Orthorexie nerveuse: qui est à risque?

Les sujets atteints d’orthorexie nerveuse sont obsédés par l’idée de consommer des aliments qu’ils jugent «purs» ou «sains», au point de voir leur bien-être menacé. Cela peut aller jusqu’à la malnutrition.

Orthorexie nerveuse: qui est à risque?Paradise studio/Shutterstock

S’efforcer de bien manger peut se transformer en une obsession malsaine. Les sujets atteints d’orthorexie nerveuse sont obsédés par l’idée de consommer des aliments qu’ils jugent «purs» ou «sains», au point de voir leur bien-être menacé. Cela peut aller jusqu’à la malnutrition. «Quand le trouble évolue, le patient est de plus en plus strict sur le choix de ses aliments», explique Sarah McComb, étudiante en psychologie clinique à l’université de York, à Toronto. «Certains vont même jusqu’à éliminer les matières grasses, les glucides ou tout un groupe alimentaire.»

L’orthorexie ne figure pas encore dans les manuels de psychiatrie, mais elle a été décrite dans plusieurs revues scientifiques. Elle va plus souvent de pair avec le perfectionnisme, les régimes, les traits obsessionnels compulsifs, les problèmes de santé mentale et une image corporelle négative. Curieusement, et contrairement à de nombreux autres troubles de l’alimentation, hommes et femmes seraient logés à la même enseigne.

Passer des heures à penser au repas et à le préparer, perdre involontairement du poids, avoir des habitudes alimentaires qui nuisent aux relations personnelles et souffrir de ne pas savoir de quoi est composé un repas et comment il a été préparé sont autant de symptômes qui doivent alerter sur un problème d’orthorexie. «Si vous vous reconnaissez dans ces comportements, consultez un professionnel de la santé», recommande Sarah McComb.

Trouvez des conseils et des réponses à vos questions dans notre rubrique Santé et bien-être.

Contenu original Selection du Reader’s Digest

Vidéos les plus populaires