Share on Facebook

8 preuves que les bébés sont plus intelligents que vous le croyiez

Ils sont à croquer, bien sûr, mais les bébés sont beaucoup plus que de petits êtres adorables. De nouvelles études passionnantes révèlent le génie derrière les gagas et gougous.

1 / 9

Le cerveau des bébés croît à une vitesse phénoménale. Il double en volume durant la première année et atteint sa taille adulte à peine quatre ans plus tard, à la maternelle. Pour soutenir cette croissance et l’apprentissage, le cerveau des bébés compte environ 1 000 billions de synapses (connexions entre les cellules du cerveau), soit deux fois plus que celui d’un adulte.Pas étonnant que les nouveaux parents et grands-parents regardent le bébé en se disant : « Mais à quoi peut-il bien penser? » Il y a désormais plus de preuves qu’il s’en passe beaucoup dans la tête de votre « Mini Moi »

Crédit photo: Thinkstock

2 / 9

Les bébés savent quand on parle une nouvelle langue

Nous savons depuis longtemps que le cerveau des nourrissons est particulièrement adapté à l’apprentissage de plusieurs langues et des recherches récentes contribuent à expliquer comment ils sont capables d’y arriver. Une étude de l’Université de Colombie-Britannique a révélé que les bébés de 4 mois peuvent discerner, à partir d’indices visuels, quand une personne parle une autre langue (en raison de la forme et du rythme de la bouche du locuteur et des mouvements du visage). Selon un communiqué de presse de l’université : « Les bébés qui grandissent dans un environnement bilingue ont l’avantage de maintenir les capacités de discrimination nécessaires à l’apprentissage de plusieurs langues. »

Une autre étude a démontré que les bébés qui vivent dans des foyers bilingues gardent plus longtemps la souplesse du cerveau qui permet d’apprendre des langues différentes, en comparaison des enfants qui n’entendent qu’une seule langue. C’est un indice que le bilinguisme demande de la pratique, sinon on le perd. 

Crédit photo :  Kraig Scarbinsky/Digital Vision/Thinkstock

3 / 9

Les bébés comprennent les émotions des autres

Même les bébés qui n’avaient jamais eu ou que de rares contacts avec un chien ont pu associer les grognements de colère et les jappements amicaux avec des photos de chiens présentant un langage corporel menaçant ou accueillant, selon une étude publiée dans Developmental Psychology. Des recherches antérieures du même laboratoire de la Brigham Young University ont démontré que les nourrissons peuvent également repérer les changements d’humeur dans la musique de Beethoven.

Crédit photo:  iStockphoto/Thinkstock

4 / 9

Les très jeunes bébés saisissent le sens des mots

Certains experts du développement des nouveau-nés croient qu’ils ne comprennent pas le lien entre les images des objets et le nom de l’objet (l’association de l’image d’une pomme et du mot « pomme ») avant l’âge de 1 an, mais une étude de l’Université de Pennsylvanie a révélé que des bébés de 6 mois ont cette capacité, bien avant de pouvoir dire les mots eux-mêmes.Les auteurs de l’étude ont montré à des bébés de 6 à 9 mois des images d’aliments et de parties du corps, tandis que leurs parents leur donnaient des instructions simples (« Où est le nez? »). Les chercheurs ont constaté que les bébés regardaient plus l’image de la chose nommée que toute autre image, ce qui indique qu’ils connaissaient la signification du mot. Les auteurs de l’étude prétendent que c’est une preuve de plus de l’avantage de parler à votre bébé, même si ses regards vous semblent vides.

Crédit photo: Thinkstock/Wavebreakmedia

5 / 9

Les tout-petits peuvent évaluer l’équité.

Pas étonnant que l’expression « Ce n’est pas juste » soit la plainte préférée des pleurnichards. Les bébés apprennent l’égalité dès l’âge de 15 mois, selon des résultats de recherches de l’Université de Washington publiés l’année dernière. Les scientifiques ont montré aux bébés des vidéos dans lesquelles du lait ou des biscuits étaient répartis de façon parfois égale, parfois inégale entre deux personnes. Les bébés ont porté plus d’attention lorsque la distribution était inégale, ce qui indique qu’ils pouvaient dire qu’il y avait une différence et en étaient surpris.Fait intéressant, les bébés les plus sensibles à l’iniquité dans la répartition de la nourriture ont été aussi plus susceptibles de montrer des signes d’altruisme (en partageant leurs jouets), dans une étude ultérieure.

Crédit photo:  Comstock/Thinkstock

6 / 9

Les bébés apprécient une sanction appropriée

Qui aurait pu prévoir, mais des enfants de 8 mois aiment que de mauvaises choses arrivent aux personnes méchantes. L’an dernier, les chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique ont présenté à des bébés différentes saynètes où des marionnettes agissaient bien ou mal envers d’autres personnages. Ensuite les bébés ont regardé des marionnettes qui donnaient des jouets à ces marionnettes « bonnes » ou « mauvaises » ou qui leur retiraient des jouets. Les bébés ont préféré les marionnettes qui maltraitaient les marionnettes déviantes plutôt que celles qui traitaient bien les marionnettes déviantes.Les auteurs de l’étude croient que ce peut être un signe précurseur de certains comportements sociaux plus tard, dans la vie, comme de rapporter les mauvais coups d’un autre enfant. Le fait qu’ils présentent ce trait si tôt indique une caractéristique innée, plutôt qu’acquise.

Crédit photo: George Doyle/Stockbyte/Thinkstock

7 / 9

Les enfants aiment faire preuve d’altruisme

On pourrait croire que les enfants veulent seulement avoir et recevoir, mais une étude publiée plus tôt cette année a révélé que les bambins sont plus heureux quand ils donnent. Les chercheurs ont donné des minis craquelins Goldfish à un groupe de tout-petits et leur ont demandé de les donner à une marionnette. Ensuite, les tout-petits ont reçu une gâterie supplémentaire à donner à la marionnette (de sorte qu’ils puissent en garder une et en donner une). Lorsque les chercheurs ont filmé le comportement des tout-petits pour évaluer leur joie, ils ont constaté que les enfants étaient plus heureux quand ils renonçaient à la gâterie qui leur appartenait plutôt qu’à celle qui leur avait été donnée en plus pour la marionnette.Le désir de donner de ces tout-petits laisse croire que notre capacité à éprouver de la joie en aidant les autres est une caractéristique innée de la nature humaine, selon un communiqué de presse de l’université.

Crédit photo: IStockphoto/Thinkstock

8 / 9

Les tout-petits succombent à la pression des pairs

Vous voulez que votre bébé apprenne à partager, mange ses légumes et fasse une bonne sieste? Entourez-le d’amis bien élevés, selon une étude publiée en 2012 dans la revue Cell Biology. Les chercheurs ont constaté qu’un enfant de 2 ans était plus susceptible d’imiter un comportement si trois de ses pairs le faisaient plutôt qu’un seul. C’est un signe que même de jeunes enfants peuvent succomber à la pression des pairs.

Crédit photo: Fuse/Thinkstock

9 / 9

Le cerveau des bébés se développe énormément lorsque les enfants jouent de la musique

Vous avez probablement entendu parler d’un quelconque lien entre la musique et le QI (une recherche récente a même trouvé un lien entre le fait de jouer d’un instrument durant l’enfance et un risque réduit de démence, plus tard dans la vie). Récemment, une étude canadienne a suggéré que même les jeunes bébés tirent un avantage à faire de la musique. Les bébés de 1 an qui ont suivi des cours de musique interactive (faire des mouvements des mains pour accompagner certains morceaux et « jouer » des instruments de percussion) avaient de meilleures aptitudes à la communication (y compris à pointer des objets du doigt, à faire des au revoir et à être moins déstabilisé dans un environnement inconnu) que les bébés d’une classe moins active, ayant manipulé divers jouets sur de la musique en arrière-plan sonore.

Crédit photo: BananaStock/Thinkstock