La RCR fonctionne aussi sans bouche-à-bouche

Bien qu’il soit tout aussi utile, le bouche-à-bouche n’est pas essentiel lors d’une réanimation cardio-respiratoire (RCR).

Drame vécu.David MG/Shutterstock

La forme classique de réanimation cardio-respiratoire (RCR) implique des compressions thoraciques et des insufflations. Mais, pour une réanimation cardiaque, ce bouche-à-bouche n’est pas essentiel, même s’il est tout aussi utile.

Selon des données relevées en Suède entre 2000 et 2017, la probabilité qu’une personne ayant subi un arrêt cardiaque loin d’un hôpital soit réanimée par un passant a d’ailleurs augmenté de presque 70% depuis que la RCR par seule compression thoracique a été incluse dans les directives de premiers soins du pays. Du coup, le recours à cette technique a été multiplié par six. Mais ce qui est important, c’est que, quelle que soit la technique, la réanimation a au moins multiplié par deux les chances de survie des patients.

Trouvez des conseils et des réponses à vos questions dans notre rubrique Santé et bien-être.

Contenu original Selection du Reader’s Digest

Vidéos les plus populaires