Comment concilier handicap physique et exercices cardiovasculaires ?

De nombreux Canadiens sont atteints d’un handicap physique qui gêne la pratique sportive. Deux problèmes courants, comme les douleurs chroniques et les maladies cardiaques (touchant respectivement 3,9 millions et 1,3 million de Canadiens), rendent souvent impossibles les 150 minutes hebdomadaires d’exercices cardiovasculaires ou d’aérobie modérés recommandées par l’Agence de la santé publique du Canada. Apprenez comment concilier handicap physique et exercices cardiovasculaire.

1 / 2
Les bienfaits d'une activité physique

Les bienfaits d'une activité physique

Les bienfaits d'une activité physique pratiquée régulièrement sont trop importants pour s'en détourner. Les exercices d'aérobie (tout effort continu augmentant les rythmes cardiaque et respiratoire) peuvent allonger l'espérance de vie et prévenir le diabète de type 2, l'ostéoporose et les maladies du cœur. Aucun handicap physique ne devrait vous empêcher de bouger : il s'agit de choisir les bons exercices.

Repousser la douleur pour concilier handicap physique et exercices cardiovasculaires

Considérez avec prudence tout nouveau programme d'exercices. Selon Audrey Hicks, qui enseigne la kinésiologie à l'Université McMaster : « On ne devrait jamais prétexter un handicap physique pour ne rien faire. Mais il est nécessaire de demander l'aide d'un professionnel pour s'entraîner dans de bonnes conditions. » Elle conseille aux patients souffrant de douleurs chroniques de consulter des physiologues et entraîneurs spécialisés avant de commencer un programme. Mme Hicks recommande également aux gens souffrant de blessures ou de douleurs articulaires de remplacer la course à pied par la natation, l'aquagym ou le vélo elliptique couché, afin de réduire la pression exercée sur les articulations et éviter d'aggraver la douleur.

2 / 2
La prudence est de mise lorsqu'on réunit handicap physique et exercices cardiovasculaires

La prudence est de mise lorsqu'on réunit handicap physique et exercices cardiovasculaires

Les patients cardiaques, en particulier, devraient suivre avec prudence les « Lignes directrices en matière d'activité physique » de l'Agence de la santé publique du Canada. Elles n'ont pas été rédigées pour des personnes atteintes de problèmes de santé chroniques, explique le Dr Darren Warburton, un des auteurs de ce guide, spécialiste en cardiologie et en rééducation physique à l'Université de la Colombie-Britannique. « On ne prescrit jamais 150 minutes d'activité physique à quelqu'un venant d'avoir une crise cardiaque. »

Le Dr Warburton ne se limite pas à un « nombre magique » ou à un certain type d'exercice quand il suggère un programme d'entraînement : « On conseille aux patients de commencer tôt, par des exercices légers ou modérés, puis d'augmenter progressivement la difficulté. »

Il peut s'agir de deux séances de 20 minutes de jardinage ou de marche rapide par semaine. Pour être efficace, l'exercice doit être au moins modéré : on devrait sentir son cœur battre plus vite et avoir assez de souffle pour parler, mais pas chanter. Tout cela, bien sûr, après avoir consulté un professionnel de la santé.