Naissances prématurées: 5 trucs à savoir

Si vous êtes enceinte ou souhaitez le devenir, vous devriez être préparée à l’éventualité d’une naissance prématurée. Les cinq conseils suivants vous y aideront.

Naissances prématurées: 5 trucs à savoir

Si votre grossesse se passe bien, il y a peu de chances que votre enfant naisse prématurément, mais vous atténuerez de beaucoup le stress et l’anxiété de la naissance si vous êtes prête à envisager toutes les éventualités.

1. Préparez-vous mentalement

Vous pourriez passer toute votre grossesse à vous demander avec inquiétude quand commencera votre travail, ce qui ne fera que créer stress et tension inutiles, chose préjudiciable tant pour vous que pour votre bébé. Un mode de vie sain et une attitude positive contribueront pour beaucoup à prévenir une naissance prématurée.

On offre de nombreux cours aux femmes qui veulent restent actives et en santé durant leur grossesse. Dans les cours prénataux, on vous enseignera les techniques de respiration qui vous aideront à rester calme et concentrée sur le processus en cours durant les diverses étapes de votre grossesse. La respiration maîtrisée peut également vous aider à vous détendre et à mieux faire face tant à l’excitation qu’à l’anxiété de l’accouchement.

2. Renseignez-vous sur l’unité de soins intensifs néonataux (USIN)

Afin d’être prête à faire face à toutes les situations, allez visitez l’USIN le jour où vous vous familiariserez avec l’hôpital. C’est dans cette unité que médecins et infirmières spécialement formés prodiguent les soins nécessaires aux bébés nés prématurément. Dans un premier temps, la vue de ces minuscules êtres branchés sur des appareils et dormant dans des incubateurs peut paraître terrifiante, mais vous y apercevrez également d’heureux parents tenant affectueusement leur bébé dans les bras.

Demandez à une infirmière ou un néonatologiste de l’USIN de vous expliquer en quoi consistent les appareils et ce à quoi vous devez vous attendre si votre bébé naît prématurément. Plus vous en saurez sur le fonctionnement de cette unité, mieux vous serez préparée et protégée des affres que traversent les parents n’ayant aucune idée de ce qui s’y passe. Le sentiment d’impuissance est particulièrement pénible à vivre. Une fois que vous aurez compris que le personnel de l’USIN fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider votre bébé, vous pourrez vous détendre et contribuer à sa prise en charge.

3. Ne vous laissez pas gagner par un sentiment de culpabilité

Toutes les femmes qui ont eu un bébé prématuré se sont demandé si elles n’avaient pas commis une erreur durant leur grossesse. Bien qu’on connaisse un certain nombre de facteurs causant les naissances prématurées, d’autres restent mystérieux. Hypertension artérielle, traumatisme ou infection peuvent y contribuer, de même que des complications au niveau de l’utérus ou du placenta. Parfois, on ignore tout simplement la cause, d’autres fois, c’est le médecin qui, pour des raisons médicales, décide de déclencher prématurément l’accouchement.

Quelle que soit la cause, gardez à l’esprit que vous n’êtes pas responsable de cet état de fait. Si vous pensez avoir fait, durant votre grossesse, quelque chose qui aurait pu provoquer la naissance prématurée, parlez-en à votre médecin ou à une infirmière. Ils vous diront très certainement que vous n’avez rien à vous reprocher et vous aideront plutôt à vous concentrer sur la tâche à accomplir, c’est-à-dire prendre soin de votre bébé.

4. Demandez du soutien

Bien souvent, les soins à donner à un bébé prématuré demandent plus de temps que ceux d’un bébé né à terme, sans compter que la situation est émotionnellement plus exigeante. En demandant le soutien des membres de votre famille ou de vos amis, vous vous faciliterez les choses. Ils pourront vous aider dans vos tâches domestiques, faire vos courses, prendre soin de vos autres enfants et, si votre bébé est à l’USIN, vous conduire à l’hôpital et vous en ramener.

Surtout, ne vous sentez pas coupable de retourner vous reposer à la maison tandis que les infirmières et les médecins prennent soin de votre bébé, particulièrement si vous avez subi une césarienne. Vous avez besoin de temps pour guérir et retrouver vos énergies avant de le ramener à la maison. Un bon réseau de membres de la famille et d’amis peut contribuer à soulager le sentiment de culpabilité accablant et l’épuisement que vous pourriez éprouver.

5. Apprenez à reconnaître les signes d’un accouchement prématuré

Si, avant votre 37e semaine, vous avez des signes indiquant que le travail pourrait commencer, appelez votre médecin. Ainsi, si vous perdez vos eaux, êtes prise de contractions ou avez le sentiment que quoique ce soit d’autre pose problème, il vaut mieux faire preuve de prudence et vous rendre à l’hôpital. Même s’il s’agit d’une fausse alerte, vous serez rassurée de savoir que vous aurez fait tout votre possible pour le bien-être de votre futur bébé.

Vidéos les plus populaires