Comment rompre avec votre médecin de famille

Si vous croyez que votre médecin de famille n’a pas votre santé à cœur, il est peut-être temps d’examiner les choix qui s’offrent à vous. Mais avant de prendre une décision définitive et de rompre avec lui, lisez ce qui suit.

Comment rompre avec votre médecin de famille

Les ruptures de relations sont courantes dans la vie, mais celle qui concerne un médecin de famille n’est pas une mince affaire. S’il est clair pour vous que votre médecin ne s’occupe pas de votre santé comme il le devrait, la décision de le quitter, elle, ne l’est pas car elle engendre beaucoup d’incertitudes et d’angoisse quant à l’avenir. Dans ces moments difficiles, il faut examiner les possibilités qui s’offrent à vous et prendre les bonnes décisions, celles qui ne mettront pas en péril votre santé. Les raisons pour rompre avec son médecin de famille sont multiples, mais comment choisir le moment idéal pour le faire?

Selon Durhane Wong Rieger, présidente et PDG du Institute for Optimizing Health Outcomes, les salles d’attente bondées et les rendez-vous retardés ne sont pas des raisons valables pour rompre avec son médecin. Ces problèmes sont causés par des difficultés inhérentes au fonctionnement du système de santé canadien. Par conséquent, «les médecins se trouvent parfois dans des circonstances telles qu’il leur est impossible de donner le meilleur d’eux-mêmes», explique-t-elle. Ils doivent rencontrer beaucoup de patients par jour. Si le médecin prend le temps qu’il faut pour chaque patient, il fera face à la congestion dans la salle d’attente, en conséquence, des rendez-vous devront être reportés. En ce sens, quitter son médecin à cause du temps d’attente n’est pas une sage décision.

Les motifs valables pour rompre la relation avec son médecin sont plus sérieux. Selon la présidente, les patients se plaignent principalement du manque de communication. «Les médecins ne sont pas des communicateurs nés. On entend souvent les gens dire "mon médecin ne m’écoute pas" ou "il ne sait pas comment avoir un bon contact avec les patients". On se plaint aussi que les médecins écartent les symptômes ou qu’ils oublient de faire le suivi des tests, ou encore qu’ils bousculent les patients vers la porte de sortie. N’attendez pas d’être envahis par ces problèmes, parlez à votre médecin. Soyez respectueux et exprimez vos inquiétudes clairement», conseille-t-elle.

«C’est une relation complexe, le médecin fait un travail pour vous. Vous êtes un client qui bénéficie du service que fournit le médecin. En tant que patient, vous devriez lui dire "Voici mes attentes, mes besoins, et ce que je souhaite"». Enfin, si communiquer vos besoins de manière claire ne sert à rien, ou si vous constatez des faits encore plus inquiétants: il hésite à vous diriger vers un confrère, ou il ne vous informe pas sur les nouveaux traitements, ou pire, votre santé se détériore à cause de sa négligence. Dans ce cas, cessez de le consulter.

Examinez les possibilités qui s’offrent à vous

Première étape: Faites des recherches afin de trouver un médecin qui accepte de prendre de nouveaux patients. Consultez votre famille et vos amis. Visitez le www.RateMDs.com, vous pourrez y lire les commentaires des patients. Si vous pensez l’avoir trouvé, appelez à son cabinet et demandez au personnel si ce médecin accueille de nouveaux patients. «Rendez-vous sur place et observez le degré de satisfaction des gens qui le consultent», conseille Durhane Wong Rieger.

Pour être sûr que vous avez fait le bon choix, prenez rendez-vous. «Faites-lui part de vos attentes. Cette rencontre est en quelque sorte une entrevue pour lui, comme pour vous», précise-t-elle.

Mettez fin à la relation

Deuxième étape: mettez fin à cette relation désagréable en personne. «Quittez-le en bons termes. Expliquez-lui les raisons de votre décision clairement en présentant les faits. Il est important de ne pas vous emporter ou de lui faire des reproches, sinon, vous risquez d’entacher votre message. Si vous avez besoin d’aide pour y arriver, demandez à un membre de votre famille ou à un ami, ou encore à un porte-parole des droits des patients d’être présent. Parfois, nous avons besoin d’un coup de pouce», explique-t-elle.

Rencontrer votre médecin dans de telles circonstances n’est pas facile et peut être stressant, mais cette étape est nécessaire si vous souhaitez allez jusqu’au bout de la démarche.

Demandez votre dossier médical

La dernière étape importante de votre démarche est d’obtenir votre dossier médical complet. «Certains médecins peuvent faire obstacle à votre demande en stipulant que les notes personnelles qui figurent à votre dossier ne vous appartiennent pas ou en vous faisant payer les photocopies», souligne la présidente. Cependant, rappelez-vous que vous avez parfaitement le droit d’obtenir votre dossier médical. Demandez poliment, en soulignant que vous avez besoin de tout ce qui s’y trouve: les notes du médecin, les résultats de tests et les films à rayons X. Obtenir votre dossier médical complet permettra à votre nouveau médecin d’y avoir accès. Une fois votre dossier en main, vous êtes prêt pour un nouveau départ.

Quoi faire si vous ne trouvez pas de médecin?

Malheureusement, tous les patients n’ont pas le privilège de se trouver un nouveau médecin du premier coup. Si vos recherches sont infructueuses, il est préférable que vous gardiez votre médecin actuel. «Il vaut mieux avoir un médecin de famille que pas du tout, même s’il ne fait pas l’affaire. De plus, le personnel est en général serviable et peut vous aider. La secrétaire peut vous obtenir un rendez-vous rapidement, ou même deux, si le médecin n’est pas trop occupé. L’infirmière peut vous aider à comprendre le point de vue du médecin».

En assumant un rôle proactif en ce qui concerne votre santé, vous pouvez transformer une situation désavantageuse pour vous en une situation gagnante, où vos intérêts de santé sont pris à cœur.

Vidéos les plus populaires