Share on Facebook

5 mythes sur l’amour

On entretient une foule de croyances erronées sur l’amour. Voici cinq mythes populaires suivis de près par leur antidote.

1 / 6

L’amour est tout aussi important pour l’organisme que l’eau

Les résultats d’études indiquent que, pour rester en santé, nous avons besoin d’amour émotionnel et physique. «L’amour n’est pas de la sentimentalité ou un sentiment que notre culture a inventé », affirme Sue Johnson, professeure de psychologie clinique à l’Université d’Ottawa et auteure de Hold Me Tight. «C’est un lien émotionnel; nous sommes programmés pour trouver un partenaire et établir ce lien», rappelle-t-elle, ajoutant que les chercheurs n’ont commencé à comprendre en quoi consistait ce sentiment qu’au cours des 15 dernières années. Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que nos notions sur l’amour soient erronées, particulièrement quand on est exposé aux contes de fée et aux dénouements heureux que la culture populaire nous sert à répétition. Voici donc cinq mythes à démanteler au sujet de nos relations amoureuses ainsi que leur antidote.

2 / 6

Mythe: «Si mon destin est d’aimer, alors, cela se produira.»

Dans la vie, il n’y a pratiquement rien de positif qui arrive par hasard et pourtant, nous sommes nombreux à croire que c’est le destin qui nous permettra de trouver un partenaire de vie.

Réalité: L’amour s’apprend. «Quel autre domaine de son existence accepte-t-on de laisser au hasard? Penseriez-vous par exemple que si vous devez apprendre l’anglais, cela se produira par hasard?», demande Diana Kirschner, psychologue de New York et auteure de Love in 90 Days: The Essential Guide to Finding Your Own True Love. L’amour est une chose très importante qui requiert attention et intention, ajoute-t-elle. «On ne peut nier, bien sûr, que le coup de foudre existe. Mais, pour que l’amour dure, on doit y travailler, le nourrir et le laisser grandir. Et, bien entendu, on apprend en faisant des erreurs.»

3 / 6
Shutterstock

Mythe: «Nous avons cessé de nous aimer.»

La plupart du temps, les membres d’un couple se perdent de vue quand ils ne savent pas partager leurs besoins émotionnels. Il s’en suit de l’éloignement et de la méfiance. Nous dressons un mur pour nous protéger, explique Sue Johnson, renforçant en fait ce que nous craignons le plus : que notre partenaire se désintéresse de nous ou que nous ne méritions tout simplement pas d’être aimés.

Réalité: Aimer est un choix. L’amour n’est pas passif, mais actif. «Vous devez continuer à vous investir et à garder l’esprit ouvert.» Les personnes dont l’attachement est solide peuvent se mettre en colère, se disputer et se blesser mutuellement. Mais contrairement à celles qui sont incapables d’un attachement profond, elles peuvent retourner rapidement la situation et exprimer leurs sentiments en toute honnêteté. En d’autres mots, c’est précisément quand vous êtes effrayé et vulnérable que vous devez accepter de prendre un risque, de tendre la main à votre partenaire et de lui réaffirmer votre amour. C’est la seule manière de renforcer votre lien.

4 / 6

Mythe: «L’homme et la femme ont des manières différentes d’aimer.»

Les stéréotypes sexuels nous laissent croire que, en matière d’émotions, l’homme et la femme sont aux antipodes l’un de l’autre: un homme digne de ce nom ne pleure pas, les femmes ne sont jamais satisfaites, etc.

Réalité: Le besoin d’aimer et d’être aimé est universel. Les femmes qui croient que les hommes ne recherchent que la relation sexuelle sous-estiment la profondeur de leurs émotions. Selon Sue Johnson, notre culture n’enseigne pas à ces derniers à exprimer à leur partenaire leurs besoins émotionnels ni à solliciter leur réconfort; par contre, on leur apprend à exprimer leurs besoins sexuels, ce qu’ils font évidemment, surtout quand ils sont anxieux émotionnellement. «Les hommes croient que s’ils demandent à être réconfortés, les femmes les mépriseront. Mais si vous leur laissez la chance de s’exprimer, vous découvrirez qu’ils désirent aussi être aimés et désirés. En matière d’émotions profondes, nous avons beaucoup en commun.»

5 / 6

Mythe: «Quand le désir sexuel disparaît, l’amour s’envole également. »

Sue Johnson est d’avis qu’on met trop l’accent sur la sexualité : «Nous pensons à tort qu’amour égale sexe.»

Réalité: L’amour va bien au-delà de la sexualité. Selon la psychologue, il est possible d’avoir une relation à long terme qui reste passionnelle, mais c’est une chose rare. Vous devez comprendre que dans une nouvelle relation, c’est l’attrait de la nouveauté qui déclenche le désir sexuel et nourrit la passion qu’on éprouve l’un pour l’autre. Mais ce sentiment n’est pas de l’amour. Une fois qu’il disparaît, les rapports sexuels pourraient même être plus satisfaisants si la relation émotionnelle est profonde. Sue Johnson souligne que, d’après les résultats d’études, ce sont habituellement les couples mariés depuis longtemps qui font l’amour le plus souvent et ont les relations les plus satisfaisantes.

6 / 6

Mythe: «L’amour véritable exclue la dépendance.»

Nous avons souvent honte de nos attachements profonds et de notre insécurité émotionnelle parce que, en Amérique du Nord, on nous apprend que le besoin de l’autre est un signe de faiblesse. C’est particulièrement vrai pour les hommes.

Réalité: Une relation amoureuse solide favorise l’indépendance. «L’amour constitue une véritable source de résilience émotionnelle et physique, explique Sue Johnson. Nous sommes des mammifères. Notre corps est conçu pour se pelotonner contre celui d’un autre. Enfant, on a besoin de savoir qu’on peut compter sur quelqu’un d’autre en cas de nécessité et c’est également vrai quand on est adulte. C’est physiologique.»

 

Sur le même sujet:
· L’amour est une vraie dépendance
· Le secret des couples qui durent
· 8 façons de prévenir l’infidélité