Share on Facebook

3 conseils pour soulager l’anxiété sociale

Si les foules et les réunions vous rendent nerveux, sachez que vous n’êtes pas seule dans ce cas. Suivez nos conseils pour vaincre votre anxiété sociale.

1 / 4

Mal à l’aise en réunion?

Presque tous, nous avons éprouvé des symptômes d’anxiété sociale à un moment ou un autre: transpirer ou avoir des tremblements avant de prononcer un discours, rougir ou haleter quand on invite quelqu’un à faire une sortie, le cœur qui bat la chamade ou la nausée durant une évaluation pour un emploi.

Pour la plupart d’entre nous, l’anxiété n’est pas un grand problème. Elle n’interfère pas avec notre quotidien, comme nos activités professionnelles et familiales. Mais elle n’est jamais agréable. Jusqu’à 95 % d’entre nous nous sentons parfois nerveux et mal à l’aise à l’occasion de fêtes, de présentations au travail ou devant des groupes d’étude. Même si l’anxiété sociale n’a pas prise sur votre vie, n’aimeriez-vous pas à vous sentir plus confiant dans ces situations?

Alors, comment éviter les palpitations à votre prochaine soirée-bénéfice ou en consultation chez le médecin? Voici 3 approches qui peuvent aider.

2 / 4

Soyez conscient de ce que votre corps ressent

L’anxiété sociale peut être associée à des symptômes comme la transpiration, des tremblements et une augmentation du rythme cardiaque. Alors, si vous vous inquiétez au sujet de votre discours, ce n’est pas le temps de vous verser un troisième espresso ou une boisson énergisante. «Vous donneriez prise à une réaction physiologique qui ne peut que nourrir cette anxiété», explique le Dr Barry Wiser, psychologue clinicien à Yarmouth, en Nouvelle-Écosse.

Au lieu de cela, faites de l’exercice aérobique, pratiquez la respiration profonde, la méditation ou le yoga – des activités qui détendent et diminuent l’anxiété. Des chercheurs de l’Université Stanford ont constaté que l’enseignement de la méditation de pleine conscience aux personnes atteintes de troubles d’anxiété sociale avait diminué leurs symptômes.

3 / 4

Soyez conscient de ce que vous pensez

Lorsque vous vous préparez à une entrevue d’emploi, ruminer des pensées peut certainement augmenter votre niveau d’anxiété. Vous dites-vous: «Je ferais mieux de ne pas commettre d’erreur» ou «Je dois faire une parfaite première impression»? Ces espoirs sont difficiles à réaliser et ne feront rien pour vous aider à garder votre sang-froid.

L’astuce consiste à prendre conscience de ces messages et de les remettre en question, explique le Dr Wiser. «S’agit-il de pensées réalistes? Quelle est la pire chose qui pourrait arriver et pourquoi serait-ce si terrible? Même si je rentre d’une première rencontre et que la personne ne veut pas me revoir, est-ce la fin du monde?» Si cela vous aide, écrivez vos pensées intérieures et examinez-les de façon réaliste.

Un autre truc: Imaginez-vous en contrôle de la situation. N’imaginez pas la perfection, cela va seulement augmenter la pression. Mais, tout comme un athlète professionnel fait une répétition mentale de sa prochaine course, visualisez les choses allant bien durant la réunion que vous allez présider.

4 / 4

Soyez conscient de ce que vous faites

Il se pourrait que vous soyez toujours un peu nerveux avant de parler en public. Mais plus vous parlerez devant d’autres personnes, moins vous ressentirez l’anxiété. C’est une question de pratique. «Vous gagnez en confiance et en compétence pour maîtriser ces situations», dit le Dr Wiser. Allez-y étape par étape. Si vous avez une peur intense de donner un concert de piano, jouez devant quelques amis ou des collègues avant de vous lancer sur la scène devant un public de dix mille personnes. Les ateliers et stages d’affirmation de soi de Speechmaster peuvent également vous aider à développer certaines compétences sociales.

Le Dr Wiser ajoute qu’il est important de ne pas laisser l’anxiété freiner vos relations sociales parce que les humains ont besoin de contacts réguliers avec les autres. «Si nous nous coupons des autres, nous sommes plus susceptibles des connaître une foule de problèmes.» L’isolement social est lié à la dépression, au stress émotionnel et à un risque accru de maladie coronarienne et de mortalité.

«Tout le monde, de temps en temps, pense: «Je n’ai pas vraiment envie d’assister à cette fête.» Mais si vous agissez ainsi trop souvent, l’anxiété va augmenter», dit le Dr Wiser. Si, d’autre part, vous appliquez les techniques ci-dessus à vos symptômes physiques, vos pensées et votre comportement, vous avez de bonnes chances de réduire votre anxiété sociale.

 

Sur le même sujet:
Trucs et remèdes naturels contre l’anxiété
Anxiété: symptômes et traitement
8 signes que vous souffrez de dépression