Share on Facebook

Technologie : apprendre à se déconnecter

Maîtresse envahissante, la technologie pourrait vous déconnecter de vos proches.

1 / 2
Technologie : apprendre à se déconnecter

Comment la technologie peut vous déconnecter des autres?

« JE T’ÉCOUTE. » Combien de fois nos proches nous répètent-ils cela, tout en pianotant sur leur appareil, tête baissée, au beau milieu d’une conversation? Textos, tweets et appels facilitent peut-être les relations de couple à distance, mais en présence de l’autre, les téléphones et autres ordinateurs portables semblent plus un obstacle qu’autre chose. La technologie peut devenir le troisième membre du couple, si présente qu’au moins l’un des partenaires se sentira négligé ou irrité. Selon Rachel Needle, psychologue au Center for Marital and Sexual Health de Floride du Sud, « quel que soit leur ordre d’apparition, les problèmes en rapport avec la technologie révèlent souvent des soucis plus vastes au sein du couple », tels que la jalousie, l’insécurité ou une mauvaise communication. Un manque de confiance peut pousser à lire les courriels de son compagnon, tandis que l’obsession pour le téléphone portable masque parfois l’indifférence envers l’autre. Mais la technologie n’est pas forcément un facteur de division, explique Mme Needle; elle peut aussi bien rapprocher deux personnes, même dans une même pièce.

Créer des zones sans technologie

Vous serez toujours tenté d’utiliser toute technologie à portée de main. Cheryl Fraser, psychologue et sexologue de Duncan, en Colombie Britannique, conseille de bannir toute tentation en créant des « zones franches » chez soi : pas de technologie à table lors des repas ni dans la chambre, réservée au sommeil et à l’amour. Dans les années 2000, une étude menée sur plus de 500 couples italiens a révélé que ceux qui n’avaient pas de téléviseur dans leur chambre faisaient l’amour deux fois plus souvent que les autres. Éteignez vos téléphones (ne vous en tenez pas au mode silencieux) dans ces zones sans technologie ou, mieux, laissez-les dans une autre pièce. Selon Mme Fraser, « psychologiquement, si l’appareil vibre, il va attirer votre attention, que vous le consultiez ou non. Vous ne remplissez pas votre rôle si vous faites autre chose tout en parlant à l’être aimé. » Si votre travail ou les circonstances exigent que vous soyez connecté, réglez votre téléphone pour n’être averti que des appels venant de numéros choisis.

2 / 2

Profitez de moment de partage

Hors de la chambre, l’usage de la technologie n’est pas toujours négatif. Selon une étude de l’International Journal of Neuropsychotherapy publiée en 2014, les couples qui regardent la télé ensemble ou utilisent leurs téléphones simultanément (par exemple, pour des jeux interactifs) ont souvent une opinion plus positive de leur relation ; ainsi, l’utilisation commune de la technologie, comme d’autres activités partagées, peut renforcer le sentiment d’atta-chement, de sécurité et de contrôle des deux partenaires, et ainsi contribuer à vivre sainement. Mais être le seul partenaire à utiliser un ordinateur portable a l’effet contraire. Selon une étude du Pew Research Center, un quart des Américains en couple affirmaient être frustrés lorsque leur conjoint était distrait par son téléphone portable, et près d’un sur 10 déclarait se disputer au sujet du temps passé en ligne. Facebook est le principal coupable. Selon une étude de 2013 de l’Université du Missouri, le réseau social peut avoir des conséquences malheureuses significatives sur une relation (tromperie, séparation ou divorce).

Communiquez… mais pas trop

Bernie Hogan, chargé de recherche canadien de l’Oxford Internet Institute, a analysé 11 400 couples. Selon lui, les plus satisfaits utilisent quatre ou cinq moyens de communication, quels qu’ils soient. M. Hogan affirme que le recours à plus de cinq moyens (y compris les échanges directs, par téléphone, textos et autres médias) peut révéler une absence de limites dans la relation. Avec les médias numériques, il peut être particulièrement éprouvant de déchiffrer l’humeur de l’autre, car les messages ne donnent aucun indice visuel ou physique. Selon M. Hogan, « chaque nouveau média est une occasion supplémentaire de mal comprendre l’autre et de projeter des émotions négatives. On s’épuise à vouloir comprendre l’autre dans des contextes trop nombreux et divers, sans avoir tous les éléments en main. » Pour éviter de tomber dans ce piège, sachez reconnaître les moyens adaptés à la situation: vous pouvez demander à votre amoureux d’acheter du lait par texto, mais attendez d’être en sa présence pour discuter de sujets plus délicats.

Soyez transparent

Vous n’avez pas à partager les mots de passe de votre ordinateur, de votre téléphone ou de vos comptes sur les médias sociaux ni à suivre votre bien-aimé sur chaque plateforme en ligne, mais être trop cachottier ou refuser d’être ami avec votre conjoint sur Facebook peut laisser croire que vous cachez quelque chose. De même, exiger le mot de passe de votre conjoint sans raison valable peut être déconcertant. Selon Cheryl Fraser, il n’y a pas de règle absolue, mais la transparence est essentielle : « J’examinerais les raisons de votre réticence. Il y a une grande différence entre vie privée et secret. »