Manger pour augmenter son énergie

Changer certaines habitudes alimentaires peut vous permettre d’augmenter votre niveau d’énergie. Apprenez à être en forme toute la journée!

Manger pour augmenter son énergie

Un bon petit déjeuner

Le petit déjeuner redonne à l’organisme le bagage d’énergie perdu pendant le jeûne de la nuit. C’est le repas qui donne le ton à la journée et met en forme, tant physiquement que mentalement. Manger le matin est indispensable, autant pour les adultes que pour les enfants, sans quoi le corps fonctionne à vide. Des études ont démontré que les enfants qui mangent au déjeuner se concentrent mieux, sont plus créatifs, ont un meilleur comportement ; c’est vrai aussi pour les adultes.

Des aliments riches en fer

L’anémie ferriprive est une des carences nutritionnelles les plus courantes en Amérique du Nord. Le fer est essentiel à la production d’hémoglobine, principale composante des globules rouges. L’hémoglobine transporte l’oxygène jusqu’aux cellules qui s’en servent pour produire de l’énergie et exécuter des fonctions métaboliques essentielles. Si l’organisme dispose de trop peu de fer, les globules rouges ne fourniront pas l’oxygène qu’il faut aux cellules. Les symptômes d’une carence en fer sont la fatigue chronique, le manque d’énergie et la difficulté à se concentrer. Les aliments riches en fer sont la viande rouge, les abats, les produits céréaliers entiers ou enrichis, le pain entier ou enrichi, les fruits séchés, les légumes verts feuillus, les légumineuses, les noix et graines, et la mélasse.

Davantage de glucides complexes

Une fois digérés, les glucides, ou hydrates de carbone, qu’on trouve dans le pain, les céréales cuites ou ­séchées, les fruits, les légumes et les desserts se transforment en simple glu­co­se. C’est ce glucose qui fournit l’énergie au cerveau, aux muscles et aux tissus de l’organisme. Les glucides complexes du pain entier, des céréa­les à grains entiers, des lentilles, légumineuses et autres féculents sont un carburant de choix. Parce qu’ils se digèrent lentement, ils alimentent l’organisme et le cerveau de façon constante, en même temps que leurs vitamines, minéraux et éléments phytochimiques les nourrissent.

Moins de sucreries

Les friandises et les sucreries peuvent donner un coup de fouet, mais ce regain est toujours suivi d’une chute d’énergie qui laisse encore plus épuisé qu’avant.

De petits repas, plusieurs fois par jour

En entrecoupant la journée de collations et de repas légers, on s’assure d’un apport constant de glucose. Autre avantage, on ne ressent pas la faim. Le repas du midi fournit le carburant pour l’après-midi et prévient le « coup de barre ». Le menu peut être le même pour un repas léger que pour une collation : soupe et sandwich, fromage et craquelins, mini-pizza, yogourt et fruit, crudités et trempette de haricots sont des choix de qualité sur le plan nutritif. Il faut diminuer les quantités au repas si l’on prévoit prendre une collation.

Rester constamment hydraté

Six à huit verres de liquides, c’est ce dont tout le monde a besoin pour rester hydraté pendant la journée, davantage si l’on fait de l’exercice. L’eau maintient la température du corps, transporte les nutriments, évacue les déchets. La fatigue est un symptôme d’une légère déshydratation, tandis que la soif n’est pas un indice fiable, et l’on peut être un peu déshydraté sans le savoir. Même si l’on reste inactif, il faut prendre l’habitude de boire régulièrement – eau, jus, limonade, lait, boissons pour sportifs – ou de consommer des aliments à haute teneur en liquide : soupe, laitue, concombre et fruits.

Attention à la caféine

Le sommeil est indispensable pour être plein d’énergie. La caféine est un stimulant qui fait concurrence à l’adénosine, élément chimique qui incite au sommeil. Plus on absorbe de caféine, moins il reste d’adénosine à l’heure du coucher, et le sommeil risque d’être écourté.

Popular Videos