66 jours pour changer : Quel est votre point faible?

Soyons honnêtes : combien de régimes avez-vous essayés dans votre vie? J’ai moi-même contribué : Weight Watchers à l’adolescence, le régime soupe

66 jours pour changer : Quel est votre point faible?

Soyons honnêtes : combien de régimes avez-vous essayés dans votre vie?

J’ai moi-même contribué : Weight Watchers à l’adolescence, le régime soupe aux choux, un nettoyage loufoque où l’on boit des fouettés et où l’on mange des carrés de chocolat; les régimes South Beach, Atkins, sans oublier le mouvement Big Fat-Free des années 90. J’ai nettoyé et éliminé, essayé et échoué, et mon poids a augmenté et diminué.

Depuis quelques années, cependant, j’ai évité les régimes parce que, disons-le tous en chœur : « les régimes ne fonctionnent pas. » On le sait, mais nous sommes encore dans la situation où les vacances approchent et vous avez besoin de bien paraître dans votre maillot de bain. Vous pouvez tenir pendant de courtes périodes, aussi longtemps que vous savez qu’il y a une fin, n’est-ce pas?

Mes 66 jours de changement d’habitude signifient « être bien » la plupart du temps. Manger des aliments sains qui nourrissent mon corps pour la vie active que je vis. Pas seulement pendant 66 jours. Je suis en train de créer de nouvelles habitudes où l’alimentation saine est la norme. Cela signifie : oublier le sucre, le blé et la plupart des produits laitiers, dire non aux aliments transformés et devenir une lectrice d’étiquettes aguerrie. Je suis déjà ennuyée et épuisée d’avoir écrit cette phrase.

Lorsque nous mangeons et vivons en harmonie avec notre corps, il se passe quelque chose : notre corps est en harmonie avec nous et avec ce dont nous avons besoin, physiquement et émotionnellement. J’ai une longueur d’avance sur le Canadien moyen : mon frigo est plein de légumes en feuilles, de pommes, de baies, de yaourt grec, d’œufs, de viandes biologiques maigres, de poissons. Dans mon garde-manger il y a des amandes et des huiles saines comme de l’huile d’olive ou de noix de coco. J’aime le quinoa et le riz brun, et je ne mange pas de gluten… à l’exception d’une baguette tiède. Qui peut résister à une baguette tiède?

Ce qui m’amène à la question d’aujourd’hui. Quelle est votre kryptonite?

La mienne c’est le chocolat et ma kryptonite m’a eue ce week-end. Je ne peux pas prendre tout le blâme. Il y a une boîte de chocolats ouverte dans mon frigo depuis avant Noël. De beaux chocolats belges avec des garnitures de fantaisie. Je les ai évités. Je ne les ai pas jetés parce qu’occasionnelle ma famille aime le chocolat. Bien sûr, Erin.

Mais revenons à samedi soir dernier. Mon mari était en voyage d’affaires à l’étranger, et j’étais assise près du feu, une tisane de menthe à la main. J’écrivais. Je me suis dit : j’en voudrais un, juste un chocolat. Je le mérite : des semaines vertueuses sans alcool ni sucre. Je méritais un régal, je me suis dit… une récompense pour ma bonne conduite.

Donc, qu’est-ce que j’ai choisi? Le sucre, naturellement. Au moins, ce n’était pas un entonnoir plein de vin. C’était tentant, surtout vendredi, quand ma fille a vomi sa pizza partout dans la voiture. Ce soir-là, après une alternance de larmes et de vomissements, et après avoir enfin bordé ma petite malade, je regardais le succulent Zinfandel dans mon casier à vin… et j’y ai songé, mais je ne l’ai pas fait.

Alors samedi, un tout petit chocolat me semblait non seulement mérité, mais c’était mon devoir de le prendre. J’y avais droit! Ce chocolat était à moi. Et son goût était si bon (OK, j’en ai pris deux).

La diététiste Stefanie Senior me l’a dit, ce n’est pas ma faute. « Non seulement le sucre a des propriétés qui créent une dépendance, mais il stimule les centres de récompense du cerveau », affirme-t-elle. Ma plus grande préoccupation, après ce que je vais maintenant appeler « le premier délit de mes 66 jours », est de savoir si je peux reconditionner mon cerveau à ne pas vouloir me récompenser avec du chocolat.

« Environ un mois après avoir éliminé les aliments modifiés et sucrés, les gens peuvent commencer à détecter des goûts plus subtils dans les aliments naturels », ajoute Stefanie. « À ce stade, lorsqu’on réintroduit un aliment sucré artificiellement, on se rend compte que c’est très sucré. On peut commencer à préférer des aliments qui le sont moins. »

Donc, allons à l’essentiel : vous pouvez recycler votre palais. Si le sucre n’est pas votre truc, mais que vous ne pouvez pas résister à un sac de croustilles, cessez pendant un mois. Vous pourriez découvrir que vous goûtez vraiment le sel et le gras beaucoup plus, une fois que vous en êtes sevré.

Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas se récompenser ni se permettre des « congés. » Je connais beaucoup d’entraîneurs qui se permettent d’avoir un jour par semaine où ils ne sont pas nécessairement « à cheval sur les principes » et se laissent la liberté de consommer certains aliments dont ils ont vraiment envie.

Quelle est votre kryptonite? Le fromage? Les biscuits? Les frites? J’aimerais entendre vos histoires.

Parlant d’histoires, beaucoup de gens m’envoient des gazouillis (tweet) pour me dire ce qu’ils font. Beaucoup d’entre vous boivent de l’eau citronnée et un certain nombre ont commencé à mettre des dollars dans un pot pour récompenser leurs activités de remise en forme. Bonne idée! Quelques personnes m’ont demandé si j’allais consommer du sucre de nouveau. Je pense que ce serait triste de vivre en ce monde si nous ne nous permettions pas de friandises. Et un peu de vin, avec modération, est bon pour la santé. La bonne nouvelle, c’est qu’après ma première incartade, je n’ai pas dévoré tout le chocolat dans la maison.

Ce que je suis en train de faire, c’est échanger mes mauvaises habitudes contre des bonnes. Rappelez-vous, quand nous avons commencé, je vous ai dit qu’une étude effectuée au Royaume-Uni indique qu’il faut 66 jours, en moyenne, pour créer une nouvelle habitude. Mais l’étude dit aussi que cela prend plus de temps pour briser une habitude. Je m’inscris pour le long terme.

Après tout, c’est ma vie, non?

‘ Erin

Suivez-moi sur Twitter: @erinpp

Erin Phelan est spécialiste en conditionnement physique et mère de deux enfants. Elle collabore régulièrement à Plaisirs Santé et tiendra un blogue ici durant les 66 prochains jours.

Popular Videos