Share on Facebook

5 assurances dont vous n’avez pas besoin

Les vendeurs d’assurance ne proposent pas que des contrats nécessaires ou même utiles. Voici 5 formules qui n’ont pas l’agrément des experts!

1 / 5
AXL/Shutterstock

1. Collision et accident sans collision (pour une vieille voiture)

La première garantie couvre le remplacement et les réparations requises à la suite d’une collision, la seconde, tous les dommages attribuables à un autre événement: incendie, vandalisme, vol, chute d’objet… La loi vous oblige à souscrire une assurance responsabilité civile pour protéger les tiers d’un accident de votre faute, mais si votre voiture n’a pas beaucoup de valeur, vous n’avez sans doute pas besoin de garanties supplémentaires, explique Millie Gormely, planificatrice financière agréée et ancienne experte en sinistres: «Si vous êtes propriétaire d’un vieux tacot, vous ne serez pas tenté de faire des réparations mineures ou purement cosmétiques, encore moins de faire une déclaration de sinistre qui ternirait votre dossier.» Elle rappelle que le montant versé dépend de la valeur du véhicule. Sa recommandation: refusez cette protection si la prime dépasse 10% de la valeur de la voiture.

Pour en appprendre davantage sur les assurances automobiles

2 / 5

2. Assurance hypothécaire

C’est une assurance vie limitée au remboursement de l’hypothèque en cas de décès du titulaire. Trois choses à retenir: un, c’est le prêteur qui touche l’argent, pas la famille de l’emprunteur; deux, la prime est nettement plus élevée que celle d’une assurance vie classique (pour un non-fumeur de 40 ans, une assurance hypothécaire de 100 000$ peut coûter 50% de plus qu’une police temporaire équivalente de 10 ans); trois, cette prime reste constante jusqu’à l’échéance du contrat, quand bien même le capital assuré décroîtrait régulièrement. Si vous voulez avoir la certitude que votre famille pourra rembourser votre dette hypothécaire après votre mort, augmentez plutôt le capital de votre assurance vie, à condition que vous puissiez le faire, bien entendu. L’assurance hypothécaire n’est pas meilleure qu’une police d’assurance-vie individuelle, mais elle vaut mieux que rien si vous ne pouvez pas vous assurer pour des raisons médicales.

3 / 5

3. Solde de carte de crédit

Beaucoup d’entreprises proposent une assurance garantissant le paiement du minimum exigé sur le solde d’une carte de crédit en cas d’invalidité ou de mise au chômage. Il en coûte environ 1$ pour 100$ de débit. Ce n’est pas négligeable. «Beaucoup de polices stipulent que la prime est payable si le solde n’est pas intégralement réglé avant l’envoi du relevé, précise Preet Banerjee, chroniqueur et commentateur financier torontois. Si vous attendez d’avoir reçu le compte, elle est due même si vous payez sur-le-champ. Sur un solde permanent de 2500$, c’est 25$ qui s’ajoutent chaque mois aux intérêts.»

4 / 5

4. Décès accidentel

La plupart des gens sont déjà couverts, sinon par le régime d’assurance collective d’un employeur, du moins par le programme d’indemnisation des accidents de travail de leur province ou par leur assurance automobile. Qu’elle fasse l’objet d’un avenant ou d’une police distincte, l’assurance décès et mutilation accidentels «exploite les angoisses du client», selon Tom Drake, blogueur financier à Edmonton. Ce n’est pas la formule la plus indiquée, même s’il ne vous en coûte que 10$ par mois pour une garantie de 100 000$. Mieux vaut investir cet argent dans une assurance vie classique (si vous y êtes admissible). Que vous mouriez dans un accident ou de cause naturelle, le manque à gagner sera le même.

5 / 5

5. Invalidité

Les garanties invalidité et maladies graves couvrent toutes les deux des accidents de santé graves. Pour choisir à bon escient, il faut être conscient des limites de la première et des avantages méconnus de la seconde. L’assurance invalidité garantit le remplacement d’une partie de votre revenu quand une maladie ou une blessure vous empêche de travailler. C’est utile, mais vous devez faire préciser l’étendue de la garantie, dit Sally Praskey, coauteure du livre What Canadians Really Need to Know Before Buying Insurance. La rente est-elle payable si vous ne pouvez plus exercer votre métier actuel ou uniquement si vous ne pouvez plus travailler du tout? Quel est le délai de carence? Combien de temps durent les versements? Les polices (et les primes) varient.

L’assurance maladies graves peut s’avérer plus intéressante dans certains cas, poursuit Sally Praskey, car elle couvre bon nombre de problèmes de santé et garantit simplement le versement d’un capital qui peut aussi bien servir à régler les factures pendant votre convalescence qu’à faire un voyage ou à payer des soins médicaux. Peu importe que vous puissiez travailler ou non, il suffit de produire le diagnostic médical. «J’ai survécu à trois cancers, conclut Sally Praskey, et j’aurais aimé bénéficier de ce genre d’assurance.»