Zona

Peut-être pensiez-vous être tirée d’affaire lorsque vous avez guéri de la varicelle il y a de cela très longtemps. Mais voilà que le même virus revient, déterminé à se venger, prenant cette fois la forme du zona. De nos jours, les antiviraux et les soins appropriés peuvent soulager la douleur et les malaises associés à cette maladie.

Zona

Ce qu’est le zona

Le zona (ou herpes zoster) est une réactivation du virus qui vous a donné un jour la varicelle (varicella zoster). Chez la plupart des gens, il reste latent, parfois définitivement, dans les nerfs à proximité de la moelle épinière. Par contre, chez 10 à 20% des adultes, il est mystérieusement réactivé sous forme de zona, une affection douloureuse et vésiculeuse. On ne sait pas pourquoi cela se produit, mais on pense que le virus réapparaît lorsque le système immunitaire est affaibli en raison d’une maladie, d’un stress émotionnel, de l’emploi de médicaments immunodépresseurs, ou simplement à cause du processus naturel de vieillissement (de nombreuses personnes soufrant du zona ont plus de 60 ans).

Chez environ le cinquième des personnes qui souffrent du zona, la douleur persiste des mois après la disparition des vésicules. Cette douleur, qui porte le nom d’algie post-zona (APZ), ou de névrite post-zostérienne, résulte des lésions infligées par le virus aux cellules nerveuses. Elle peut se manifester sous forme d’une douleur chronique ou d’une douleur aiguë et lancinance qui provoque une extrême sensibilité au plus léger contact. Heureusement, chez la plupart des gens, elle disparaît presque complètement.

Traitement du zona

Pour traiter la douleur et les démangeaisons du zona, on a recours aux médicaments. Les antiviraux, par exemple, raccourcissent la durée de la maladie. Les analgésiques soulagent la douleur et les crèmes et lotions topiques calment les démangeaisons. Si vous faites de l’APZ, votre médecin vous administrera divers traitements, à commencer par un antidouleur. Si votre algie est très grave, l’anesthésie épidurale pourrait en venir à bout.

Médicaments contre le zona

On recommande habituellement de prendre un antiviral, idéalement en moins de 72 heures après l’apparition de l’éruption. Les antiviraux freinent la propagation du virus et peuvent diminuer sensiblement votre risque de souffrir d’APZ. Cependant, leur plus grand avantage est de guérir l’infection en sept à dix jours, alors que non traitée, elle dure de deux à quatre semaines. L’acyclovir (Zovirax), l’antiviral le plus souvent prescrit, doit être administré à raison de cinq doses par jour. Le famciclovir (Famvir) et le valacyclovir (Valtrex), médicaments plus récents, ne nécessitent que trois doses par jour.

On vous recommandera également de prendre un analgésique. Si votre douleur n’est pas très forte, les analgésiques en vente libre (aspirine, acétaminophène, ibuprofène) suffiront. Par contre, si vous souffrez beaucoup, votre médecin pourrait vous prescrire un médicament plus puissant, par exemple de la codéine, du propoxyphène (Darvon) ou de l’hydrocodone (Vicodin). Les médicaments topiques soulageront, quant à eux, les démangeaisons causées par les vésicules et freineront l’infection. Appliquez de la calamine, ou passez sur la région atteinte un linge mouillé de sulfate de zinc (0,025%) ou de solution de Burrow (acétate d’aluminium). Si vos vésicules sont infectés, consultez votre médecin afin qu’il vous prescrive un antibiotique

La douleur de l’APZ exige des traitements plus musclés, par exemple un analgésique topique d’ordonnance, tel que le timbre de lidocaïne (Lidoderm). La crème de capsicine (Zostrix), substance qui confère aux piments forts leur piquant, est également calmante mais il faut parfois six semaines pour qu’elle exerce son plein effet. Assurez-vous que vos vésicules soient complètement guéris avant de l’utiliser.

Les antidépresseurs et les anticonvulsivants jouissent tous deux d’une longue et solide réputation pour le traitement de la douleur. Les antidépresseurs tricycliques, prescrits à des doses dix fois plus faibles que celles qui sont utilisées pour traiter la dépression, bloquent les substances chimiques du cerveau qui interviennent dans la perception de la douleur. Pour l’APZ, on prescrit couramment la nortriptyline (Pamelor, Aventyl) et l’amitriptyline (Elavil). Les anticonvulsivants soulagent la douleur en calmant les nerfs exagérément actifs. La gabapentine (Neurontin), un médicament relativement nouveau appartenant à cette famille, s’est montrée efficace pour soulager l’algie post-zona. Si vos douleurs sont intolérables, votre médecin pourrait vous prescrire un opioïde, par exemple de l’oxycodone (OxyContin), seul ou en association avec d’autres médicaments.

Changements dans le mode de vie

Un certain nombre de mesures simples pourrait vous aider à mieux maîtriser votre zona.

  • Ne vous grattez pas (aussi intenses que soient vos démangeaisons). Vous risqueriez de crever les vésicules qui pourraient alors s’infecter. Pour prévenir l’infection bactérienne, nettoyez régulièrement la région atteinte avec de l’eau et du savon.
  • Protégez vos vésicules. Durant la journée, recouvrez les lésions d’une gaze. Pour la faire tenir en place durant la nuit, recouvrez-la d’une bande Velpeau (bande élastique) retenue par des agrafes.
  • Appliquez des compresses froides et humides ou une vessie de glace sur les endroits qui démangent, ou laissez-vous tremper dans un bain d’eau tiède additionné d’avoine colloïdale (Aveeno) ou de fécule de maïs. Tenez-vous loin des sources de chaleur, qui pourraient intensifier vos démangeaisons.
  • Portez des vêtements amples et respirants. Ils risquent moins de frotter sur votre peau irritée.

Interventions pour le traitement du zona

La neurostimulation transcutanée (TENS) pourrait contribuer à soulager votre douleur. Elle consiste à appliquer des électrodes sur la peau et à stimuler les fibres nerveuses au moyen d’un faible courant électrique, ce qui entraîne la production d’endorphines, analgésiques naturels de l’organisme. Si votre douleur est telle qu’elle affecte sérieusement votre qualité de vie, l’ anesthésie épidurale ou, encore, les injections d’anesthésiques ou de stéroïdes dans les membranes entourant vos nerfs pourraient être indiquées. Parlez-en à votre médecin. Lors d’une étude menée en 2000, 90% de ceux qui avaient reçu ces injections se sont dits fortement soulagés. Les injections associant antiviraux et stéroïdes peuvent également traiter les cas difficiles de zona.

Questions à poser à votre médecin

  • Ma douleur est d’intensité 10. Quel soulagement puis-je attendre d’un analgésique?
  • Se pourrait-il que je souffre d’une maladie non diagnostiquée qui déclenche mon zona?
  • Quels sont les risques que mon zona s’étendent à d’autres parties de mon corps?

Vivre avec le zona

Voici quelques conseils qui vous aideront à mieux prendre en charge votre zona:

  • Insistez pour que votre douleur soit soulagée. Bien que temporaire, la douleur qui accompagne le zona est parfois très intense. Si votre médecin vous laisse entendre que vous devriez «apprendre à vivre avec», consultez-en un autre, par exemple un spécialiste de la douleur.
  • Pour soulager la douleur de l’APZ, vous devriez apprendre à gérer votre stress. Les résultats d’études indiquent que la méditation, la respiration profonde et la relaxation musculaire progressive peuvent calmer et soulager la douleur. Vous pourriez consulter en outre un praticien qualifié en hypnose, biofeedback ou acupuncture.
  • Restez à l’écart des personnes qui n’ont pas contracté la varicelle. Le zona n’est pas contagieux mais il peut transmettre la varicelle aux enfants et aux adultes qui n’ont jamais contracté cette maladie et n’ont pas été vaccinés.

Prévention du zona

  • Mangez bien. Une alimentation pauvre en vitamines, minéraux et antioxydants risque de contribuer à affaiblir votre système immunitaire, vous rendant plus vulnérable à l’infection. Adoptez une alimentation riche en fruits, légumes et grains entiers, et pauvre en gras.
  • Gérez votre stress. Le stress peut déclencher le zona. L’exercice vous aidera à le gérer. Faites de la marche rapide une demi-heure par jour ou de la natation, du vélo ou du yoga.
  • Évitez la varicelle. La meilleure manière de prévenir le zona c’est d’éviter la varicelle. Il existe désormais un vaccin (Varivax) contre cette maladie. Si vous ne l’avez jamais contracté et vous faites vacciner, vous pourriez également être protégé contre le zona, bien que les médecins ne sont pas absolument certains que le vaccin agisse contre les deux maladies.
  • Prenez de la B12. Sous forme d’injection, la B12 peut soulager la douleur de l’APZ et renforcer les tissus qui revêtent les nerfs. Informez-vous auprès de votre médecin.
  • Appliquez de la crème. Appliquée à raison de trois ou quatre fois par jour, la crème de capsicine (substance qui confère son piquant au piment fort) s’est montrée efficace pour le soulagement de la douleur chez de nombreuses personnes. Elle agit au bout de quelques semaines d’emploi quotidien.
  • Appliquez du gel. On a montré que les gels à base de glycyrrhizine, composé actif de la réglisse, pouvaient bloquer le virus du zona lorsqu’on les appliquait sur les parties touchées à raison de trois ou quatre fois par jour.
  • Dormez. Il est recommandé de garder le lit dans les premiers stades du zona, particulièrement si vous faites de la fièvre. Comme les vésicules crevés peuvent transmette la varicelle aux personnes qui ne l’ont jamais contractée, changez fréquemment votre literie.
  • Calmez votre peau. Pour favoriser la guérison (et la relaxation), ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle de rose, de lavande, de bergamote ou de mélaleuque à l’eau de votre bain, après les avoir diluées dans de l’huile végétale.
  • Apaisez la douleur. Appliqué sur les vésicules quelques fois par jour, l’onguent ou la lotion de souci soulage la douleur. Ou encore, appliquez une pâte composée de deux comprimés d’aspirine écrasés et de deux cuillères à soupe d’alcool à friction trois fois par jour afin de calmer les élancements.
  • Soulagez vos démangeaisons. Demandez au pharmacien de vous préparer une mixture comprenant 75% de calamine, 29% d’alcool à friction, 1% de menthol et 1% de phénol (des éléments inertes composent les deux pour cent restants). Appliquez cette solution régulièrement sur vos vésicules afin de soulager les démangeaison. On a également utilisé avec succès l’huile à la vitamine E et le gel d’aloès.
  • Mettez de la glace. Appliquez sur les régions touchées des vessies de glace ou des blocs réfrigérants par périodes de 10 minutes. Ménagez un intervalle d’au moins 5 minutes entre les applications.
  • Appliquez des compresses. Vous trouverez à la pharmacie des compresses contenant une solution d’acétate d’aluminium; elles soulageront vos démangeaisons.
  • Poudrez-vous. Pour empêcher vos vêtement de frotter contre vos vésicules, appliquez de la poudre d’avoine colloïdal sur votre peau.
  • Tentez les aiguilles. Certains rapportent que l’acupuncture est efficace contre le zona, particulièrement contre la douleur de l’APZ.

Éloignez le stress. Le tai chi, la méditation et l’auto-hypnose peuvent vous aider à atténuer votre stress et à supporter la douleur. Même lorsque les symptômes auront disparu, ces techniques pourraient vous aider à faire face aux stress quotidiens et, possiblement, à prévenir une rechute.

Vidéos les plus populaires