Les ankylostomes peuvent-ils guérir les allergies?

Certaines personnes souffrant d’allergies chroniques se laissent parasiter par des ankylostomes dans l’espoir de se débarrasser de leurs allergies. Cette thérapie apporte-t-elle un réel espoir ou n’est-ce qu’une tromperie de charlatan?

Les ankylostomes peuvent-ils guérir les allergies?

Que préférez-vous: souffrir d’une maladie chronique incurable ou laisser des vers parasites s’infiltrer sous votre peau? Cela peut sembler idiot, et même dégoûtant, mais il y a tout de même beaucoup de gens qui optent pour cette deuxième solution.

La « thérapie helminthique » (expression tirée du mot « helminthe », un ver parasite), qui gagne en popularité, consiste en une série de traitements controversés utilisant de petites doses d’œufs et de larves de vers parasites pour combattre tout un éventail de maladies communes et incurables.

L’idée, c’est de corriger les dysfonctions du système immunitaire.

La cible, ce sont les maladies chroniques auto-immunes, dont le rhume des foins et d’autres allergies, l’asthme, l’eczéma, et des désordres intestinaux tels que la maladie de Crohn, la colite et même, selon certains adeptes, la sclérose en plaques.

La thérapie helminthique prend racine dans l’hypothèse hygiénique, une théorie qui remonte à un article sur la recherche séminale publié en 1989 dans le British Medical Journal et qui tentait d’expliquer la déconcertante incidence des maladies auto-immunes dans les pays occidentaux.

Par exemple, près de 10 % des Canadiens de 12 ans et plus souffrent aujourd’hui d’asthme, selon l’Asthma Society of Canada. Ça fait 2,3 % de plus qu’en 1979 (chez les adultes de 15 ans et plus), et cette incidence continue de croître dans le monde d’environ 50 % par décennie.

Comment expliquer cette augmentation? Selon l’hypothèse hygiénique, nous sommes trop propres! Cela pose problème, parce que toutes les petites bêtes ne sont pas forcément «mauvaises ». En fait, certaines d’entre elles sont même indispensables, et nous ne serions pas capables de digérer s’il n’y avait pas autant de microbes dans notre estomac.

Toujours selon cette théorie, le système immunitaire des enfants ne peut apprendre à réagir correctement contre des corps étrangers s’il n’est pas exposé à une quantité « normale » de germes.

Dans les pays tropicaux où les parasites sont largement répandus, la population souffre beaucoup moins de troubles causés par une réponse exagérée du système immunitaire, comme l’asthme et les allergies. Les parasites ont évolué de façon à entraver la capacité du système immunitaire de les combattre, et la théorie veut donc que, si le système immunitaire réagit trop fortement, un médecin doive simplement prescrire une petite dose de parasites.

Mais votre médecin ne peut le faire, car prescrire des parasites est illégal au Canada. Santé Canada n’a encore approuvé aucun « ver médicinal », qu’il classe parmi les drogues, et il peut donc encore couler beaucoup d’eau sous les ponts avant qu’un tel traitement ne soit disponible. Tout Canadien désireux de tenter ce type de traitement « devrait se renseigner auprès de son médecin sur les études cliniques », nous a répondu Santé Canada par courriel.

Il est toutefois légal de commander des vers parasites auprès de la poignée de fournisseurs que l’on peut trouver en ligne. L’un des plus courus est celui de l’entreprise Web Autoimmune Therapies.

Jasper Lawrence, qui a fondé cette entreprise trois années plus tôt avec le chimiste Marc Dellerba, révèle qu’il a décidé de devenir fournisseur pour les thérapies mettant en œuvre des parasites après avoir traité ses propres malaises avec des ankylostomes.

Il avait de l’asthme et de graves allergies depuis toujours, alors il a décidé de « laisser tomber la médecine moderne » pour essayer une dose de parasites, comme l’avaient expérimenté certains immunologistes en Angleterre.

N’arrivant pas à se procurer le moindre ankylostome aux États-Unis, « et même sur Internet, où l’on trouve pourtant toute sorte de choses bizarres », il part pour une région du Cameroun dans laquelle un cinquième de la population est infecté par ce ver. Comment l’a-t-il attrapé lui-même? « J’ai simplement marché à pieds nus à proximité des latrines. »

Ses allergies et son asthme se sont évanouis quelques mois plus tard, et il s’est mis à offrir cette thérapie sous une forme plus acceptable : des timbres transdermiques de larves et d’œufs de trichuris dans une solution saline. Il affirme que ce traitement peut aider à obtenir la rémission des symptômes pendant en moyenne 5 années, alors que les thérapies proposées ailleurs ne promettent que des antihistaminiques, des inhalations et d’autres médicaments à vie.

Le traitement n’est pas donné : 2 900 $US pour une seule dose d’ankylostomes ou de trichuris, et 3 900 $US pour une combinaison des deux. Selon Jasper Lawrence, le traitement opère généralement dans les 2 à 3 mois, mais il arrive qu’il prenne 11 mois pour agir chez certains. À ce jour, 180 personnes ont suivi la thérapie helminthique offerte par le site Web d’Autoimmune Therapies.

Ce traitement a-t-il une base scientifique?

« Les observations illustrant qu’un manque d’allergènes ambiants ou d’attaques pathogènes pendant le développement du système immunitaire fausse le fonctionnement de ce dernier, et le lien entre les infections helminthiques et la réponse aux allergies est bien connu », dit le professeur Dan Brooks, un parasitologue de l’Université de Toronto qui étudie des parasites tels que les vers ainsi que leurs effets sur les mammifères qui les hébergent. « La question, selon moi, c’est : que pouvons-nous faire de façon éthique et morale pour stimuler de jeunes systèmes immunitaires innocents sans manquer à l’un des principes du serment d’Hippocrate : s’abstenir de tout mal? »

Jasper Lawrence insiste sur le fait que le traitement ne présente que de faibles risques : les doses sont trop petites pour provoquer une maladie parasitaire, les œufs et les vers ne se reproduiront pas dans votre corps (et ne seront pas contagieux pour votre entourage) et si, à un moment quelconque du traitement, vous vous sentez mal (ou si vous trouvez l’idée d’héberger volontairement des vers dans votre corps intolérable), vous pouvez facilement interrompre le traitement en prenant une dose normale de médicament antiparasitaire.

« De 25 à 30 % des gens rejettent fortement l’idée d’un tel traitement, quel que soit leur niveau d’instruction, probablement en raison du dégoût qu’il leur inspire’ mais où est le mal de l’essayer, notamment lorsque l’on sait que la médecine traditionnelle n’offre aucun espoir de guérison? » dit-il.

Beaucoup d’universitaires s’entendent pour dire que cette thérapie n’est pas sans risque. Des chercheurs et des cliniciens craignent que, dans certains cas, une dose de vers puisse affaiblir le système immunitaire. Sur le site d’Autoimmune Therapies, un avis prévient en outre que le traitement sera refusé à ceux « qui sont séropositifs ou souffrent d’une autre infection grave et incurable ».

Cependant, beaucoup de chercheurs pensent que l’idée doit être creusée.

« Les thérapies helminthiques semblent donner de bons résultats, mais les preuves ne sont jusqu’ici qu’anecdotiques, dit le professeur Derek McKay, physiologiste à l’Université de Calgary. Ce n’est encore qu’une hypothèse, pas une théorie. »

« L’association de la faible incidence des maladies auto-immunes dans les pays tropicaux en développement avec un haut taux d’infections parasitaires n’est peut-être qu’une coïncidence. D’autres facteurs peuvent jouer un rôle et il reste beaucoup de recherche à faire, affirme-t-il. »

« En attendant, je crois que la thérapie helminthique a sa place parmi les options à offrir à ceux chez qui les stéroïdes et les anti-inflammatoires ont échoué. »

Même si cela semble curieux, ces parasites ont sans doute quand même beaucoup à apprendre aux chercheurs qui voudraient reproduire leurs effets thérapeutiques sous forme médicamenteuse.


Conseil Uniprix

Traitement des allergies

Popular Videos