3 conseils pour mieux vivre avec la sclérose en plaques

« Je vis avec la sclérose en plaques depuis un an, et mon traitement n’est plus aussi efficace qu’au début. Que puis-je faire pour améliorer ou, du moins, maintenir ma qualité de vie’? »3 spécialistes répondent à la question.

1 / 3

Les médecines douces et les compléments alimentaires

Zoltan Rona, médecin (@drzoltanrona) :

 

La sclérose en plaques (SP) est une maladie auto-immune qui pousse le système immunitaire du patient à se retourner contre lui-même.

Les cellules attaquent le cerveau, la colonne vertébrale et le nerf optique, provoquant une faiblesse musculaire, une perte de vision et d'autres problèmes neurologiques.

 

Le traitement habituel avec médicaments n'a qu'un succès limité.

Il est coûteux et a de nombreux effets secondaires.

 

Les médecines douces obtiennent de bons résultats grâce à des changements dans 
l'alimentation et les habitudes de vie.

 

Les techniques de réduction du stress et les traitements corps-esprit comme la thérapie par biofeedback, permettent 
de mieux maîtriser le fonctionnement de son corps.

 

Les compléments alimentaires pouvant aider à réduire les symptômes 
de la SP sont la vitamine D, les acides gras oméga 3, le coenzyme Q10, la 
vitamine B12, l'extrait de ginkgo biloba, l'acide alpha-lipoïque et la racine de gingembre.

 

Le médicament Naltrexo-ne, à faibles doses, semble aussi prometteur pour réduire les symptômes comme la fatigue et les spasmes, et est mieux toléré que la plupart des médicaments actuellement sur le marché.

Demandez conseil à votre médecin.

 

2 / 3

L'activité physique

Amanda Vogel, monitrice de conditionnement physique (@amandavogel):

 

« L'activité physique est reconnue comme une intervention thérapeutique importante dans la gestion de la maladie », affirme Garry Wheeler, porte-parole de la Société canadienne de 
la sclérose en plaques.

 

Le sport n'est pas un traitement contre la SP, mais il contribue à en réduire la progression, permet de maîtriser sa fatigue, 
d'améliorer sa mobilité et sa qualité de vie.

Garry Wheeler soutient que des exercices modérés d'aérobie peuvent limiter les effets de la maladie.

 

Selon les directives canadiennes en matière d'activité physique à 
l'intention des adultes atteints de SP publiées par la Société canadienne de physiologie de l'exercice, ceux 
qui souffrent d'un handicap léger 
ou modéré ont besoin d'au moins 
30 minutes d'activité d'intensité moyenne, deux fois par semaine.

 

Il peut s'agir de marche, de course à pied, de natation, de cyclisme ou de cyclisme à bras pour les personnes en fauteuil roulant.

Les directives 
recommandent aussi de la 
musculation au moins deux jours par semaine.

 

Le yoga et le pilates 
peuvent aussi faire du bien.

3 / 3

Une alimentation adaptée

Julie Daniluk, nutritioniste (@juliedaniluk) :

Terry Wahls, médecin de l'Iowa 
atteinte de sclérose en plaques, a découvert que suivre un régime destiné 
à améliorer le fonctionnement de ses 
mitochondries, la partie des cellules qui produit de l'énergie, l'aidait.

 

L'évolution de la maladie a été ralentie en 
augmentant sa consommation d'acides gras oméga 3 et de vitamine D et 
en mangeant des viandes nourries à l'herbe, comme le bison ou le cerf, pour fournir au corps des aminoacides.

 

Essayez de consommer des aliments riches en vitamine B, comme les pois mange-tout et les légumes à feuilles vert sombre, tels le chou kale et les 
épinards.

 

Évitez les glucides raffinés qui épuisent vos réserves nutritives.

 

Les fruits de mer et les algues, riches en iode, sont bénéfiques.

 

Assurez-vous que votre alimentation quotidienne 
inclut trois portions de légumes contenant du soufre : des oignons, du brocoli et du chou, par exemple.

 

Privilégiez aussi les aliments riches en vitamine B6, comme les avocats et les bananes, pour un fonctionnement optimal des neurotransmetteurs de votre cerveau.