5 réflexes du corps qui vous protègent des microbes

Éternuer. Se gratter. Larmoyer. Autant de réflexes dont nous sommes à peine conscients ou qui nous exaspèrent. En réalité, ce sont des réactions spontanées qui, à leur façon, nous protègent contre des toxines ou des microbes pathologiques avant qu’ils ne puissent nuire à notre santé. 

5 réflexes du corps qui vous protègent des microbes

Voici 5 réflexes naturels qui, malgré qu’ils soient plutôt désagréables, permettent aux corps de se défendre contre les virus et autres ennemis de la santé.

 

Se gratter 

Se gratter est un geste naturel provoqué, lors d’une démangeaison, par de minuscules récepteurs, les nocicepteurs, présents dans les terminaisons nerveuses de la peau. Ils vous avertissent qu’un ennemi – un moustique, par exemple – fait pression sur votre peau et ils vous disent : « Chasse-le ! » 

 

La toux 

La toux libère la bouche, la gorge et les poumons d’envahisseurs étrangers – moisissures, pollen, acariens de la poussière, pellicules d’animaux et mucus riche en microbes ; c’est un réflexe défensif si utile que, sans y penser, vous toussez une ou deux fois par heure. Hélas, les infections respiratoires sont souvent propagées par les gouttelettes chargées de pathogènes que la toux dissémine dans l’air. 

 

Éternuer

Éternuer c’est tousser par le nez. Quand, par exemple, vous respirez de la poussière, les cellules nerveuses du nez commandent au cerveau de l’expulser. On éternue aussi pour chasser les microbes qui se multiplient dans les voies nasales quand on a le rhume ou la grippe. Éternuer aide à libérer le corps de certains pathogènes. 

Quand vous sentez venir l’éternuement, ne le réprimez pas. Sans exutoire normal, ce jet d’air de 160 km/h peut refouler les microbes et les particules virales dans les trompes d’Eustache de l’oreille moyenne et induire une mauvaise infection 

 

Vomir

Vomir c’est expulser de l’estomac ou du duodénum (partie supérieure de l’intestin grêle) des substances nocives identifiées par des récepteurs des parois de l’appareil digestif. Le cerveau commande alors à l’appareil digestif de s’arrêter, d’inverser son mouvement normal et de se contracter pour expulser ces matières par l’œsophage et la bouche. 

 

Les larmes 

Les larmes protègent les yeux grâce à une enzyme, le lysozyme, qui tue les bactéries en altérant les substances chimiques grâce auxquelles elles peuvent avoir des parois cellulaires saines. Les larmes protègent aussi les yeux contre la poussière et les particules irritantes. Elles restent abondantes tant qu’elles n’ont pas « lavé » les yeux des corps étrangers qui les menacent. Pleurer de chagrin, c’est aussi réagir contre les éléments chimiques produits par le stress. 

En dépit de cette gamme impressionnante de barrières, de réflexes et d’éléments chimiques, l’ennemi réussit parfois à envahir l’organisme ; il se heurte alors à une seconde ligne de défense. 

Vidéos les plus populaires