Share on Facebook

13 comportements à éviter en avion

Êtes-vous un voyageur indésirable aux yeux de vos compagnons de vol? Voici 13 exemples de délinquances aériennes et des suggestions pour éviter de les commettre.

1 / 14

13 choses à ne pas faire en avion!

Le transport aérien, avec l’encombrement, les tarifs exorbitants et le manque de confort est en voie de devenir le mode de transport le plus mal aimé pour se rendre du point A au point B. Ajoutez à cette liste le manque de considération et l’impolitesse des passagers et vous ne voudrez plus vous envoler. Voici les plus grandes erreurs que vous pourriez commettre à bord d’un avion et comment les éviter.

2 / 14

1. La guerre de l’accoudoir

Pousser le bras de votre voisin sur l’accoudoir mitoyen est une promesse de regards sombres et de guerre territoriale en vol.

Évitez d’être l’ennemi: accaparer l’accoudoir peut être une bataille sans victoire. Si votre voisin semble obsédé par la propriété, il est préférable de vous retirer pacifiquement pour un voyage plus relaxant.

3 / 14

2. La « surinclinaison »

Incliner votre siège vers l’arrière pendant le décollage, l’atterrissage et le repas indique à la personne assise derrière vous que votre confort importe plus que le sien. Et si votre quête de détente fait en sorte qu’un dîner chaud ou un verre de vin tombe sur ses genoux, l’avion tout entier entendra parler de votre sans-gêne.

Évitez d’être l’ennemi: gardez votre siège relevé jusqu’à ce qu’il soit sûr et acceptable de l’incliner. Il est généralement admis de se reposer une fois les repas terminés et les plateaux recueillis. Si vous avez besoin de plus d’espace pour vous allonger, vous pourriez réserver un siège cloison en classe affaires ou économique « premium » pour apaiser tout le monde.

4 / 14

3. L’hygiène personnelle

Quand on est coincé dans si peu d’espace, on espère toujours que nos compagnons de rangée auront pratiqué leur routine quotidienne d’hygiène personnelle : une douche ou un bain et un brossage de dents. Les passagers odoriférants – cela comprend également les personnes qui abusent de parfum ou d’eau de Cologne – peuvent provoquer des malaises comme des maux de tête et des nausées chez certains de leurs voisins.

Évitez d’être l’ennemi: prenez une douche ou un bain, brossez vos dents et portez des vêtements propres. Utilisez le parfum avec parcimonie. Ce n’est parce que vous voyagez avec des gens que vous ne verrez qu’une fois, qu’il faut laisser tomber l’hygiène pour la journée. C’est fou ce qu’un déodorant et un peu de dentifrice peuvent faire pour créer une expérience de voyage heureuse pour ceux qui sont assis autour de vous.

5 / 14

4. Le bavardage

Ah! Ces voyageurs qui ne peuvent se retenir de vous casser les oreilles pendant toute la durée du vol.

Évitez d’être l’ennemi: si vos compagnons de rangée mettent leur casque d’écoute ou sortent leur ordinateur, c’est une bonne indication qu’ils ne veulent pas converser avec vous. Gardez vos lèvres closes. Le bavardage doit être maintenu à un minimum.

6 / 14

5. La monopolisation des compartiments à bagage

De nos jours, de nombreuses compagnies aériennes procèdent à l’embarquement par rangée. Si vous êtes en classe économique, à l’arrière de l’avion, vous montez probablement à bord parmi les premiers (après les passagers de la classe affaires, les gens qui ont des enfants ou qui ont besoin d’assistance). Monter dans l’avion avant tout le monde ne vous donne pas le droit de bourrer tous les compartiments situés au-dessus des sièges avec votre excès de bagages à main.

Évitez d’être l’ennemi: remplissez d’abord l’espace sous le siège en face de vous, puis utilisez le compartiment qui est situé directement au-dessus de votre siège. Monopoliser le précieux compartiment de quelqu’un d’autre vous vaudra le statut de voyageur indésirable avant même le décollage.

7 / 14

6. Le martèlement des sièges

Ce délit peut se produire à tout âge, que vous soyez enfant ou adulte. Pour les enfants qui s’ennuient ou qui sont extrêmement nerveux pendant le vol, donner des coups de pied peut être leur façon de se défouler. Mais les adultes qui martèlent du pied ou du genou le siège devant eux devraient faire plus attention. Oui, l’espace est exigu et vos jambes sont nouées comme un bretzel, mais il n’y a aucune excuse pour marteler le siège en face de vous.

Évitez d’être l’ennemi: pour maintenir la paix en vol, les parents devraient immédiatement mettre un terme à ce comportement de leur enfant. Quant aux adultes, gardez les mouvements de gymnastique pour des occasions hors siège comme un voyage à la salle de bains ou un étirement dans l’allée. À cause de la contraction de l’espace entre les rangées de sièges, tout le monde est à l’étroit de nos jours. Se lever et marcher à travers la cabine est aussi un excellent moyen d’éviter la TVP (thrombose veineuse profonde) pendant le vol.

8 / 14

7. L’état d’ébriété

Abuser de l’alcool en vol est un aller simple vers le statut de voyageur indésirable. Dans un bar sur la terre ferme, les voisins irrités peuvent au moins s’éloigner du particulier désagréable. En vol, c’est une autre histoire. L’élocution, les dégâts, le ronflement; c’est aussi presque impossible d’enjamber un voisin aviné plongé dans un sommeil profond.

Évitez d’être l’ennemi: rafraîchissez-vous pendant le vol, mais choisissez des boissons non alcoolisées plutôt que de la bière, du vin ou des spiritueux. Si vous voulez vraiment boire quelque chose d’alcoolisé, limitez votre consommation à un verre durant le repas. Ainsi vous ne dépasserez pas les limites et vous ne serez pas un compagnon de vol négligent, embarrassant et postillonnant.

9 / 14

8. Les œillades et les soupirs

Les voyageurs confortablement enfoncés dans le siège côté hublot doivent eux aussi se lever de temps en temps. Les passagers côté allée qui soupirent d’exaspération ou qui jettent des regards pleins d’éclairs chaque fois qu’on leur demande le passage représentent aussi une menace.

Évitez d’être l’ennemi: si vous détestez être dérangé par les passagers qui se rendent aux toilettes ou par les agents de bord qui distribuent les repas, payez le prix d’un siège côté hublot. En choisissant volontairement un siège côté couloir, il est plus que probable que vous serez invité à vous déplacer ou à relayer un plateau-repas.

10 / 14

9. Le crêpage de chignon

Se lever de son siège pour marcher dans la cabine peut être difficile, mais il n’y a aucune excuse pour mettre vos mains dans les cheveux de la personne assise devant vous en saisissant son siège pour vous mettre debout.

Évitez d’être l’ennemi: la clé d’une sortie de siège sans heurt est de tenir – doucement – les côtés de l’appui-tête devant vous. Ne l’agrippez pas comme si votre vie en dépendait. Soyez conscient de la tête et des cheveux de la personne assise dans ce siège.

11 / 14

10. La grossièreté

Des activités que l’on fait habituellement en privé comme se passer la soie dentaire ou changer la couche pleine d’un bébé, et dont les odeurs et les sons peuvent agacer autant que le crissement des ongles sur un tableau, dérange vos voisins quand elles sont effectuées au cours d’un vol..

Évitez d’être l’ennemi: respectez les autres passagers. Réservez ces tâches pour une visite aux toilettes. Ainsi, les rognures d’ongles ne garniront pas accidentellement le repas de votre voisin et l’odeur de couche ne sera pas diffusée par le système d’aération de la cabine. 

12 / 14

11. Les pressions à la tête

Les voyageurs aiment ces écrans de télévision individuels encastrés dans l’appuie-tête du siège devant eux. Le problème, c’est qu’ils les aiment un peu trop. Pousser trop fort sur l’écran tactile du téléviseur provoque un martèlement répété derrière la tête du passager d’en avant. Celui-ci a littéralement l’impression qu’un pic-bois est au travail de l’autre côté de son appui-tête.

Évitez d’être l’ennemi: appuyez légèrement sur l’écran tactile du siège situé devant vous et attendez que votre sélection soit acceptée par l’écran du téléviseur. Appuyer à plusieurs reprises ne fait que frustrer tout le monde, surtout la personne assise devant vous.

13 / 14

12. Le bruit

Les pleurs de bébés, le volume élevé des casques d’écoute, voire les fortes conversations, tous ces éléments augmentent le niveau du bruit déjà abrutissant de l’avion qui est pénible à subir.

Évitez d’être l’ennemi: les bébés pleurent sur les vols, le volume a parfois besoin d’être augmenté et tenir une conversation par-dessus le vrombissement des moteurs peut être un défi. Pour amenuiser ce type de perturbation, soyez conscient de votre environnement. Essayez de consoler votre petit du mieux que vous pouvez et évitez de crier vers votre interlocuteur. Rappelez-vous… vous n’êtes pas à la maison.

14 / 14

13. Les fréquents voyages aux toilettes

Certains voyageurs vont très souvent aux toilettes. Les gens assis près du hublot, qui ont une vessie fragile ou un penchant pour les boissons supplémentaires, peuvent perturber et gêner toute leur rangée avec des sorties et des entrées répétées pour une visite aux toilettes.

Évitez d’être l’ennemi: faites une faveur à votre rangée et, sur votre prochain vol, réservez un siège côté allée. Vous pourrez aller et venir autant qu’il vous plaira sans perturber le repas ou la sieste de quelqu’un ni le mettre en colère.