Incontinence

Si vous devez aller «au petit coin» plus souvent qu’à votre tour ou que vous ne pouvez vous retenir à temps, il s’en suit des désagréments et de l’embarras. Il ne faudrait cependant pas vous décourager car il existe de nombreuses solutions (notamment des médicaments et des exercices appropriés) à ce problème extrêmement courant qu’est l’incontinence.

Incontinence

Ce qu’est l’incontinence

Des millions de Nord-Américains souffrent d’incontinence urinaire, mais nombreux sont ceux qui s’abstiennent d’en parler à leur médecin, soit parce que cela les embarrasse soit parce qu’ils croient, à tort, que c’est une conséquence normale de l’âge. C’est dommage car le médecin peut faire beaucoup pour maîtriser ce problème, voire le guérir.

Les deux formes les plus communes sont l’incontinence à l’effort et l’incontinence d’urgence. L’incontinence à l’effort se produit lorsqu’on rit, éternue ou fait un effort particulier, par exemple, lever des poids ou courir rapidement. Le sphincter urinaire, muscles qui entourent l’urètre (organe qui transporte l’urine de la vessie) est affaibli et se relâche à l’occasion d’un effort. Quant à l’incontinence d’urgence (ou impérieuse), elle se manifeste par une envie d’uriner imprévisible et tellement pressante qu’on n’a bien souvent pas le temps de se rendre aux toilettes. On parle ici de vessie hyperactive, affection se manifestant par un besoin intense et fréquent d’uriner. Dans l’incontinence d’urgence, les muscles qui entourent la vessie se contractent brusquement provoquant un besoin soudain d’uriner. Le sphincter et les muscles pelviens pourraient arrêter la fuite mais la vessie insiste pour se soulager.

L’incontinence par trop-plein et l’incontinence complète sont des formes plus graves de cette affection. Les personnes qui en souffrent ont généralement besoin de dispositifs spéciaux permettant de retenir le trop-plein d’urine.

Personnes à risque d’incontinence

L’incontinence urinaire est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes du fait que les muscles du plancher pelvien sont soumis à rude épreuve durant la grossesse et l’accouchement, sans compter que les changements hormonaux qui se produisent à la ménopause contribuent à l’urgence d’uriner.

Traitement de l’incontinence

Dans les cas d’incontinence à l’effort et d’urgence, il suffit bien souvent d’apporter quelques changements à son mode de vie, par exemple en faisant travailler les muscles du plancher pelvien (exercices de Kegel) et en rééduquant la vessie de manière à mieux maîtriser son envie. Certains changements alimentaires et dans la consommation de liquides pourraient également aider. En outre, le médecin pourrait recommander des médicaments contre l’incontinence et, au besoin, une intervention chirurgicale.

Médicaments contre l’incontinence

Si les changements que vous avez apportés à votre vie ne suffisent pas, le médecin vous prescrira des médicaments. Si vous souffrez d’une infection des voies urinaires, il commencera par un antibiotique.

Pour l’incontinence à l’effort et d’urgence, il vous prescrira probablement un antidépresseur tricyclique, tels que l’imipramine (Tofranil) ou la doxépine (Sinequan). Ces médicaments détendent la vessie et en préviennent les contractions involontaires, en plus de renforcer le sphincter urinaire. Ils agissent autant chez les hommes que chez les femmes. Si vous êtes ménopausée, il pourra vous recommander un produit oestrogénique ‘ sous forme de crème, d’onguent, d’anneau (Estring) ou de timbre ‘ à appliquer dans le vagin.

Incontinence à l’effort: votre médecin vous recommandera probablement un agoniste alpha-adrénergique, décongestionnant en vente libre. Ce genre de médicament renforce le muscle qui ouvre et ferme le sphincter urinaire.

Incontinence d’urgence: on pourrait vous prescrire un anticholinergique, par exemple de l’oxybutynine (Ditropan) ou du toltérodine (Detrol), dont l’action consiste à inhiber les contractions involontaires de la vessie. En détendant la vessie, certains antispasmodiques, notamment le flavoxate (Urispas) et la dicyclomine (Bentyl), pourraient contribuer à maîtriser l’incontinence d’urgence.

Tous les médicaments utilisés dans le traitement de l’incontinence présentent des effets indésirables. Si celui que vous prenez vous pose problème, parlez-en à votre médecin, qui pourrait en changer la posologie ou le programme d’administration, au besoin.

Changements dans le mode de vie

Les mesures quotidiennes suivantes pourraient vous aider è maîtriser votre incontinence, voire à éliminer entièrement le problème:

  • Pratiquez les exercices de Kegel. Destinés à renforcer les muscles du plancher pelvien qui soutiennent la vessie, ils contribuent à soulager l’incontinence à l’effort et l’incontinence d’urgence. Commencez par contracter vos muscles pelviens, le plus fortement possible,  tandis que vous urinez, afin d’arrêter l’écoulement. (Les femmes devraient également contracter les muscles du vagin.) Puis pratiquez-vous à tendre ces muscles lorsque vous n’urinez pas. Il est important cependant que vous ne reteniez pas votre souffle ou ne serriez pas l’estomac, les muscles de la région de l’aine ou des cuisses, afin d’éviter d’exercer une pression sur la vessie. Pratiquez ces exercices tous les jours, alternant une série de contractions lentes (5 à 10 secondes) et une série de contractions rapides (quelques secondes). Faites ces deux séries trois fois par jour à raison de 10 ou 15 contractions par série. Vous pouvez pratiquer les exercices de Kegel lorsque vous conduisez, faites la queue ou êtes assise à votre bureau. Personne ne s’en rendra compte. En outre, le médecin pourrait vous conseiller d’utiliser un cône vaginal gradué afin de renforcer davantage vos muscles.
  • Si vous faites de l’incontinence d’urgence, essayez les techniques de rééducation de la vessie. Commencez par uriner à intervalles réguliers, par exemple aux heures.  Puis, augmentez graduellement les intervalles de façon à n’aller aux toilettes que toutes les trois ou quatre heures, fréquence considérée comme normale.
  • Surveillez vos déclencheurs. De nombreux aliments et boissons ont pour effet d’augmenter le nombre de mictions (émissions d’urine par évacuation de la vessie), particulièrement les boissons gazeuses, la tomate et ses dérivés, les aliments épicés, le chocolat, le sucre, le miel, les édulcorants artificiels et les produits laitiers. Éliminez de votre alimentation chacun de ces produits à tour de rôle pendant dix jours et prenez note des améliorations, le cas échéant.
  • Au besoin, perdez du poids. Si vous êtes en surpoids, vos kilos superflus peuvent contribuer à augmenter la pression qui s’exerce sur votre vessie, aggravant un problème potentiel d’incontinence.
  • Cessez de fumer. La nicotine irritant la vessie, les fumeurs sont plus susceptibles que les non fumeurs de souffrir d’incontinence.
  • Le soir, restreignez votre consommation de liquides. Bien sûr, il faut boire suffisamment durant le jour (d’ailleurs, si vous ne buvez pas suffisamment, la paroi de votre urètre et de votre vessie risque d’être irritée), mais vous devriez prendre votre dernière boisson de deux à quatre heures avant d’aller au lit, ce qui permettra de prévenir les fuites nocturnes.
  • Utilisez un dispositif protecteur, au besoin. Les serviettes de mousse ou les dispositifs urétraux qui bloquent l’émission d’urine sont utiles à plusieurs. En outre, il existe pour les deux sexes des sous-vêtements spéciaux et des protecteurs de sous-vêtements.

Interventions pour le traitement de l’incontinence

Pour traiter une incontinence d’urgence plus grave, le médecin pourrait recommander l’électrostimulation transvaginale du plancher pelvien. Cette intervention indolore consiste en une stimulation électrique destinée à renforcer les muscles de la vessie et du sphincter urinaire. On a aussi recours à la neurostimulation (InterStim), qui consiste à stimuler électriquement les nerfs sacrés situés dans le bas du dos au moyen d’un petit appareil implanté dans l’abdomen; cette technique permet également de maîtriser les spasmes musculaires dans la vessie.

Pour traiter les problèmes structuraux, on a recours à diverses interventions. La suspension du col de la vessie, qui consiste à fixer en position le col de la vessie et l’urètre, donne de très bons résultats. En cas d’incontinence grave, le médecin pourrait avoir recours à une intervention de fronde. Il s’agit de fixer l’urètre et le col de la vessie à la paroi abdominale au moyen d’une fronde (ou bandoulière) constituée de matière synthétique ou de tissu musculaire humain. Si votre sphincter urinaire est déficient, on pourrait vous implanter un sphincter artificiel. Dans certains cas, on injecte du collagène (ou une autre substance) autour de l’urètre afin d’augmenter le volume de cette région et ainsi permettre au sphincter de mieux fermer. Demandez au médecin de vous conseiller sur la technique qui serait la plus appropriée à votre situation.

Questions à poser à votre médecin

  • Mon incontinence pourrait-elle être liée à une autre maladie ou aux médicaments que je prends?
  • Puis-je soigner mon problème au moyen d’exercices ou des techniques de rééducation de la vessie?
  • Y a-t-il quoi que ce soit dans mon alimentation qui pourrait contribuer à mon incontinence?
  • Mon problème risque-t-il de s’aggraver avec l’âge?
  • Mon incontinence est-elle un signal d’alarme indiquant que je souffre d’une maladie plus grave? Si c’est le cas, quels symptômes devrais-je surveiller?

Vivre avec l’incontinence

Voici quelques conseils qui vous aideront à mieux prendre en charge votre incontinence:

  • Consultez un spécialiste. Si votre problème est grave, un urologue ou un urogynécologue (pour les femmes) pourra vous aider à trouver la solution qui conviendra le mieux à votre situation.
  • Tenez un journal. Pendant trois jours, notez-y vos habitudes urinaires, soit la fréquence de vos mictions, les moments où vous devez absolument aller uriner, les fuites, ainsi que ce que vous mangez et ce que vous faites lorsque le problème se présente. Cela vous aidera à découvrir ce qui pourrait déclencher votre incontinence et permettra au médecin de déterminer le traitement qui convient le mieux à votre situation.
  • Croisez les jambes. Si vous êtes sur le point de tousser ou d’éternuer, cette simple mesure pourrait suffire à empêcher une fuite.
  • Participez à un groupe d’entraide. Il est souvent réconfortant de parler avec d’autres personnes qui souffrent de ce genre de problème embarrassant. C’est aussi un bon endroit pour échanger des stratégies utiles permettant de maîtriser son incontinence.

Vidéos les plus populaires