (bactéries), il en va de même pour les conserveries, si elles négligent de suivre la procédure de nettoyage.

Mythe: Les produits d’animaux sont souvent la cause d’intoxications alimentaires.

Réalité: les produits d’origine animale comme la viande transformée et les fromages non pasteurisés soulèvent des inquiétudes chez les consommateurs, avec raison d’ailleurs. Dans le cas de la volaille, elle contiendra toujours une quantité résiduelle (minimale) d’agents pathogènes, comme la salmonelle. Le poulet cru laissé à la température de la pièce trop longtemps favorise la multiplication de telles bactéries.

«Cependant, les fruits et légumes sont une source importante de contamination. Ces aliments représentent le quart des cas d’intoxications alimentaires, explique Rick Holley. Nos données montrent qu’il y a 20 ans, les intoxications alimentaires d’origine animale étaient beaucoup plus fréquentes que celles d’origine végétale. Or, aujourd’hui, les fruits et légumes représentent presque la moitié des cas d’intoxications alimentaires».

Voici quelques-unes des principales sources de contamination des légumes (l’épinard par exemple): l’engrais traité sans précautions, des méthodes de travail dangereuses dans les fermes (employés malades qui font la cueillette de légumes), les animaux sauvages et l’eau d’irrigation contaminée.

Mythe: Les aliments achetés au supermarché sont sains.

Réalité: «depuis 1997, les importations d’aliments sont en hausse de 45 % et environ 70 % des aliments que nous mangeons proviennent de l’étranger. La plus grande partie de nos importations alimentaires proviennent des États-Unis, mais nous en recevons aussi beaucoup des pays de l’Union européenne, ainsi que du Mexique, du  Brésil et de la Chine», affirme le professeur.

Cela pose un risque accru pour les consommateurs puisque les produits importés sont susceptibles d’avoir été traités au moyen de pesticides et de produits chimiques bannis au Canada et dont il nous est impossible de réglementer l’usage. Rick Holley fait cependant remarquer que si l‘Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) décèle la présence de substances bannies dans un produit, elle interdira alors l’entrée du produit dans le pays.

L’élevage de crevettes dans les pays en développement est très populaire, mais sa pratique n’est pas bien réglementée. De plus, la forte concentration des populations de crevettes augmente les risques de propagation d’agents pathogènes. «Nombre de pratiques associées à l’aquiculture dans les pays en développement sont considérées comme douteuses, indique Rick Holley. Les résidus de pesticides sont un sujet de préoccupation constante en Inde, second producteur mondial en aquiculture après la Chine».

Malheureusement, le public n’est pas forcément conscient de l’importance des questions liées aux risques de contaminations alimentaires jusqu’au jour où une catastrophe fait la une des nouvelles, rappelons le cas des graines de fenugrec d’Égypte ou celui de la salmonelle trouvée dans des œufs aux États-Unis.

Cependant, les pays exportateurs ne sont pas responsables de toutes les maladies d’origine alimentaire. S’il est vrai que consommer des produits locaux peut réduire les risques au quotidien, «les mesures prises par le Canada pour assurer la sécurité alimentaire ne sont pas parfaites», prévient Rick Holley.

Mythe: Cuisiner à la maison est le moyen le plus sûr d’éviter l’intoxication alimentaire.

Réalité: les hôpitaux et les restaurants figurent au premier rang des sources de contaminations alimentaires. «Par contre, les aliments préparés chez soi sont au second rang. Vous pouvez réduire de beaucoup les risques de contamination en gardant votre maison propre en tout temps», souligne l’expert.

Voici quelques conseils pratiques pour garder vos aliments sains:

‘ Éviter les contaminations croisées entre la viande crue et les légumes en vous servant d’ustensiles différents (et désinfectez toutes les surfaces de travail avant de les utiliser).

‘ Ne rincez pas la viande crue: les bactéries et virus risquent de se disperser dans la cuisine.

‘ Ne laissez pas la viande crue à la température de la pièce pour un long moment: les bactéries risquent de se multiplier en grand nombre.

‘ Utilisez un thermomètre à viande afin de vous assurer que la température de cuisson détruit les bactéries.

‘  Ne consommez pas d’aliments provenant de boîtes de conserve endommagées ou gonflées. Ils peuvent causer le botulisme.

‘ Bien entendu, lavez-vous les mains avec du savon souvent et à grande eau.

Popular Videos