Gentil Papa Noël?

Douze vérités que le père Noël ne dira jamais au centre commercial

Gentil Papa Noël?

• N’obligez pas votre enfant à s’asseoir sur mes genoux contre son gré. Approchez-vous tous les deux et patientez quelques minutes. J’ai plus d’un tour dans mon sac.

•Mon rôle me rapporte environ 2000$ par an, ce qui n’est pas cher payé pour une trentaine de journées de 8 heures, en moyenne, à raison de 200 enfants par jour.

•Vous vous demandez pourquoi mes deux mains gantées de blanc sont toujours bien en vue? Posez la question à mon avocat.

•Je suis navré que grand-maman soit au ciel et que papa et maman se soient séparés, mais le père Noël ne fait pas de miracles. Parlons de ce que tu aimerais trouver sous le sapin.

•Vous aimeriez passer plus de temps avec moi? Retrouvons-nous hors du centre commercial – à la maternelle ou chez un photographe qui organise une séance spéciale.

•Oui, le père Noël est allé à l’école. Il y a appris, entre autres, à tenir un enfant correctement, à répondre aux questions embarrassantes et à entretenir ses attributs pileux.

•Je n’ai pas une mémoire d’éléphant. Ne revenez pas dans quelques minutes pour me demander ce que votre enfant m’a réclamé. Tenez-vous assez près de nous pour l’entendre.

•Les pères Noël naturellement barbus se considèrent supérieurs. Les plus sérieux de l’autre catégorie paient jusqu’à 2000$ pour leur postiche.

•Même si je vous vois hocher la tête d’un air approbateur, je ne promettrai rien à votre enfant.

•Les garçons vont droit au but: «Je veux une Nintendo DS et une voiture télécommandée.» Les petites filles, elles, tiennent à tout vous expliquer.

•Suis-je le vrai père Noël? Je me pince en grimaçant. «C’est du vrai», dis-je.

•J’ai reçu des coups de pied, j’ai été mordu, griffé, et pourtant je reviens chaque année. Parce que c’est le plus beau métier que je connaisse.

Vidéos les plus populaires