Share on Facebook

Patrick Senécal: petit écran, grandes peurs

Patrick Senécal veut vous faire peur. Et il y parvient, avec la complicité du réalisateur Stéphane Lapointe (Faits divers) et de la crème des acteurs québécois, dans la série Patrick Senécal présente dont les 5 premiers épisodes sont actuellement offerts sur le Club Illico. Les 5 suivants arriveront à l’automne – l’auteur et scénariste en réalisera d’ailleurs un, il se régale déjà de cette idée.

1 / 6
Patrick Senécal: petit écran, grandes peurs.Club Illico

Patrick Senécal

Auteur d’une vingtaine de romans noirs (et rouge sang) où il jongle avec l’horreur et le thriller psychologique, Patrick Senécal est l’un des auteurs les plus populaires du Québec – comme le prouvent son «plus d’un million de livres vendus» et les files interminables qui s’étirent devant lui dans les Salons du livre. Trois de ses œuvres (Sur le seuil, 5150 rue des Ormes et Les sept jours du talion) ont été adaptées au grand écran, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne s’attaque au petit. C’est chose faite. Et bien faite. Les sept jours du talion est d’ailleurs l’un des films d’horreur à voir absolument!

Clin d’œil au classique Alfred Hitchcock présente («C’est d’ailleurs Stéphane Lapointe qui a eu l’idée de me mettre en scène au début de chaque épisode, pas de façon humoristique comme Hitchcock, mais de manière plus mystérieuse afin de démarrer avec le travail de l’écrivain qui est à l’origine de l’histoire»), la série qu’il a écrite se décline en épisodes bouclés qui suscitent la peur en l’abordant de différentes façons.

Ce type d’anthologies avait perdu en popularité ces dernières décennies, au profit des séries en continuité exigeant une grande disponibilité des téléspectateurs. «En 2011, Black Mirror a changé la donne et ramené les gens vers les séries à épisodes autonomes, à un moment où les séries lourdes montraient un essoufflement.»

En plus, note l’auteur, ce genre de format (ici, des demi-heures) est idéal pour aller chercher la frange plus jeune des téléspectateurs, qui consomment quand et où ça leur tentent, sans rendez-vous programmé. Ajoutons que le genre n’ayant pas souvent été exploité au Québec (récemment, on pense à Terreur 404, sur ICI Tou.tv, réalisée par Sébastien Diaz), il y a là niche à exploiter.

Ayant la même vision de la série – «pas de sursauts, mais plutôt de l’ambiance, des images léchées, pas d’humour pour désamorcer l’horreur…» – avec Stéphane Lapointe, ils arrivent ensemble à créer des épisodes qui à la fois portent leur signature et sont différents les uns des autres. Le point commun: « Chaque récit attrape le personnage principal dans le pire moment de sa vie.» Oh, et ça finit mal.

2 / 6
«Seule» est une œuvre de Patrick Senécal.Club Illico

Seule

Mettant en vedette Mylène McKay, Seule suit l’arrivée d’une jeune femme blonde dans une petite ville où elle a trouvé un nouveau travail. Blonde. Comme dans la première victime de tout film de slasher qui se respecte. Pas un hasard si un tueur en série se met en œuvre à peu près au moment. «C’est un suspense, un thriller construit de façon assez classique, mais avec une fin… différente. J’avais le goût de jouer avec ce cliché de la pauvre fille qui a peur d’un serial killer, de m’amuser en virant tout ça à l’envers», résume Patrick Senécal.

3 / 6
«Audition» est une œuvre de Patrick Senécal.Club Illico

Audition

Le titre dit tout (ou presque): Audition suit… l’audition d’un comédien incarné par le fabuleux Théodore Pellerin qui arrive sur scène en ne sachant plus trop ce qu’il doit jouer. La metteure en scène (sublime Anne-Marie Cadieux) ne l’aide pas vraiment à s’y retrouver.

«C’est l’un des derniers épisodes que j’ai écrits et il fallait trouver le moyen qu’il coûte moins que les autres. Une belle contrainte créative! Pour cela, j’ai opté pour un huis-clos, un court laps de temps et peu de personnages. Je me suis rappelé une conversation que j’avais eue avec un acteur au sujet des auditions, il m’avait dit combien c’était angoissant. J’ai trouvé intéressant d’explorer l’espace mental d’un personnage dans ce genre de circonstances. Ça a donné un épisode où l’on retrouve du fantastique un peu mystique.» Avec un point final: la dernière image, aussi glaçante que belle.

4 / 6
«Sans génie» est une œuvre de Patrick Senécal.Club Illico

Sans génie

C’est dans un parc après une longue marche durant laquelle il avait cherché l’inspiration sans la trouver, que Patrick Senécal a eu l’idée de Sans génie. Quand un musicien est passé près de lui avec son étui à guitare. «J’ai pensé immédiatement à un musicien vraiment poche qui rêve de connaître la gloire. Et qui peut exaucer un tel souhait sinon le génie de la lampe? Sauf que de nos jours, la «lampe» serait un téléphone cellulaire.»

On l’aura compris, cet épisode mettant en vedette Lou-Pascal Tremblay dans le rôle du musicien (mal)chanceux est fait d’humour très noir.

5 / 6
«Interrogatoire» est une œuvre de Patrick Senécal.Club Illico

Interrogatoire

Pas besoin de s’interroger longtemps pour comprendre qu’Interrogatoire entre dans la tête de la policière incarnée par Karine Gonthier-Hyndman. «Elle interroge un sans-abri (David La Haye, glaçant) et bientôt, on se rend compte qu’elle-même a fait l’objet d’une enquête, qu’elle a été blanchie, mais qu’elle a un secret dont elle n’a jamais parlé. À moins que… que quoi au juste? Tout s’embrouille. Est-elle saine d’esprit ou en pleine crise de paranoïa?» Cette fois, poser la question n’est pas y répondre!

6 / 6
«Par effraction» est une œuvre de Patrick Senécal.Club Illico

Par effraction

Enfin, Par effraction donne dans l’horreur gothique pure et (pas) simple. Steve Laplante y joue un pauvre type «qui doit de l’argent à la mafia, entre dans une maison pour la cambrioler et y trouve des enfants dont aucun adulte ne semble s’occuper. Il se demande ce qu’ils font là.» Il aurait dû se poser une autre question. Il le comprendra bientôt. L’épisode est en fait l’adaptation d’une nouvelle parue dans le collectif Les disparus d’Ély T. 1 – Perdus. Le texte était glaçant. À l’écran, le résultat l’est au moins autant.