Survivre au syndrome du nid vide

Que ce soit votre premier enfant ou votre dernier qui quitte la maison pour poursuivre ses études, c’est toujours un moment difficile. Apprenez à mettre à profit l’espace et le temps dont vous disposez désormais, et à élargir le champ des aptitudes que vous avez acquises en tant que parent.

Survivre au syndrome du nid vide

Mandie Crawford est consultante en matière de comportement et présidente de Roaring Women Ltd., une association regroupant des femmes d’affaires. Elle a connu le «syndrome du nid vide» à quelques reprises, d’abord lorsque ses jeunes enfants sont allés vivre avec leur père, ensuite lorsqu’ils sont repartis à l’âge adulte après être revenus vivre auprès d’elle. «Ce n’est jamais facile, dit-elle. On s’investit tellement comme parent que l’on finit par perdre de vue tout le reste. À un moment donné, j’ai vraiment eu à me demander si j’étais autre chose qu’une mère.»

La femme de Calgary, qui anime des ateliers de dynamique de la vie et donne des conférences sur l’art de s’approprier son existence, conseille aux parents de voir le départ de leurs enfants comme une occasion de faire autre chose. Il est  indéniable qu’on éprouve un sentiment de vide lorsqu’ils partent et c’est important de le reconnaître. Mais il ne faut pas oublier «que nous appartenons à un groupe beaucoup plus grand que la famille», rappelle-t-elle.  

Savoir reconnaître qu’il n’y a pas de remède miracle.

Notre société se caractérise par la recherche de solutions instantanées, explique-t-elle. On veut se sentir bien immédiatement, mais cela ne passe pas comme ça. Accordez-vous le droit de prendre tout le temps dont vous avez besoin pour surmonter votre sentiment de vide.
Reprendre contact avec ses frères et sœurs ou de vieux amis.
Nombreuses sont les personnes qui, lorsque leurs enfants quittent la maison, renouent avec leurs propres frères et sœurs. Vos anciens alliés peuvent vous être d’une aide précieuse à cette étape de votre existence.

Se redéfinir.

Nous sommes portés à nous définir par rapport à ce que nous faisons plutôt qu’en fonction de ce que nous sommes, de dire Gillian Leithman, présidente de Directions Third Age Consultants, une firme qui se spécialise dans la planification de la retraite. La femme de Montréal, qui donne des conférences sur le syndrome du nid vide, encourage les gens à chercher à savoir ce qu’ils sont au-delà de leur titre professionnel et de leur rôle de parent ou d’époux.

Approfondir sa relation avec son conjoint.

Mandie Crawford conseille de profiter du temps libre dont on dispose désormais pour passer du temps avec son conjoint, en gardant toutefois à l’esprit que la dynamique du couple a changé au fil des ans et que chacun des deux aura certainement des activités qu’il ne partagera pas avec l’autre. Parlez ouvertement de vos attentes et de la manière dont chacun de vous voit la relation, et essayez de trouver un équilibre entre vos besoins respectifs.  

Trouver une activité passionnante.

Prenez un cours, faites du bénévolat, explorez un nouveau passe-temps ou démarrez une entreprise. Voyez votre nid vide comme une occasion qui se présente à vous de faire autre chose, conseille Gillian Leithman.

Renégocier les termes de sa relation avec son enfant.  

Votre petite dernière vole de ses propres ailes; c’est désormais une adulte avec qui vous pouvez entretenir une relation tout aussi forte mais plus mature et possiblement plus profonde.  Respectez l’indépendance de votre enfant, conseille Gillian Leithman, et essayez de trouver de nouvelles manière d’entrer en relation avec elle (ou lui): invitez-la au restaurant, offrez-vous un petit voyage ensemble, communiquez régulièrement par Webcam, etc.

Selon elle, le plus important est de planifier. Le départ des enfants est un événement déterminant de l’existence auquel il faut se préparer. Fait intéressant, les femmes sont mieux renseignées sur ce changement imminent et, donc, mieux préparées que les hommes. «Ces derniers ont plus de mal à le voir venir et les regrets semblent en être la principale conséquence», explique-t-elle.

Commencez à apporter des changements alors que vos enfants sont encore à la maison : explorez de nouvelles possibilités de vous épanouir professionnellement ou autrement. Vous avez là une occasion unique de vous découvrir de nouveaux talents et d’entreprendre de nouvelles activités. «Vous avez plus de temps et plus d’argent, souligne Gillian Leithman. Profitez-en. Vous n’êtes désormais plus responsable que de vous-même.»
 

Vidéos les plus populaires