Suis-je espionné par mon cellulaire?

Votre téléphone est-il votre pire ennemi? Nous posons la question à Valerie Steeves, experte en surveillance à l’université d’Ottawa.

1 / 8
Lors d'un appel sur un cellulaire, qui écoute vraiment?Claudia K/Shutterstock

Disons que je vous appelle de mon cellulaire. Première question: quelqu’un nous écoute-t-il et, si oui, qui?

La réponse n’est pas facile en raison du manque de transparence de la part des fournisseurs de services. Ce que l’on peut dire avec certitude, c’est qu’à travers nos appareils – téléphones, tablettes et ordinateurs – ils sont capables de récupérer et de stocker nos données. On a tendance à penser à « l’espionnage » en termes d’écoute de conversations, mais, de nos jours, il s’agit beaucoup plus de récupérer des informations numériques : textos, courriels, photos, trajets quotidiens, et même la pression barométrique de l’air autour de vous.

Avez-vous peur d'être séparé de votre téléphone? Vous faites peut-être une dépendance au cellulaire!

2 / 8
Économie: évitez les contrats à long terme.Shutterstock

Mais je n’ai jamais signé pour ça!

Il faut lire en détail les conditions d’utilisation pour découvrir quelles données sont sauvegardées par le fournisseur et ce qui est révélé à des tiers. Souvent, nous n’avons pas conscience de ce à quoi nous consentons lorsque nous utilisons certains programmes et applications. Si vous autorisez Instagram à accéder à vos photos et à votre microphone, l’entreprise peut vous enregistrer chaque fois que l’application est ouverte et utiliser ces informations à ses propres fins.

Assurez-vous de connaître la raison majeure de ne jamais dormir avec son cellulaire.

3 / 8
Google utilise toutes les informations des téléphones intelligents androïd.Primakov/Shutterstock

Mais lesquelles? Quel intérêt peut-on trouver à la pression barométrique de l’air autour de soi?

Les cinq géants du web (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) partent du principe que, une fois numérisée, toute information finira par trouver son usage. Leur objectif ultime serait que votre réfrigérateur communique avec votre four pour savoir ce que vous êtes en train de cuisiner, et que s’il vous manque un ingrédient il peut vous le faire livrer par un drone Amazon.

4 / 8
On saisit les données personnelles de votre cellulaire pour vous vendre des produits.This Is Me/Shutterstock

On saisit nos données personnelles pour nous vendre des produits?

Orienter le comportement des consommateurs est l’une des applications les plus évidentes – comme les publicités ciblées qui apparaissent sur votre page Facebook. Mon téléphone pourrait ainsi m’envoyer un texto lorsque je passe devant un Starbucks parce qu’il sait que je suis accro au mokaccino.

Cette information donne matière à réfléchir sur vos liens avec les réseaux sociaux: amusez-vous à découvrir lequel de ces 4 utilisateurs Facebook vous êtes!

5 / 8
L'ambulancier peut vous localiser grâce à votre cellulaire.pcruciatti/Shutterstock

Mais comment votre téléphone saurait-il cela?

Grâce au GPS, il pourrait savoir que je me trouve dans un Starbucks à la même heure tous les matins. Ou que j’ouvre un programme de récompense client. Ou que j’envoie un courriel parlant de cafés au lait, ou encore que je dis « aimer » une photo d’un café au lait sur Instagram. Tous ces petits gestes auxquels nous ne pensons même pas peuvent donc servir. L’exemple de l’incitation à la vente de boissons peut sembler inoffensif. Mais il existe des affaires plus graves comme celle de Cambridge Analytica, où des informations personnelles de Facebook ont été utilisées pour influer sur le vote des Américains lors de l’élection de 2016.

6 / 8
Existe-t-il une bonne manière d'utiliser les données de votre cellulaire?Dragon Images/Shutterstock

Mais il doit bien exister une bonne manière d’utiliser ces données...

Tout à fait. Je suis moi-même une chercheuse, donc j’adore les données. Elles nous aident par exemple à évaluer et à améliorer les pratiques sanitaires et éducatives. Cela peut orienter les pouvoirs publics vers les meilleures décisions. Mais le problème est que la collecte de données est très peu régulée. Prenons le cas d’une toilette « intelligente » qui enregistre la tension artérielle et fait des analyses d’urine. Transmises à votre médecin, ces informations auront sans doute des conséquences positives, mais l’assureur qui en prendrait connaissance pourrait refuser de vous couvrir en raison de votre hypertension.

7 / 8
Ne publiez pas de photos sans le consentement des autres.ESB Professional/Shutterstock

Que faire pour échapper à Big Brother?

Ne téléchargez pas d’applications à la légère. Vous pensez peut-être que c’est génial que votre téléphone vous dise combien de pas vous faites chaque jour, mais ne perdez pas de vue qu’une compagnie d’assurances pourrait aussi être très intéressée par cette information. Autre suggestion: désactivez votre GPS à moins d’en avoir besoin pour effectuer un trajet, et ne postez surtout pas de photos de vos enfants ou petits-enfants en ligne sans leur permission ou celle de leurs parents.

8 / 8
Les gens qui échangent beaucoup de textos ont des rapports plus affectueux.ISTOCK/LJUBAPHOTO

Mais ils sont tellement mignons!

C’est vrai. Mais les photos postées contribuent à créer une piste numérique qui aide à catégoriser et à monétiser un enfant. Si vous voulez partager des photos, il est beaucoup plus sûr de le faire par texto.

Contenu original Selection du Reader’s Digest