Share on Facebook

5 maladies auto-immunes qui vous touchent

Environ deux millions de Canadiens sont atteints de maladies auto-immunes. Apprenez-en plus sur ces maladies et découvrez si vous êtes à risque.

1 / 6

Maladie auto-immune: le corps contre lui-même

 

Les maladies auto-immunes sont celles où le système immunitaire se retourne contre l’organisme qu’il est censé protéger («auto» signifie «soi-même»), attaquant les cellules et les tissus sains. Elles sont l’équivalent médical des tirs amis à la guerre, et peuvent causer de sérieux dommages.

 

Il y a 50 maladies auto-immunes connues. Elles touchent deux millions de Canadiens, dit le Dr Edward Keystone, directeur du Centre Rebecca MacDonald pour l’arthrite et les maladies auto-immunes au Mount Sinaï Hospital de Toronto. L’auto-immunité affecte les femmes de manière disproportionnée. Les ratios varient selon la maladie, mais, dans l’ensemble, près de 80 % des personnes atteintes de maladies auto-immunes sont des femmes.

 

Bien que nous ne comprenions pas encore les causes de l’auto-immunité ni comment y remédier, «il y a un énorme sentiment d’optimisme», déclare le Dr Keystone. Les chercheurs en apprennent de plus en plus sur le système immunitaire et sur la raison pour laquelle il devient hyperactif, y compris le rôle joué par la génétique. De nouveaux médicaments pour certaines maladies, dont le lupus érythémateux et la polyarthrite rhumatoïde, s’attaquent à des problèmes spécifiques de l’organisme en agissant comme des «missiles téléguidés». C’est une amélioration par rapport à l’approche «tapis de bombes» des thérapies plus anciennes. «En vérité, dit le Dr Keystone, nous sommes rendus au point le plus excitant dans l’histoire du traitement des maladies auto-immunes, en termes de nouvelles thérapies et d’amélioration de l’état des patients.»

 

Voici un aperçu de quelques-unes des maladies auto-immunes qui vous touchent.

 

 

2 / 6

Lupus

 

On parle aussi de «lupus érythémateux disséminé ou systémique». Cette maladie auto-immune attaque les organes et les tissus sains – les articulations, la peau, les cellules sanguines, les poumons, le cœur, les reins et le cerveau; 90 % des personnes atteintes de lupus sont des femmes et la maladie débute généralement entre 15 et 40 ans.

 

Les causes du lupus ne sont pas connues, mais la théorie qui prévaut est qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs. Il peut s’agir de prédisposition génétique et d’exposition à des déclencheurs environnementaux, tels que des virus, une infection ou la lumière UV. Il n’y a pas deux cas de lupus identiques, mais les symptômes communs incluent: la raideur articulaire, avec douleur et enflure, la fatigue, la fièvre, une éruption cutanée en forme de papillon sur le nez et les joues, des lésions de la peau, la sécheresse des yeux et des problèmes cognitifs, comme la confusion et la perte de mémoire. Beaucoup de gens atteints de lupus sont sensibles à la lumière du soleil.

 

Les médecins traitent les patients atteints de lupus avec des immunosuppresseurs et des corticostéroïdes. L’exercice, une alimentation saine et un repos adéquat sont utiles dans la gestion de la maladie. Pour en savoir plus sur cette maladie complexe, voyez le site de Lupus Canada.

 

3 / 6

Polyarthrite rhumatoïde

 

Dans la polyarthrite rhumatoïde (PR), le système immunitaire attaque les articulations et les tissus environnants, ce qui conduit à l’inflammation accompagnée de douleur, enflure et raideur, et peut limiter la mobilité. En général, les gens atteints de PR ont des symptômes permanents avec des pointes («des poussées») d’activité de la maladie suivies de périodes plus calmes. La maladie provoque progressivement des dommages permanents, en particulier aux mains et aux pieds. Elle peut aussi causer de la fatigue et affecter d’autres organes.

 

Selon la Société de l’arthrite, environ un Canadien sur 100 souffre de polyarthrite rhumatoïde. Cette maladie touche plus souvent des personnes d’âge moyen, même si elle peut commencer à n’importe quel stade de la vie. Elle débute progressivement, par des douleurs articulaires et une raideur bénignes. D’autres symptômes sont la raideur matinale, des articulations chaudes et/ou douloureuses, la sécheresse de la bouche et des yeux, un engourdissement, des picotements ou des sensations de brûlure dans les mains et les pieds et des troubles du sommeil. Le traitement peut comprendre des médicaments, la physiothérapie, l’exercice, un changement d’alimentation ou la chirurgie.

 

Visitez le site de la Société de l’arthrite pour en savoir plus sur les signes avant-coureurs de la polyarthrite rhumatoïde, le diagnostic et le traitement.

 

4 / 6

Sclérose en plaques

 

Le plus souvent diagnostiquée chez les jeunes adultes (15 à 40 ans), la sclérose en plaques (SEP) est un mal neurologique complexe, imprévisible et progressif. La SEP se développe lorsque le système immunitaire attaque le système nerveux, causant une inflammation et endommageant la gaine de myéline qui enveloppe et protège les cellules nerveuses dans le cerveau, la moelle épinière et le nerf optique.

 

Au fil du temps, la SEP affecte l’ouïe d’une personne, sa vision, son équilibre, sa mobilité, son élocution et sa mémoire, et cause des problèmes, comme la fatigue, des spasmes musculaires, des engourdissements, des tremblements et des problèmes du côlon et de la vessie. Les personnes atteintes de sclérose en plaques connaissent des attaques qui durent de quelques jours à plusieurs mois, en alternance avec des périodes de rémission (avec peu ou pas d’activité pathologique).

 

Le Canada présente l’un des taux les plus élevés au monde de SEP. Les femmes sont trois fois plus susceptibles que les hommes de développer la maladie. Pour en savoir plus sur le diagnostic et le traitement de la SEP, visitez le site de la Société canadienne de la sclérose en plaques.

 

5 / 6

Maladie de Crohn

 

La maladie de Crohn entraîne une inflammation du tractus gastro-intestinal et affecte le petit ou le gros intestin, le rectum ou la bouche. Les causes de la maladie de Crohn ne sont pas connues, mais les facteurs semblent comprendre des aspects génétiques et environnementaux. Elle frappe le plus souvent des personnes de 15 à 35 ans, mais peut se manifester à n’importe quel âge.

 

Les principaux symptômes sont des douleurs abdominales, des douleurs lors du passage des selles, une diarrhée persistante, la fatigue, la fièvre et la perte de poids. Les autres symptômes comprennent douleurs et gonflements articulaires, inflammation des yeux, ulcères buccaux, constipation, saignements rectaux et autres. Le traitement aide les gens atteints de la maladie de Crohn à gérer la maladie.

 

Si vous remarquez un changement dans vos habitudes intestinales ou des symptômes de la maladie de Crohn, consultez votre médecin. Pour en savoir plus sur la vie avec la maladie de Crohn, communiquez avec la Fondation canadienne des maladies inflammatoires de l’intestin.

 

6 / 6

Syndrome de Gougerot-Sjögren

 

Le syndrome de Gougerot-Sjögren (prononcez «SHOW-GREN»), est une maladie dans laquelle le système immunitaire attaque les glandes qui produisent les larmes et la salive, les rendant éventuellement incapables d’en produire. Cela provoque une sécheresse des yeux et de la bouche, qui peut être très inconfortable et douloureuse.

 

Les yeux secs peuvent apparaître croûtés, les paupières rester collées le matin et les lumières brillantes causer de l’inconfort. L’application fréquente de gouttes oculaires (larmes artificielles) est nécessaire. La sécheresse de la bouche provoque des problèmes d’élocution et de déglutition et peut aussi entraîner de graves problèmes de santé bucco-dentaire, dont la détérioration des dents. Les personnes atteintes de Gougerot-Sjögren ressentent également de la fatigue, et souffrent d’inflammation dans certaines parties du corps (les poumons, la peau, le système gastro-intestinal, les nerfs et les articulations).

 

Le syndrome de Gougerot-Sjögren peut se manifester seul ou en conjonction avec une autre maladie auto-immune, comme le lupus, la polyarthrite rhumatoïde ou la sclérodermie. On estime que 430 000 Canadiens vivent avec ce syndrome. Pour plus d’informations, visitez le site de la Sjögren Society of Canada.