Les infections vaginales… Parlons-en!

L’infection à levures demeure encore un sujet gênant et embarassant pour plusieurs d’entre nous, mais qu’à cela ne tienne : il faut bien en parler! Cet article de Michelle Villett nous éclaire sans détour sur la question!

Les infections vaginales... Parlons-en!

Chaque femme aura probablement au moins une infection vaginale à levures au cours de sa vie. C’est ce qu’affirme la docteure Jo-Anne Hammond, professeure en médecine familiale à l’Université Western. « Le vagin est un milieu chaud et humide qui favorise la propagation de la levure. »  Ce type d’infection semble se produire davantage en été : les températures humides, les tissus synthétiques et les maillots de bain mouillés peuvent contribuer à accroître le risque d’infection à levures.

Également connue sous l’appellation « candidose vaginale », cette infection survient lors d’une croissance excessive du candida, un champignon levuriforme naturellement présent dans le vagin. Habituellement, sa croissance est contrôlée  par le lactobacillus, une bactérie sécrétant un acide qui nempêche la propagation de la levure. Cependant, lorsque l’équilibre est rompu, le candida se multiplie rapidement, provoquant les symptômes de l’infection : démangeaison, irritation et écoulement d’un liquidé généralement blanc ou jaunâtre.

« Tout ce qui peut modifier le nombre de bactéries ou affaiblir l’immunité du système peut être mis en cause, explique la docteure Hammond. » On peut parler de stress, du froid ou du manque de sommeil. Les antibiotiques peuvent être les habituels coupables, parce qu’ils tuent tout aussi bien les bonnes que les mauvaises bactéries. Les douches vaginales peuvent également modifier le type et le nombre de bactéries présentes dans le vagin. Les hormones demeurent aussi un facteur de causalité : certaines femmes ont plus d’infections lors de l’ovulation, lorsqu’elles sont enceintes ou qu’elles prennent la pilule.

Parfois, l’infection peut se transmette lors de relations sexuelles non protégées. Habituellement, la levure est transférée du vagin au pénis ; l’homme peut expérimenter une rougeur ou une éruption cutanée ou ressentir une sensation de démangeaison ou de brûlure. Les deux partenaires doivent se faire traiter et s’abstenir de relations sexuelles jusqu’à la disparition des symptômes.

Pour aider à prévenir l’apparition de l’infection, portez des sous-vêtements de coton ainsi qu’un pantalon ou une jupe ample et changez les vêtements mouillés le plus rapidement possible.  La clinique Mayo recommande d’éviter les produits d’hygiène féminine parfumés puisqu’ils peuvent irriter le vagin. Selon Alana Shaw, naturopathe au centre Port Moody Health en Colombie-Britannique, il est recommandé de surveiller son alimentation. « Comme un régime à haute teneur en sucre peut  alimenter l’infection, éliminez les sucres raffinés et les glucides. Pour aider à maintenir la stabilité de la population de bonnes bactéries, vous pouvez consommer du yogourt probiotique et d’autres aliments fermentés en autant qu’ils ne contiennent pas de sucre ajouté. »

Il n’y a aucun risque à ne PAS traiter une infection à levure, poursuit la docteure Hammond. Mais si vous avez des symptômes pour la première fois et si vous soupçonnez qu’il s’agit d’une infection à levure, vous devriez consulter votre médecin pour déterminer s’il s’agit d’une situation plus grave. Les symptômes peuvent être semblables à ceux de la chlamydia, de la gonorrhée, de la trichomonase et de la vaginose bactérienne ; les deux premières peuvent amener de sévères complications si elles ne sont pas traitées ou elles peuvent indiquer la présence d’une maladie comme le diabète. Si vous avez déjà eu un diagnostic d’infection à levure, si vous n’êtes pas enceinte et si votre système immunitaire n’est pas déficient, il est plus sûr de vous traiter pendant sept jours avec des médicaments en vente libre comme ceux de la liste suivante. Si l’infection persiste après la semaine de traitement, ou si elle survient de façon récurrente, par exemple plus de quatre fois par année, consultez un médecin.

Crèmes vaginales

EXEMPLES : crème Canesten, traitement 1 jour ; crème Canesten Combi-Pak, traitement 1 jour ; crème vaginale Clotrimazole Life Brand  à 2 % USP; crème vaginale Monistat 7.

MODE DE FONCTIONNEMENT : ce traitement consiste en l’application d’un médicament antifongique sous forme de crème à l’aide d’un applicateur semblable à un tampon. L’emballage combi-pack contient un tube de crème pour traiter les zones sensibles ou qui démangent à l’extérieur du vagin. L’ingrédient actif du Canesten est le clotrimazole, et celui du Monistat est le miconazole. Cindy Chen est pharmacienne Clinique chez Rexall à Victoria : elle explique que « les deux produits arrêtent la croissance des champignons au lieu de les tuer. Ils utilisent le système immunitaire de la personne pour venir à bout de l’infection. » Ils ne seront peut-être pas efficaces chez les personnes qui ont une carence immunitaire à cause de certains médicaments ou de maladies. Les traitements sont offerts en dosage d’un, trois, six et sept jours. Plus la durée est courte, plus la concentration du principe actif est élevée et plus il y a risque d’irritation. Cindy Chen mentionne que le trainement d’un ou de trois jours convient aux personnes qui n’ont pas souvent de telles infections. Elle recommande le traitement de sept jours aux femmes qui ont des infections récurrentes. Il faut suivre le traitement en entier jusqu’à la fin.

À SAVOIR : peu importe le traitement, il faut au moins trois jours pour constater une amélioration et sept jours pour une guérison complète. Puisque ces produits peuvent s’écouler à l’extérieur du vagin, appliquez-les au moment de vous mettre au lit et portez un protège-dessous. Si votre emballage ne comporte pas de tube pour application externe, Cindy Chen recommande de réserver un peu de crème pour traiter et soulager l’irritation sur l’ouverture externe du vagin. Ces crèmes sont à base d’huile et peuvent affaiblir les préservatifs en latex ; au cours du traitement, évitez d’utiliser des spermicides, des lubrifiants ou des tampons. Cindy Chen conseille de s’abstenir de relations sexuelles lorsque vous avez une infection pour éviter de la transmettre à votre partenaire.

TEST DE DÉPISTAGE À FAIRE À LA MAISON

VagiSence est un test de dépistage des infections vaginales à faire à la maison. Il coûte 18 $ et ne requiert aucune prescription.  Insérez dans le vagin un coton-tige sensible au pH; la couleur change au bout de 10 secondes et permet de déterminer l’origine de vos symptômes. Un résultat positif indique la présence d’une infection bactérienne ou parasitique et un résultat négatif indique la présente d’une infection à levure. L’infection bactérienne est le type d’infection le plus courant et survient le plus souvent chez les femmes sexuellement actives. La trichomonase est causée par un parasite et est considérée comme le plus courante des infections transmissibles sexuellement.

Vous pouvez utiliser ce test s’il ne vous est pas possible de rencontrer un médecin rapidement.  Cependant prévient Jo-Anne Hammond, « ce test ne remplace pas une consultation en personne. Je vois plusieurs femmes qui traitent une condition qui n’est pas une infection à levure. Il est donc important de consulter afin d’obtenir une bonne évaluation. »

Comprimés et ovules vaginaux

EXEMPLES : traitement de 3 jours par ovule Miconazole de Life Brand ; Combi-Pak 3 jours, comprimé confort Canesten ;

MODE DE FONCTIONNEMENT : au moyen d’un applicateur, on insère à l’intérieur du vagin  le produit sous forme de comprimé ou d’ovule. Les ovules Monistat contiennent du miconazole et sont offerts en traitements d’un, trois ou sept jours et en trousse comprenant les ovules, la crème pour application externe ainsi que des tampons apaisants. « Comme les crèmes, les ovules sont à base d’huile et peuvent provoquer un écoulement  qui sera un peu salissant, explique Cindy Chen. » Les comprimés Canesten contiennent du clotrizanole et sont offerts en traitements de un et trois jours et ils sont accompagnés d’une crème vaginale contre les démangeaisons à l’extérieur du vagin.

À SAVOIR : choisissez les comprimés si vous êtes sensible à l’huile minérale. Prenez ces produits au coucher et ne les utilisez pas simultanément avec les préservatifs au latex, les spermicides, les lubrifiants ou les tampons. Comptez au moins trois jours pour constater un soulagement et sept jours pour éliminer complètement l’infection.

Médicaments oraux

EXEMPLES : Diflucan One; CanesOral ; Monicure ; Rexall Fluconazole.

MODE DE FONCTIONNEMENT : ces médicaments en vente libre contiennent une dose unique de fluconazole. « Ils ont la même action antifongique que les produits vaginaux, sauf que vous les prenez oralement, explique Cindy Chen. Ils ne sont pas plus rapides que les autres mais ils sont plus pratiques parce qu’il n’y a rien à insérer et qu’on peut les prendre à n’importe quel moment au cours de la journée.  Le produit CanesOral est offert avec une crème à application externe ; le produit Monicure contient des tampons imbibés d’aloès et de lanoline.

À SAVOIR : consultez votre pharmacien avant de consommer ces médicaments puisqu’ils peuvent s’avérer incompatibles avec certains analgésiques, avec des médicaments pour le cholestérol, des anticoagulants et d’autres médicaments. Prenez-les après le repas pour éviter l’irritation de l’estomac. Il est préférable de s’abstenir de relations sexuelles lorsque vous avez une infection pour éviter de la transmettre à votre partenaire. Vous devrez aussi compter  trois jours pour constater un soulagement des symptômes et sept jours pour une guérison complète.

Thérapies naturelles

EXEMPLES : ovules soin vaginal probiotique de Provacare ; bain apaisant au lait et à l’avoine avec lavande d’Aura Cacia ; comprimés probiotiques de Bio-K+ ; comprimés d’acide borique disponibles en vente libre  dans les pharmacies spécialisées ; suppositoires à l’ail Candigen de Seroyal ; huile de théier à 100 % Treemenda de Nature’s Harmony. 

MODE DE FONCTIONNEMENT : le produit Provocare est un suppositoire vaginal contenant des bactéries appelées lactobacillus ; Alana Shaw et Cindy Chen sont d’accord pour affirmer que ce traitement à lui seul n’éliminera pas l’infection présente mais peut aider à prévenir les futures. Il est possible de les utiliser conjointement avec des probiotiques oraux de façon à obtenir la dose maximale de lactobacillus vivants. Recherchez les produits qui doivent être réfrigérés tels ceux de la marque Bio-K+ qui contiennent de 12,5 à 50 milliards de bactéries par comprimé selon leur force ; les suppositoires Provocare en contiennent 300 millions. Alana Shaw mentionne que « dans les recherches, l’ail est considéré efficace pour combattre les souches les plus courantes de levure. L’acide borique a aussi montré de bons résultats comme antimicrobien. Les comprimés à insérer à l’intérieur du vagin peuvent servir dans le cas d’infections chroniques ou résistantes mais peuvent causer des irritations. D’après l’Institut américain de la santé  (U.S. National Institutes of Health), il existerait des preuves que l’huile de théier, un antifongique naturel peut être utile ; Alana Shaw recommande d’en diluer deux à trois gouttes dans trois fois cette quantité d’eau et de l’appliquer sur un tampon qu’on insère dans le vagin. Pour soulager l’irritation, ajouter à l’eau du bain des herbes séchées telles de la lavande et de l’avoine, comme dans le produit Aura Cacia.

À SAVOIR : consultez votre médecin avant d’essayer ces produits. On peut utiliser l’huile de théier et les suppositoires probiotiques deux fois par jour pendant sept jours. On peut insérer dans le vagin une capsule d’acide borique (600 mg) par jour; consultez votre médecin si vous avez l’intention de les utiliser plus longtemps qu’une semaine. Conservez l’acide borique hors de portée des enfants; ce produit peut être toxique si ingéré. Alana Shaw recommande la posologie suivante pour les probiotiques oraux : un comprimé de 50 milliards de bactéries par jour pendant un mois et ensuite, un comprimé de 10 milliards de bactéries par jour pour assurer le maintien. Il est préférable d’éviter les relations sexuelles en cours de traitement et de demander un avis médical si les symptômes ne sont pas disparus au bout de sept jours.

DANS LE CABINET DE VOTRE MÉDECIN

Dans le cas de souches de levure résistantes ou pour les cinq à huit pour cent de femmes qui ont plus de quatre infections par année, Jo-Anne Hammond recommande les produits antifongiques en vente libre, mais uniquement ceux conçus pour une plus longue durée. « On pourrait utiliser un traitement de 14 jours au flucozanole par voie orale au lieu d’un traitement d’une journée. » Le style de vie a aussi son importance, poursuit Alana Shaw.  « Tout ce que vous pouvez faire pour améliorer votre santé, votre régime alimentaire et par conséquent votre système immunitaire aura un effet positif. »

Vidéos les plus populaires