Share on Facebook

Top 7 des destinations les plus dangereuses

Maladies, violences, vols… Évitez que votre prochain voyage vire au cauchemar en consultant ce palmarès des destinations les plus dangereuses!

1 / 7
Shutterstock

1. Australie: Crocos et cônes

Que faut-il craindre? L’Australie héberge un nombre considérable d’espèces animales dangereuse, du requin mangeur d’homme au croco marin mangeur d’homme et de requin. Sans compter les méduses et les cônes à la piqûre toxique qui habitent ses eaux. Sur la terre ferme, vous devrez vous méfier des araignées venimeuses qui pourraient avoir trouvé refuge dans votre sac de couchage.

Précautions à prendre: voici quelques conseils offerts par Hamish Clark, propriétaire de SugarBag Safaris à Humpty Doo. Depuis 15 ans, il sert de guide aux voyageurs qui s’aventurent dans le parc national Kakadu et les régions sauvages à l’extérieur de Darwin, la ville australienne la plus au nord. (À ce jour, il n’a perdu aucun touriste !)

Pour éviter les crocos, tenez compte des panneaux avertisseurs. «Et tenez-vous loin des bords de rivière, ruisseau, billabong ainsi que de l’océan, conseille Hamish Clark. Gardez à l’esprit que l’absence de panneau ne signifie pas que le risque d’attaque est nul.» En passant, les crocodiles marins vivent dans l’eau salée comme dans l’eau douce et ne dédaignent pas les très petites mares.

Pour minimiser le risque de piqûre par les araignées, secouez vos vêtements, chaussures et sacs de couchage avant de les porter ou de vous y glisser. «Ne mettez pas les mains dans des trous ou entre des bûches. Comme la veuve noire à dos rouge se tient souvent près des toilettes extérieures, particulièrement sous le siège, inspectez les lieux avant de vous asseoir», conseille Hamish Clark.

Selon lui, il n’y a qu’une seule manière de se protéger entièrement des méduses : éviter de se baigner dans l’océan. Si vous y aller, portez une combinaison isothermique. Faites attention où vous mettez les pieds, portez des chaussures aquatiques et, en eau peu profonde, traînez les pieds afin d’éviter de marcher sur le rascasse venimeux, une autre terreur toxique.

Pour vous protéger de la pieuvre à anneaux bleus et des cônes, tous deux venimeux, ne touchez pas aux animaux marins ni aux bouteilles ou canettes abandonnées (dans lesquelles la pieuvre se cache souvent)

Les raisons d’y aller tout de même: où d’autre peut-on nager sous une chute de 200 mètres, se balader dans des canyons de grès où les rochers sont parés d’œuvres d’art aborigènes antiques ou explorer les terres marécageuses où l’on peut apercevoir des crocodiles marins, des jabirus, des cigognes et des mourines ? Et ce n’est là qu’une des nombreuses possibilités d’excursion de quelques jours organisées par SugarBag Safari. Surf, plongée autonome (au Great Barrier Reef), randonnée, voire course à dos de chameau, sans compter les boutiques et restaurants réputés de Sydney, font de l’Australie une destination incontournable.

2 / 7

2. Tchernobyl : la première destination touristique «toxique» au monde

Que faut-il craindre ? Un quart de siècle après la plus grande catastrophe nucléaire à se produire dans une centrale (30 travailleurs y ont péri et on s’attend à ce que 4000 personnes meurent tôt ou tard des effets de la fuite radioactive de 1986), l’Ukraine a ouvert Tchernobyl au tourisme. Des excursions d’une journée autour du site et de Pripyat, ville fantôme qui le jouxte et se trouve au nord de Kiev, sont conduites par des guides équipés d’un compteur Geiger, les taux de radiation se situant toujours au-dessus de la normale.

Précautions à prendre:
Suivez votre guide et n’allez que là où il vous dit d’aller. Si tous portent un compteur Geiger, c’est que l’endroit est encore contaminé.
Ne touchez ni aux structures ni aux végétaux.
Abstenez-vous de fumer et de manger dans la zone.
Ne rapportez aucun «souvenir» : tout ce qui se trouve dans la zone est radioactif.
Ne vous éloignez pas du groupe : des meutes de loups aux sangliers géants en passant par les poissons-chats de 3 mètres de long et de 200 kg, la nature – sauvage et radioactive – fait un retour en force dans cette région post-apocalyptique.

Les raisons d’y aller tout de même: le tourisme contribue à l’économie locale et offre la possibilité de découvrir le contexte historique et culturel de la tragédie nucléaire et de la période postérieure. De plus, vous pourrez y prendre des photos inusitées, par exemple de la ville fantôme et de ses bâtiments, maisons et grande roue abandonnés, de poissons-chats géants, de la forêt rouge (les conifères ont changé de couleur en conséquence de mutations génétiques) et, lors d’un arrêt rapide au point zéro, du réacteur numéro 4.

3 / 7

3. Barcelone, Espagne : capitale du pickpocket

Que faut-il craindre? Vous vous promenez nonchalamment sur Las Ramblas, observant les gens et absorbant l’animation de la ville. Vous vous arrêtez pour prendre un café ou une autre boisson et découvrez que votre portemonnaie a disparu. Bienvenue à Barcelone, capitale mondiale du pickpocket!

Précautions à prendre:
Fondez-vous dans le décor. «Les Espagnols, et particulièrement les Catalans, s’habillent avec chic. Si vous avez l’allure d’un routard, on saura immédiatement que vous êtes un touriste, proie privilégiée des pickpockets. Évitez les shorts, sandales ou tongs. Portez plutôt des pantalons et des chaussures ; le jean et les baskets conviennent parfaitement. De fait, le jean, la jupe tombant sous le genou et les chaussures de style sont toujours à la mode à Barcelone», de dire Ed Daly de la firme iJet.

Au restaurant, ne suspendez pas votre manteau ou votre sac au dossier de votre chaise et ne les déposez pas non plus sur le sol. Gardez-les sur vos genoux ou entre vos pieds.

«Pour limiter le risque de perdre vos documents importants, faites-en des copies que vous porterez sur vous, conseille Ed Daly ; laissez les originaux dans le coffre de votre chambre d’hôtel.» En outre, ne gardez pas tout votre argent ou vos cartes de crédit dans un seul portemonnaie ou une seule poche : répartissez-les entre vos diverses poches et une ceinture-portefeuille dissimulée sous vos vêtements.

Les raisons d’y aller tout de même: Barcelone est une capitale sexy, culturelle et urbaine. Elle est réputée pour sa culture et ses arts, sa vie nocturne, sa fabuleuse architecture, qui va du gothique à l’Art Nouveau en passant par les chefs-d’œuvre modernes réalisés par Antoni Gaudi et Mies van der Rohe. Bref, elle vaut le détour, de préférence avec ceinture-portefeuille.

4 / 7

4. Afrique du Sud : crimes et attaques de requin à gogo

Que faut-il craindre? Selon Affaires étrangères et commerce international Canada, les Canadiens doivent faire preuve d’une très grande vigilance lorsqu’ils se rendent en Afrique du Sud, le pays étant réputé pour ses crimes violents perpétrés contre les touristes. Les agressions se produisent dans la rue, voire même dans les centres commerciaux. Les vols à main armée sont parfois commis par des escrocs se présentant comme des policiers. Les agressions sexuelles sont monnaie courante.

«Le problème est amplifié dans les grandes villes, particulièrement dans les cantons de Johannesburg, Tshwane (Prétoria), Cape Town et Durban. La nature des crimes peut varier légèrement d’un endroit à l’autre mais les vols à main armée, les agressions sexuelles, les pirateries routières et les autres crimes violents constituent une menace dans tout le pays», rappelle Ed Daly.

Parmi les autres dangers, il faut compter avec les babouins agressifs et, dans la False Bay de la province du Cap-Occidental, les attaques des grands requins blancs.

Précautions à prendre:

«Comme la plupart des crimes sont opportunistes, explique Ed Daly, évitez de vous mettre dans une position de vulnérabilité. Si vous êtes le seul piéton muni d’un cellulaire, de grands sacs en cuir et d’autres objets de valeur, vous constituez une cible facile pour les voleurs à la tire ou les agresseurs.»

«Soyez particulièrement vigilant dans les centres commerciaux, les plates-formes de correspondance, les boîtes de nuit et les autres lieux bondés», prévient-il.

Bien que cela puisse aller à l’encontre de votre nature de bon samaritain, demandez de l’aide plutôt que d’en offrir. «Les criminels usent de toutes sortes de ruses pour arriver à leurs fins, y compris celle de prétendre avoir besoin d’aide. Restez vigilant dans ces situations et communiquez avec le service de police plutôt que de vous impliquer personnellement», conseille-t-il.

Si l’on vous agresse, cédez vos objets de valeur. «En Afrique du Sud, les criminels sont généralement armés», précise-t-il.

«Les femmes ne devraient pas voyager seules», ajoute-t-il. En outre, les touristes ne devraient jamais se promener la nuit, même pour parcourir une courte distance.

«Comptez sur des gens fiables de la place pour organiser vos déplacements et vous guider. Il est presque toujours préférable de voyager en compagnie de gens de la place – qu’il s’agisse d’amis, de membres de la famille ou du personnel d’entreprises avec lesquelles on a pris des arrangements – plutôt que seul», dit-il.

En ce qui concerne la sécurité sur les réserves de chasses, optez de préférence pour l’excursion de groupe guidée et suivez les consignes de votre guide !

Pour éviter les attaques des requins, respectez les horaires et interdits de baignade et tenez compte des drapeaux avertisseurs.

Les raisons d’y aller tout de même: le safari au parc national Kurger est un incontournable de même que le surf dans la Jeffrey’s Bay, réputée pour son célèbre point break de droite. Johannesburg est une destination urbaine pleine d’avenir, où se côtoient galeries, spectacles de musique, design et boutiques.  La cuisine régionale ainsi que la visite des vignobles et des plantations de café raviront les gourmets du jet-set.

5 / 7

5. Mexique : là où les touristes peuvent être transformés en dommages collatéraux

Que faut-il craindre ? Dans les régions situées à proximité de la frontière nord du pays, la guerre que se livrent les trafiquants de narcotiques et d’armes a fait quelque 47 515 morts entre la fin de 2006 et le milieu de 2011, dont certains qui n’étaient que de simples spectateurs. Bien que les voyageurs ne soient pas visés, selon le ministère des Affaires étrangères des États-Unis, 120 Américains ont été tués en 2011.

Précautions à prendre : soyez bien informé, conseille Ed Daly, directeur des opérations de surveillance pour iJet International, une firme spécialisée dans la gestion des risques. (Leur rôle consiste notamment à protéger les directeurs généraux et les employés des entreprises étrangères dans les régions telles que celles indiquées sur cette liste.)
.Pour éviter d’être transformé en dommages collatéraux, restez à bonne distance des régions à proximité de la frontière nord telles que Ciudad Juarez, Monterrey, Mazatlan ou Guadalajara. Évitez également Veracruz et Acapulco : «Ces villes sont douteuses», explique Ed Daly.

Où aller alors? La péninsule du Yucatan reste l’une des régions du Mexique les plus sûres. Elle comprend les célèbres plages de la Riviera Maya, Playa del Carmen et Cozumel, de même que les villes de Campeche et de Merida. De là, on peut partir sans risque en excursion pour la journée afin de visiter les diverses ruines Maya, dont celles de Tulum, Uxmal et Chichen Itza».

Sur la côte du Pacifique, Puerto Vallarta et Cabo San Lucas sont des destinations sûres.

Vous pouvez visiter Mexico mais, selon Ed Daly, il est préférable de rester dans l’arrondissement de Polanco, de voir à l’avance à ce qu’on vous cueille à l’aéroport et de ne prendre que les taxis de votre hôtel.

Les raisons d’y aller tout de même: pour les Canadiens, qui sont 1,5 million à s’y rendre chaque année, le Mexique reste une destination chaude des plus courues. Il y a beaucoup à apprécier, du luxe décontracté de Los Cabos aux plages et ruines tranquilles de la Riviera Maya, pour ne nommer que ces deux splendides régions où le taux de criminalité est faible.

6 / 7

Thaïlande: terroristes, méduses et courant sagittal

Que faut-il craindre? Affaires étrangères et commerce international Canada y a identifié des troubles civils, des disputes aux frontières et des violences religieuses, ce qui rend certaines régions dangereuses pour les touristes. Plus tôt cette année, trois bombes posées par des terroristes ont blessé une poignée de personnes à Bangkok. Entre-temps, des méduses-boîtes et des méduses irukanji ont attaqué mortellement des baigneurs. (Méfiez-vous également du courant sagittal : les baigneurs peu aguerris ou non prévenus peuvent être entraînés vers le large.) Phuket, Krabi, Koh Pha-ngan, Koh Lanta et Koh Phi Phi sont des endroits particulièrement courus. Cependant, à Kho Pha-ngan, durant les fêtes de la pleine lune, des voyageuses ont été agressées sexuellement et volées après avoir été droguées au moyen de boissons, cigarettes, aliments, voire gomme à mâcher.

Précautions à prendre:

Évitez les régions à proximité des frontières entre la Thaïlande et le Cambodge, la Thaïlande et la Birmanie.

Évitez les provinces méridionales de Narathiwat, Pattani, Yala et Songkia (y compris la ville de Hat Yai). Depuis 2004, 4700 personnes y ont trouvé la mort, dont de nombreux voyageurs étrangers.

Informez-vous auprès des gens de la place des endroits où l’on peut se baigner en toute sécurité. Évitez de le faire là où des drapeaux rouges indiquent un danger.

Dans les bars et les restaurants, surveillez vos boissons et aliments, et n’acceptez aucune boisson que vous n’avez pas commandée vous-même.  Pour d’autres conseils de sécurité, consultez le guide Voyager au féminin – La sécurité avant tout publié par Affaires étrangères et commerce international Canada.

Les raisons d’y aller tout de même: des plages réputées dans le monde entier, des temples imposants, une cuisine savoureuse, des marchés nocturnes fascinants, des occasions inouïes de participer en tant que bénévole à la sauvegarde des éléphants, des villes historiques, et des gens accueillants et amicaux (on qualifie la Thaïlande de «pays du sourire»), et quoi encore !

7 / 7

7. Honduras: sable, soleil et crimes

Que faut-il craindre? Beaucoup de choses, semble-t-il. Dans un rapport publié en octobre 2011, l’ONU déclarait que ce pays possédait le taux de meurtre per capita le plus élevé au monde, soit 82,1 homicides par tranche de 100 000 habitants. (En comparaison, au Canada, il est de 1,85 victimes par 100 000 habitants et, aux États-Unis, de 5,69.) Plus tôt cette année, le Corps de la Paix a rappelé ses bénévoles pour des raisons de sécurité.

Précautions à prendre: bien que la plupart des meurtres soient associés au trafic de la drogue et aux gangs, des touristes ont été victimes de vol, agression, agression sexuelle et piraterie routière. La plupart des crimes ont lieu sur le continent quoiqu’ils soient en hausse sur les îles de Roatan et d’Utila. Selon Julie Shigetomi, ex-Torontoise et copropriétaire du centre de plongée Alton d’Utila, il suffit de prendre quelques mesures de précaution élémentaires. «Les criminels se tiennent généralement loin des touristes. Mais faites preuve de vigilance, tout comme vous le feriez dans les grandes villes», conseille-t-elle.

Ne faites pas étalage de vos bijoux, téléphones cellulaires, montres ou portemonnaies.

«Ne partez pas seul en randonnée dans des régions éloignées. Déplacez-vous en groupe», conseille Julie Shigetomi.

«Si vous devez vous déplacer sur le continent, prenez l’avion plutôt que le bus», ajoute-t-elle. Évitez entièrement San Pedro Sula, la capitale du meurtre.

Le ministère des Affaires étrangères des États-Unis recommande d’éviter les manifestations politiques, les bus bon marché et les promenades nocturnes en solo, et conseille de conduire en gardant les portières verrouillées et les fenêtres fermées.

Les raisons d’y aller tout de même: battures fabuleuses, forêts humides verdoyantes et anciennes ruines Maya font du Honduras une destination de rêve pour les voyageurs en quête d’aventure douce. (Imaginez le Costa Rica, mais en plus calme et en moins cher.) Roatan et Utila font partie des meilleurs endroits au monde pour faire de la plongée autonome. «Si vous prenez l’avion directement jusqu’à Roatan et restez au complexe touristique, vous serez en sécurité. Quant à Utila, on y est nettement moins en danger qu’à Cuba ou à la République dominicaine», explique Julie Shigetomi qui vit sur l’île depuis plus de dix ans.