Cancer du côlon et du rectum

Il y a peu de choses aussi terrifiantes que d’apprendre qu’on a le cancer. Cependant, de plus en plus de personnes survivent à cette maladie, y compris au cancer colorectal, et plusieurs en guérissent entièrement.

Cancer du côlon et du rectum

Ce qu’est le cancer du côlon et du rectum

Le cancer du côlon survient lorsque des cellules anormales se développent dans le gros intestin et forment une tumeur. Les médecins parlent habituellement de cancer colorectal car la tumeur maligne peut se former dans le rectum comme dans le côlon. (Le côlon, une partie de l’intestin, est lié au rectum, qui se trouve juste au-dessus de l’anus.)

De nombreux cancers colorectaux commencent d’abord par un polype qui, à la longue, se transforme en tumeur. Non traitée, la tumeur peut saigner, obstruer les intestins ou rompre la paroi intestinale. Les cellules cancéreuses peuvent ensuite se propager aux ganglions ou à d’autres organes, par exemple au foie ou aux poumons.

Une fois diagnostiqué, le cancer colorectal est classé en fonction de son degré de malignité. Des examens permettent de déterminer s’il s’est propagé (métastases) dans les ganglions ou d’autres organes. On établit sa gravité en fonction d’une échelle allant de I à IV afin d’établir le traitement et le pronostic. Les personnes souffrant d’un cancer de stade I, qui est confiné à la paroi du côlon, ont les meilleures chances. Plus de neuf patients sur dix qui sont affligés d’une tumeur décelée à un stade précoce seront encore en vie cinq ans après le diagnostic (l’expression consacrée est «taux de survie à cinq ans»). Si le cancer n’a pas réapparu durant cette période, le patient est considéré comme guéri. Le pronostic est moins bon pour ceux qui souffrent de tumeurs à un stade plus avancé, quoique l’on puisse traiter la plupart des patients affligés d’une tumeur de stades II et III.

Personnes à risque de cancer du côlon et du rectum

Ce cancer, qui se développe plutôt lentement, résulte souvent de mutations génétiques au niveau cellulaire. Certaines personnes héritent de gènes qui favorisent le développement de cellules cancéreuses. Cependant, la plupart du temps, on ne sait pas pourquoi ces cellules se développent de façon anormale, bien que l’alimentation semble jouer un rôle important.

Traitement du cancer du côlon et du rectum

Le cancer du côlon et du rectum est l’un des cancers qui se guérit le plus facilement. Le traitement dépend habituellement du stade de la maladie. Les personnes de tout âge peuvent en bénéficier y compris les plus âgées. Dans la plupart des cas, on enlèvera d’abord la tumeur par une intervention chirurgicale. Puis, selon le site de la tumeur et son degré de propagation, on aura recours à la chimiothérapie et à la radiothérapie afin d’augmenter les chances de guérison. Les médecins qui se spécialisent dans le traitement du cancer (oncologues) qualifient le traitement chimiothérapique postchirurgical de chimiothérapie adjuvante. Votre traitement sera déterminé en fonction du stade de votre cancer :

  • Cancer du côlon et du rectum de stade I : dans les deux cas, l’intervention chirurgicale suffit généralement. Aucun autre traitement ne sera nécessaire.
  • Cancer du côlon de stade II: l’intervention chirurgicale suffit parfois. Si le cancer touche la paroi extérieure du côlon, il se peut que le médecin recommande la chimiothérapie afin de détruire les cellules cancéreuses microscopiques qui pourraient avoir échappé à l’intervention chirurgicale (cette approche fait présentement  l’objet de débats).
  • Cancer du rectum de stade II: radiothérapie et chimiothérapie.
  • Cancer du côlon de stade III : chimiothérapie adjuvante (postchirurgicale).
  • Cancer du rectum de stade III : les médecins recommandent une chimiothérapie adjuvante et, bien souvent, une radiothérapie avant ou après l’intervention chirurgicale.
  • Cancer du côlon ou du rectum de stade IV: l’intervention chirurgicale a pour but d’enlever les tumeurs dans l’intestin ou dans les organes où le cancer s’est propagé, par exemple le foie ou les poumons. On peut obtenir de bons résultats s’il n’y a pas trop de métastases. La chimiothérapie et la radiation peuvent contribuer à réduire la taille des tumeurs.

 

Médicaments contre le cancer du côlon et du rectum

Les médicaments utilisés pour détruire les cellules cancéreuses sont une arme à double tranchant: comme ils s’attaquent aussi aux cellules saines, ils provoquent de la nausée et des vomissements, de la diarrhée, la chute des cheveux, de la fatigue, des plaies de bouche et d’autres réactions. En revanche, comme la posologie peut être corrigée et qu’il existe d’autres médicaments pour minimiser ces effets indésirables, les patients qui suivent une chimiothérapie n’ont généralement à s’absenter du travail que pendant quelques jours.

Depuis quelques décennies, le 5-fluorouracile (ou 5-FU) est le médicament le plus couramment utilisé pour le traitement chimiothérapeutique du cancer du côlon. Pour contrer ses effets toxiques, les médecins l’administrent habituellement en association avec d’autres médicaments. Le plus courant est le folinate de calcium (Leucovorine), une forme d’acide folique (vitamine B). Ces deux substances sont administrées par voie intraveineuse suivant différents protocoles et dosages; pendant quelques mois, vous aurez peut-être à vous rendre tous les jours ou toutes les semaines à la clinique ou à l’hôpital pour recevoir votre traitement. Il est possible aussi que le médecin vous implante dans l’abdomen une pompe qui dispensera continuellement le médicament. Lorsque la maladie est métastasique et s’attaque à d’autres organes, le 5-FU et le folinate de calcium sont habituellement jumelés à l’irinotécan (Camptosar), qui accroît leur effet anticancéreux et permet d’améliorer la survie. Plus vous en prendrez, plus les effets indésirables seront marqués; votre médecin devra donc vous suivre de très près.

Dans les essais cliniques, on expérimente continuellement divers médicaments et associations de médicaments. À souligner, la capécitabine (Xeloda), premier médicament  contre le cancer colorectal à être administré par voie orale. Il semble aussi efficace que le 5-FU contre les formes métastasées de ce cancer et on évalue présentement son potentiel pour la chimiothérapie adjuvante. D’autres, par exemple l’oxaliplatine et le raltitrexed, pourraient améliorer la survie et provoquer moins d’effets indésirables.

Interventions pour le traitement du cancer du côlon et du rectum

La plupart des personnes atteintes de cancer colorectal bénéficient d’une résection chirurgicale (ablation de la tumeur). L’intervention, que l’on désigne sous le terme de colectomie partielle, consiste à enlever une partie du côlon et des tissus sains voisins, et, si le cancer s’est propagé, les ganglions. Puis, on ressoude le côlon. Cette intervention, qui se fait sous anesthésie générale, dure généralement quelques heures. Au préalable, le médecin vous fera probablement passer diverses analyses sanguines et prendra des scintigrammes (scan) afin de lui permettre de déterminer le degré de propagation du cancer et vous préparer à l’intervention. Si le cancer se trouve au niveau du rectum, l’intervention risque d’être plus complexe: en effet, de nombreux muscles et nerfs régulant les fonctions sexuelle, de défécation et urinaire traversent cette région. Il peut en résulter certaines séquelles, par exemple une difficulté à contrôler sa vessie ou ses intestins, ou des problèmes d’ordre sexuel, mais elles sont habituellement réversibles.
On pourra avoir recours à la radiothérapie postchirurgicale pour détruire les cellules tumorales restantes et diminuer le risque de rechute. Ce traitement s’étend habituellement sur une période de cinq ou six semaines, à raison de cinq séances par semaine. Il consiste à exposer la tumeur à des doses élevées de rayons X, dont les faisceaux sont dirigés sous différents angles. Il donne de meilleurs résultats lorsque, parallèlement, on administre un médicament tel que le 5-FU par voie orale ou intraveineuse.

De plus en plus, les médecins ont recours à la radiothérapie préchirurgicale pour réduire la taille des grosses tumeurs et faciliter l’intervention. Cette approche permet parfois d’éviter la colostomie. On peut aussi avoir recours à la radiothérapie pour soulager la douleur et les autres symptômes lorsqu’il n’est pas possible de pratiquer la résection de la tumeur ou en cas d’obstruction des intestins.

Le médecin pourra aussi insérer un extenseur, qui consiste en un cylindre métallique flexible, afin de renforcer la paroi intestinale ou garder l’intestin ouvert, ou, encore, avoir recours à la coupe au laser (photocautérisation), technique qui détruit les tissus cancéreux à l’aide de puissants rayons lumineux, afin, encore une fois, de garder l’intestin ouvert ou d’arrêter les saignements. C’est une approche particulièrement intéressante pour les personnes qui ne peuvent supporter l’intervention chirurgicale.

Si la tumeur obstrue les intestins ou si le cancer s’est propagé aux muscles rectaux ou à l’anus, vous devrez peut-être subir une colostomie. Il s’agit de pratiquer une ouverture entre le côlon et la paroi abdominale par où seront évacuées les matières fécales qui seront ensuite recueillies dans une poche externe. Il est rarement nécessaire de pratiquer la colostomie, mais lorsqu’on doit le faire, c’est souvent une intervention temporaire qui peut être renversée par une seconde intervention. En outre, il existe de nombreux appareils et techniques permettant de réguler la défécation et d’aider le patient à rester propre et à ne pas dégager d’odeurs.

Questions à poser à votre médecin

  • À quel stade en est mon cancer colorectal? Où se situe-t-il exactement? Jusqu’où s’est-il propagé?
  • Quelle intervention chirurgicale devrai-je subir?
  • Aurai-je besoin d’une chimiothérapie? Puis-je prendre le traitement à la maison plutôt que de devoir me rendre à la clinique?
  • Ai-je besoin d’une radiothérapie?
  • Y a-t-il un essai clinique auquel je pourrais participer et qui pourrait m’être utile?
  • Suis-je à risque d’autres cancers?
  • Les membres de ma famille sont-ils à risque? Si oui, y a-t-il quelque chose qu’ils puissent faire?

 

Vivre avec le cancer du côlon et du rectum

Le diagnostic de cancer colorectal est souvent atterrant. Voici quelques conseils qui vous aideront à maîtriser la situation:

  • Gardez une attitude positive. Le diagnostic de cancer est souvent atterrant. Canalisez vos énergies pour recueillir de l’information et des ressources. Il est vital de disposer d’un réseau serré de membres de la famille et d’amis. Un groupe d’entraide ainsi que du counseling pourraient aussi vous permettre de mieux faire face à la situation.
  • Choisissez un hôpital et un chirurgien ayant fait largement leurs preuves. On a découvert lors d’une étude que plus le nombre d’interventions à l’actif d’un service médical donné était élevé, moins on risquait de souffrir de complications à la suite d’une intervention chirurgicale.
  • Détendez-vous avant l’intervention. Écoutez des enregistrements de musique et de relaxation avant, possiblement pendant et après l’intervention; cela vous aidera à calmer votre anxiété. La méditation, l’exercice, le yoga, le biofeedback, le massage et les exercices de respiration peuvent également vous être utiles.
  • Si vous souffrez de nausée consécutivement à la chimiothérapie, prenez du gingembre en infusion, à raison d’une tasse aux quatre heures (100 à 200 g de poudre de gingembre par tasse). Prenez-la en mangeant pour éviter d’irriter votre estomac. Cependant, si vous prenez du gingembre ou d’autres remèdes, informez-en votre médecin, certains suppléments alimentaires, vitamines et plantes risquant d’interférer avec l’intervention chirurgicale ou les médicaments.
  • Passez régulièrement des analyses de suivi. Il est important que vous passiez régulièrement des analyses de sang et de matières fécales afin d’aider le médecin à détecter, le cas échéant, une récidive du cancer du côlon. Vous devrez passer une coloscopie après l’intervention chirurgicale ainsi que tous les deux ou trois ans. Cela permettra au médecin d’enlever les polypes précancéreux qui se seraient formés dans l’intestin ainsi que les tumeurs des premiers stades du cancer. Si le cancer réapparaît une seconde fois, il est possible de le guérir complètement en reprenant la série des traitements.

 

Vidéos les plus populaires