Share on Facebook

Ce que l’on risque à ne jamais prendre de vacances

Croyez-vous mériter des éloges parce qe vous êtes un bourreau de travail ? De nombreuses recherches indiquent que les vacances ne sont pas un luxe, mais une nécessité qui peut même prolonger votre vie.

1 / 8

Quels risques courez-vous ?

Un séjour dans les Antilles peut-il conjurer une maladie cardiaque ? Peut-être. Quand des chercheurs de la State University of New York à Oswego ont examiné 12 000 hommes âgés de 35 à 57 an, ils ont découvert que ceux qui n’avaient pas pris au moins une semaine de vacances par an avaient augmenté de 35 p. 100 leur risque de mourir d’une crise cardiaque durant cette enquête de neuf ans. Les bourreaux de travail sont en outre menacés d’hypertension pour cause de stress, de diabète de type II et d’obésité.

Pouvez-vous y remédier ?

Oui-toute réduction du stress, ne serait-ce que durant quelques jours, donne un répit à votre cœur et à votre tension artérielle. Dans une petite étude effectuée en Nouvelle-Zélande, les chercheurs ont découvert que les vacanciers dormaient une heure de plus qu’à la maison et que leur sommeil était trois fois plus profond et réparateur. Poursuivez votre lecture : vous apprendrez comment utiliser vos prochaines vacances pour donner un coup de pouce à votre santé.

Photo: Jupiterimages/Brand X Pictures/Thinkstock

2 / 8

Ne travaillez pas durant le prochain week-end

Vous ne pouvez vraiment pas vous évader durant quelque temps ? Donnez simplement la priorité à la détente durant le week-end et cela vous aidera. Lorsque des chercheurs finlandais ont analysé pendant 28 ans les habitudes de 800 femmes et hommes concernant leur santé, ils ont découvert que ceux qui, durant le week-end, ne se dégageaient pas du stress relié à leur travail étaient trois fois plus susceptibles d’avoir une crise cardiaque fatale que ceux qui prenaient beaucoup de repos.

Conclusion : ne travaillez pas durant le prochain week-end. Abandonnez les réparations dans la maison, l’entretien de la pelouse et du jardin (à moins que ce ne soit un passe-temps que vous aimez vraiment) et toute obligation porteuse de stress. Adoptez une mentalité de « Vacancier à Balconville » : savourez tranquillement votre petit déjeuner, faites une promenade de détente, allez visiter une attraction locale et dînez au restaurant avec des amis. Puis, prenez la résolution de suivre dorénavant ce programme durant une journée chaque fin de semaine.

Photo: George Doyle/Stockbyte/Thinkstock

3 / 8

Organisez-vous de vraies vacances

La moitié de la lutte pour partir en voyage, c’est de se dégager durant une période donnée. Alors, sortez votre calendrier et choisissez une semaine (ou davantage). Puis communiquez votre décision à vos patrons et à votre famille. Le simple fait d’imaginer un séjour parfait d’une semaine peut vous rendre plus heureux, si l’on en croit une recherche effectuée en Hollande en 2010. Les chercheurs ont trouvé que la plus grande stimulation mentale se produit huit semaines avant le départ en vacances, quand vous ne pensez qu’à cela. Après leurs vacances, la plupart des gens ont reconnu qu’ils ne s’étaient pas sentis plus heureux que ceux qui n’étaient pas partis en voyage.

Photo: iStockphoto/Thinkstock

4 / 8

Pensez à un voyage reposant

Prévoir un trop grand nombre d’activités peut réduire le plaisie lié aux vacances les mieux intentionnées. Et vous pouvez vous priver des avantages de vos projets pour votre santé si vous essayez d’en faire trop ou si vous vous engagez à faire des choses que vous n’aimez pas. (Vous détestez le ski nautique ? Ne vous forcez pas à en faire-restez plutôt pépèrement sur la plage avec votre livre numérique). Mettez à votre programme les activités dont vous raffolez, mais laissez-vous plein de temps libre aussi.

Photo: Maria Teijeiro/Lifesize/Thinkstock

5 / 8

Visitez à pieds

Servez-vous de vos pieds, vos vacances seront plus heureuses. L’exercice dégage des endorphines qui vous mettent de bonne humeur ; en outre, marcher vous permet de voir des sites que vous laisseriez de côté autrement. Pensez aux jardins de sculptures, aux sentiers panoramiques, aux petites pistes en bordure des lacs ou à de belles plages où faire de longues promenades. Avec un peu d’activité physique tous les jours, vous vous sentirez moins coupable de déguster un dessert gourmand.

Photo: Digital Vision/Thinkstock

6 / 8

Prenez des habitudes de santé

Bien sûr, vos vacances peuvent vous entraîner dans des zones dangereuses (trop boire, prendre trop de soleil), mais voyez-y aussi l’occasion d’acquérir de bonnes habitudes. Faites des excès dans les fruits naturels offerts au buffet du petit déjeuner, accordez-vous une petite sieste l’après-midi, dégustez un verre de vin rouge, bon pour le cœur, au dîner plutôt qu’une piña colada surchargée de calories. Vous avez toujours eu le goût de découvrir le yoga ? Allez jeter un œil à la classe organisée sur la plage par votre hôtel. Nous ne vous suggérons pas de mener une vie d’ermite, mais si vous passez votre temps à vous goinfrer et ne faites pas cinq secondes d’exercice, vous rentrerez à la maison plus mal en point qu’au départ.

Photo: Creatas/Thinkstock

7 / 8

Préférez la campagne à la ville

Les vacances en ville sont bruyantes, agitées et crevantes. Les vacances à la campagne sont paisibles, tranquilles et revigorantes : ce sont celles dont vous avez le plus besoin. Cela ne veut pas dire de choisir un programme ennuyeux-mas simplement d’aller où vous pouvez vous éloigner de l’agitation qui marque votre vie à la maison.

Photo: John Rowley/Photodisc/Thinkstock

8 / 8

Rangez vos jouets électroniques à l’écart

La technologie du sans-fil utilisée couramment par les grandes sociétés internationales signifie que vous pouvez retrouver le monde du travail en tout temps et partout. Dites non à cette démangeaison. Si vous devez emporter avec vous votre ordinateur de travail ou votre Blacberry, laissez-les à l’hôtel, éteignez-les et fixez-vous une heure où vous irez y jeter un coup d’œil.

Il en va tout autant de votre vie personnelle. Profitez pleinement de vos vacances plutôt que de consacrer du temps à envoyer sans arrêt des photos en temps réel sur Facebook ou sur Twitter.

Photo: Jupiterimages/Photos.com/Thinkstock