Cultivez votre pouce écolo

La belle saison sonne l’appel du jardin – et le branle-bas de combat contre les insectes ravageurs. Au lieu de sortir l’artillerie lourde et polluante des insecticides, employez des méthodes douces.

Cultivez votre pouce écolo
  1. Ramassez à la main chenilles et coléoptères et jetez-les dans un seau d’eau savonneuse. Etendez une bâche sous les arbres ou arbustes infestés et secouez pour faire tomber les insectes. Pour éliminer les chenilles tisseuses, vaporisez sur toute la surface végétale une solution à base de bacilles de Thuringe (bactéries produisant une toxine insecticide), ou, à la tombée de la nuit, coupez les branches où elles se sont installées et jetez le tout dans le feu ou dans de l’eau savonneuse.
  1. Pour protéger vos plantes des vers gris ou autres insectes vivant sous la terre, enfoncez de quelques centimètres dans le sol des cylindres de papier aluminium ou encore des demi-boîtes de jus congelé vidées de leur contenu.
  1. Délogez pucerons et acariens en arrosant vos plantes d’un puissant jet d’eau (à éviter sur les jeunes pousses ou les plantes fragiles) ou vaporisez de l’eau sur les feuilles – sans oublier le dessous – à intervalles réguliers.
  1. Plantez des fleurs sauvages. La guerre biologique étant une guerre de tous les instants, recrutez des insectes prédateurs, ceux qui se nourrissent des insectes nuisibles. Comment? En plantant des fleurs ou des plantes appartenant à la famille des carottes, de la moutarde, de la menthe ou des marguerites. Quelques mètres carrés suffiront pour attirer des insectes prédateurs. Assurez-vous que l’endroit est exposé au soleil une bonne partie de la journée et bien aéré (afin de limiter les maladies) et préparez la terre pour éviter que les fleurs ne soient envahies par des espèces indésirables. Pour attirer les bons insectes, semez des plantes à fleurs riches en nectar: trèfle, verge d’or, luzerne, achillée, etc. Ces plantes séduiront également papillons de jour et papillons de nuit, lesquels préfèrent les petites fleurs modestes aux grosses fleurs spectaculaires comme le lys ou la rose.

Avec le temps, votre jardin deviendra l’hôte d’espèces très utiles
• Les carabes. Ces insectes noirs ou bruns se cachent sous les pierres ou les souches durant le jour et chassent la nuit. Ils se nourrissent d’insectes mous: vers gris, limaces, chenilles, légionnaires et spongieuses.
• Les guêpes parasites. Leurs larves sont friandes de pucerons et de chenilles.
• Les syrphes. Ils ressemblent à de petites guêpes ou à de jeunes abeilles, mais ne piquent pas. Leurs larves raffolent de cochenilles. En plus d’être d’excellents pollinisateurs, les syrphes pondent leurs œufs dans les colonies de pucerons.
• Les chrysopes. Vertes ou brunes, selon l’espèce, elles se reconnaissent à leurs grandes ailes diaphanes. Leurs larves se nourrissent de pucerons, de thrips, de cochenilles et de mites.
• Les coccinelles. Elles sont friandes de pucerons et de cochenilles.
• Les mantes religieuses. Ces espèces de grandes sauterelles guettent leur proie volante en adoptant la position d’une religieuse en prière, d’où leur nom. Leur rôle est toutefois controversé dans la lutte biologique, car elles se repaissent de tous les insectes, nuisibles ou pas.

Pour devenir un as du jardinage bio, procurez-vous l’Encyclopédie du jardinage vert au Canada, de Sélection du Reader’s Digest, en composant le 1 800 465-0780 ou en vous rendant sur www.selection.ca/boutique/.

Vidéos les plus populaires