Share on Facebook

Radiographie de signataires

Sélection a demandé à la graphologue Annette Poizner de décrypter la signature de quelques personnalités…

1 / 6

Pierre Elliott Trudeau

Ex-premier ministre du Canada

Le prénom représente le moi intime, tandis que le nom représente le moi professionnel. Le fait d’abréger le prénom, comme le fait Pierre Trudeau, indique un besoin d’intimité. Le trait initial de la signature est renforcé. Voyez la précision et le soin avec lesquels ce trait est tiré. Le scripteur réfléchissait avant de parler de sa vie privée et ne le faisait jamais à la légère ou de façon désinvolte.

2 / 6

Tiger Woods

Golfeur professionnel américain

La zone supérieure est très prononcée, ce qui dénote une forte capacité d’exécution. Tiger Woods est parfaitement capable de mener sa carrière en mode ascendant. La zone inférieure, qui reflète la sensualité, est tout aussi prononcée. Cette signature indique une forte intelligence kinesthésique. Voyez comme la zone médiane est petite. Cette contraction dans la zone socio-émotionnelle reflète souvent une personnalité qui peine à s’ouvrir aux autres ou à entretenir un lien affectif. Observez aussi les petites lettres. Un bon golfeur a une conscience aiguë du détail.

3 / 6

Robert Goyette

Rédacteur-en-chef de Sélection Reader’s Digest

Le soin apporté dans la formation des lettres du prénom indique que le scripteur veut que l’on découvre chez lui cette faculté d’attention et que l’on n’hésite pas à y avoir recours. Le nom reflète la volonté d’aller de l’avant. Chaleur dans le prénom, dynamisme et volonté dans le nom. Loin d’être abrupt, cet homme d’action est attentionné et à l’écoute. Les traits renforcés révèlent un fort désir d’intimité dans sa vie privée. Les o qui diffèrent – celui du prénom est fermé, celui du nom ouvert – renforcent l’impression que l’on a affaire à un individu discret, qui est néanmoins un communicateur professionnel.

4 / 6

Karla Homolka

Criminelle condamnée à l’issue du procès Bernardo/Homolka

Bien qu’on la connaisse surtout sous son nom de jeune fille, Karla Homolka a signé, durant le procès, tous les documents judiciaires de son nom d’épouse, Karla Leanne Bernardo.
Voyez le trait aigu, acéré, qui viole la lettre B de Bernardo. La forme de cette lettre est sexualisée et rappelle l’anatomie féminine. Ce type de symbolisme est souvent présent dans l’écriture d’une victime de sévices sexuels, chez l’auteur du même crime ou chez un individu attiré par le sado-masochisme et la pornographie.

5 / 6

Harry Rosen

Cofondateur des boutiques Harry Rosen de vêtements pour hommes

La zone médiane de la signature est très ample, ce qui révèle une personne sympathique et populaire. La carrière de Harry Rosen a commencé dans une usine et dans une boutique de luxe de vêtements pour hommes. Sa signature révèle un homme éveillé au monde physique et visuel, possédant un goût très sûr.

Les majuscules dénotent une personne qui accorde une grande importance à la première impression qu’il fait sur les autres. Et avez-vous remarqué le petit sourire de bande dessinée présent dans la première lettre? Un signe de chaleur et de gentillesse.

6 / 6

Karen Kain

Directrice artistique du Ballet national du Canada

Dans la signature de Karen Kain, deux danseurs sont prêts à faire la révérence. Le trait qui pénètre la boucle de la zone supérieure symbolise la sexualité. Cette zone représente la sphère de l’imagination. Ce graphisme imagé est une métaphore de la créativité de l’artiste, et traduit le partenariat harmonieux et merveilleusement chorégraphié des éléments mâle et femelle. Dans la signature de Karen Kain, on voit un classique du ballet: le pas de deux!