5 remèdes naturels contre l’infertilité

Un diagnostic d’infertilité est un crève-cœur pour bien des couples et l’un des obstacles les plus frustrants et les plus difficiles pour la relation amoureuse. Mais grâce à la recherche moderne, nous avons désormais plus d’options pour traiter l’infertilité, dont ces remèdes naturels suggérés par Penny Kendall-Reed, médecin naturopathe.

5 remèdes naturels contre l'infertilité

Infertilité: remèdes naturels et principales causes

Tout d’abord, il est important de définir mais aussi de comprendre pourquoi il y a infertilité. Rappelons que l’infertilité est définie comme l’incapacité de devenir ou rester enceinte, malgré des essais fréquents pendant une année. De nombreuses relations devront composer avec ce problème: on estime en effet que l’infertilité affecte 10% à 15% des couples.

Pour les hommes, ce peut être une production de sperme anormale résultant de facteurs environnementaux ou hormonaux, des problèmes testiculaires (testicule non descendu, traumatisme) et des anomalies génétiques. L’éjaculation précoce et des blocages ou des blessures de l’épididyme peuvent compromettre la libération du sperme.

Pour les femmes, les causes d’infertilité comprennent les troubles de l’ovulation dus à des maladies hormonales comme le syndrome des ovaires polykystiques, les anomalies de l’utérus ou du col utérin, les lésions ou les blocages des trompes de Fallope, l’endométriose, l’insuffisance ovarienne (carence ovarienne précoce) et d’autres maladies telles que les troubles de la thyroïde, la maladie cœliaque et le diabète.

Facteurs de risque de l’infertilité chez l’homme et la femme

L’âge est un facteur de risque pour les hommes et les femmes, tout comme le tabagisme. Le surpoids ou une insuffisance pondérale et trop d’exercice ou d’alcool peuvent modifier les taux hormonaux et augmenter l’inflammation, qui peut entraîner des fausses couches. Toutefois, le facteur le plus important chez les hommes et les femmes est le stress.

Fatigue et stress chroniques augmentent la production de cortisol, entraînant l’inflammation de la muqueuse utérine. Ceci empêche l’implantation, provoque des spasmes dans les trompes de Fallope qui écrasent l’œuf en déplacement vers l’utérus, et altère la production d’hormone folliculo-stimulante (FSH) et d’hormone lutéinisante (LH), ce qui diminue la vitalité et le nombre d’œufs produits par cycle. Un taux de cortisol élevé augmente aussi la prolactine chez les femmes qui ne sont pas enceintes, donnant à leur corps un faux signal de grossesse et empêchant la grossesse. Chez les hommes, le cortisol diminue le nombre des spermatozoïdes et leur motilité, et réduit la puissance de l’éjaculation.

La bonne nouvelle: il y a beaucoup d’options d’aide à la fertilité pour les hommes et les femmes. N’oubliez pas cependant: avant d’essayer tout remède naturel ou d’entreprendre une nouvelle démarche santé, consultez votre médecin.

Remèdes naturels à essayer en cas d’infertilité

  • Les acides aminés L-lysine et L-arginine aident à augmenter le nombre et la motilité des spermatozoïdes, et la puissance de l’éjaculation.

    La coenzymeQ10 peut améliorer la fertilité chez les deux sexes. Elle aide à prévenir les dommages à l’ADN de l’ovule et du sperme et augmente le nombre et la viabilité des œufs et des spermatozoïdes.

    Le gattilier (Vitex agnus-castus) est une plante médicinale qui inhibe la FSH et augmente la LH, stimulant le corps jaune, responsable de la sécrétion de progestérone nécessaire à la poursuite de la grossesse. Il régule également le rapport œstrogène-progestérone, diminuant les effets de l’endométriose sur l’utérus.

    La crème d’igname sauvage (une progestérone naturelle) peut être appliquée de façon topique sur les zones de peau douce du corps, comme la poitrine, l’intérieur des bras ou le ventre, pour maintenir des niveaux adéquats de progestérone. L’ortie et la feuille de framboisier raffermissent l’utérus et réduisent l’inflammation.

    Les acides gras oméga-3 et les huiles de poisson sont nécessaires pour prévenir l’inflammation de l’utérus avant et pendant la grossesse. Sans un apport suffisant d’acides gras, l’utérus peut rapidement être affecté par l’inflammation. On a aussi démontré que les huiles de poisson diminuent le diabète gestationnel et la prééclampsie. Le Lactium (Plus de Sereniten, par exemple) est un peptide de lait isolé à l’origine du lait maternel. Il diminue la production de cortisol et favorise le calme.

Popular Videos