Réussir ses études, c’est pas sorcier!

Quitter le nid familial pour poursuivre ses études est à la fois excitant et terrifiant. Quelque soit la manière dont vous envisagez votre départ de la maison, il est important que vous entrepreniez vos études en partant du bon pied. Voici quelques points à garder à l’esprit.

Réussir ses études, c'est pas sorcier!

La carte de débit, oui, la carte de crédit, non

Lors d’une étude commandée en 2001 par la Millennium Scholarship Foundation du gouvernement fédéral, on a constaté que quatre étudiants sur dix avaient accumulé des dettes sur leur carte de crédit, 24 pour cent d’entre eux pour une valeur de 500$ ou moins, et 19 pour cent pour une valeur de plus de 2500$. Comme vous sortirez probablement de l’université avec des prêts à rembourser, pourquoi vous retrouveriez-vous avec, en plus une dette dont les taux d’intérêt atteignent les 18 pour cent ou plus? Voici comment éviter cette situation : puisqu’il vous faut établir votre solvabilité, procurez-vous une carte de crédit. Utilisez-la une fois pour faire un achat, payez la totalité sans délai puis découpez-la en petits morceaux… Procurez-vous en même temps une carte de débit qui ressemble à (mais ne fonctionne pas comme) une carte de crédit. En d’autres mots, la carte de débit ne vous permet pas de dépenser plus que ce que vous avez dans votre compte. Assurez-vous simplement de suivre de près vos dépenses, sinon la banque ou la caisse risque de vous charger de lourdes amendes.

Visitez la résidence en personne

Sur les sites web des universités, les résidences ressemblent toutes à des palaces. Le problème, c’est que la majorité d’entre elles sont tout sauf des palaces. Faites le tour de la résidence et parlez des conditions de vie qui y prévalent avec les étudiants qui y habitent, et renseignez-vous sur le genre d’étudiants qui est porté à la choisir. Mourrez-vous de honte si vous n’avez pas votre propre salle de bain? Est-il important pour vous que les hommes et les femmes dorment dans des lieux distincts?  Si la résidence est mixte, jeunes hommes et jeunes femmes sont-ils sur les mêmes étages ou sur des étages séparés? La résidence a-t-elle un règlement imposant un certain nombre d’heures de tranquillité afin de favoriser l’étude? Plus vous aurez réfléchi à ces questions, mieux vous vous en porterez.

Parlez avec votre camarade de chambre avant la rentrée

La plupart des jeunes des classes moyennes d’aujourd’hui n’ont jamais partagé de chambre avant d’arriver à l’université. L’idée de supporter le désordre, les odeurs et la personnalité de quelqu’un d’autre dans une chambre ayant les dimensions de votre ancien placard peut donc être assez déconcertante. Si possible, essayez de rencontrer votre camarade de chambre en personne, ou, à défaut, prenez un rendez-vous téléphonique; évitez la messagerie instantanée qui ne vous donnera pas une bonne idée de la personne à qui vous aurez affaire. Si, après l’avoir rencontrée ou lui avoir parlé au téléphone, vous pensez vraiment que vos tempéraments sont incompatibles, communiquez avec les responsables de l’université pour demander à changer de chambre (ou de camarade).  

Déterminez un moment pour l’étude

Penser que le cégep ou l’université est une extension de l’école secondaire est une grave erreur. Se fiant aux habitudes qu’ils ont prises au secondaire, de nombreux étudiants ne sont pas préparés à la masse et à la complexité des travaux qu’ils auront à faire. En règle générale, pour chacun de vos cours, vous devriez consacrer à l’étude le même nombre d’heures que vous avez passées en classe. Si vous avez besoin d’aide, communiquez sans tarder avec le service du soutien aux études de l’université. N’attendez pas la mi-session.  

Consultez votre agenda

L’incapacité à gérer son temps est l’une des plus grandes causes d’échec. Consultez vos résumés de cours et inscrivez  dans votre agenda les dates des examens et des travaux à rendre, en portant une attention particulière à la répartition des notes. Puis réservez le nombre d’heures dont vous avez besoin pour faire face à vos obligations.  

Achetez vos manuels scolaires

Avez-vous la moindre idée du nombre de livres que vous devrez lire à l’université? Si vous croyez pouvoir emprunter un livre à la bibliothèque de l’université afin d’économiser quelques dollars, vous vous trompez car vous êtes nombreux à penser ainsi. En fait, vous risquez de prendre du retard dans vos lectures et vos notes en souffriront. Partez plutôt à la recherche de bonnes occasions en ligne ou communiquez avec des étudiants qui ont déjà suivi votre cours.

Ne sautez pas vos cours…

Oui, oui, on sait, vous ne vous êtes pas réveillé à temps, ou vous aviez décidé de fêter avec des amis, ou ne vous sentiez tout simplement pas le cœur d’écouter votre professeur d’économie vous entretenir d’offre et de demande. Pourtant, il est essentiel que vous gardiez à l’esprit que la chose la plus importante pour réussir, c’est de suivre fidèlement vos cours. Cela vous paraît évident? Alors, sachez que près de 80 pour cent des étudiants, toutes catégories confondues, sautent un cours ou plus par semaine.

…ou, au moins, faites-le intelligemment.

Si vous sautez un cours à l’occasion, cela vous regarde. Mais, au moins, suivez le cours qui précède un examen de même que les cours de révision (s’ils sont donnés à un moment différent). C’est là que vous recevrez les meilleurs indices sur le contenu de l’examen. En outre, n’hésitez pas à demander au professeur d’être le plus spécifique possible à propos de la matière que couvrira l’examen.

Sachez fêter

Si votre emploi du temps comprend plus de jours de fêtes que de jours de cours, vous exagérez. Si, par contre, votre idée d’une sortie du samedi soir consiste à faire plusieurs fois le tour de la bibliothèque en joggant, votre vie sociale est définitivement carencée. Pour faire vraiment l’expérience de la vie universitaire, il vous faut sortir la tête de vos bouquins. Donc, pensez à autre chose et ayez d’autres activités; ne perdez tout simplement pas le sens des proportions.
 

Vidéos les plus populaires