Share on Facebook

Où voyagent les nouveaux snowbirds?

Les retraités passent de moins en moins de temps dans leur pays et de plus en plus de temps à l’étranger, que ce soit dans les Amériques, en Europe, voire même en Afrique.

1 / 5

Mexique

« Nous ne pourrions jamais avoir le train de vie que nous menons ici si nous restions au Canada », de dire Dan McTavish, qui travaillait dans le domaine du marketing et qui consacre aujourd’hui son temps, avec son épouse, à lever des fonds pour des organismes charitables. « Ici, un dollar fait beaucoup de millage : la taxe foncière pour une propriété de 250 000$ située sur le bord de l’eau n’est que de 100$ par année. La température étant douce, nos frais de climatisation et de chauffage sont nuls. Quant aux frais médicaux, ils sont peu élevés. » Chaque hiver, 6 000 Canadiens migrent vers la région du lac Chapala, ce qui en fait la plus grande communauté canadienne à l’étranger après la Floride.

On obtient facilement un visa de touriste pour une période de six mois. Les personnes âgées de plus de 51 ans peuvent obtenir la Rentista (un visa à long terme pour les non travailleurs) à la condition de prouver qu’elles ont un revenu mensuel. Il y a des communautés d’expatriés expatriate communities bien organisées dans les endroits tels que San Miguel de Allende et Lac Chapala. Visitez aussi les sites www.mexconnect.com et www.mexico-newsletter.com.

2 / 5

Costa Rica

Bien qu’il soit le pays démocratique le plus stable de la région, le Costa Rica a la mauvaise réputation d’être un repaire de voleurs. Cela ne dérange uniquement Roger et Joanne Hancks, originaires de Montréal, qui passent leur hiver dans la ville tropicale de Quepos, à proximité du parc national Manuel Antonio. « C’est simple, nous ne gardons que très peu d’argent sur nous », de dire Roger, un ancien cadre de Bell Canada âgé de 58 ans. Sa femme, qui est âgée de 54 ans, et lui mènent une vie très active, multipliant les randonnées pédestres sur les pentes de volcans ou dans la forêt équatoriale. Ils ont loué un bungalow de deux étages qui leur coûte moins cher qu’un appartement d’une chambre à coucher à Montréal, et le souper avec vin et musique coûte moins cher qu’un repas rapide. « Quand c’est aussi peu cher, on peut vraiment se détendre et rester aussi longtemps qu’on le veut », de souligner Roger. C’est la deuxième année qu’ils vont au Costa Rica. Pour l’an prochain, ils songent à l’Argentine.

Un passeport canadien valide suffit pour entrer au Costa Rica et y séjourner pendant 90 jours. Pour obtenir de l’information, visitez le site Costa Rica.

3 / 5

Tunisie

De l’autre côté de la Méditerranée, juste en face du Portugal, la Tunisie présente bien des attraits pour les retraités migrateurs, notamment la clémence de son climat et ses nombreux terrains de golf. Ancien cadre de la publicité, Paul Bertrand, de Longueuil (QC), a pris sa retraite il y a 13 ans alors qu’il était âgé de 45 ans. Chaque année, il passe les mois de mars et d’avril dans ce pays. « Je n’ai que des bonnes choses à en dire, souligne-t-il, rien contre. C’est le grand luxe à rabais. » Il visite les diverses régions du pays, appréciant la température, la culture et les centres de villégiature tous frais compris.  « Les soins médicaux y sont excellents, ajoute-t-il, et il n’y a pas de liste d’attente », commentaire qui revient souvent aussi chez les retraités migrateurs du Panama, du Costa Rica et du Mexique. 

Les Canadiens peuvent passer trois mois en Tunisie sans avoir besoin de visa. L’Office national du tourisme tunisien  (1-514-397-1182) peut vous aider à organiser vos voyages à court et à long terme.

4 / 5

Panama

Six années d’affilée, le Panama a été classé première destination mondiale pour les retraités par le magazine américain International Living. C’est là que Mary et Bob Sloane ont déménagé en 2004 après avoir vendu leur maison de Vancouver et acheté des parts dans un centre de villégiature avec terrain de golf situé sur la côte ouest, à 115 kilomètres de la ville de Panama. « La vie ici coûte le dixième de ce qu’elle coûte au Canada », de dire Mary, qui est âgée de 60 ans. « De plus, nous voulions vivre dans un endroit où nous pourrions apprendre une nouvelle langue et une nouvelle culture, histoire de garder ce bon vieux cerveau actif. » Tout comme au Mexique, il y a, au Panama, des communautés d’expatriés très actives qui peuvent aider les nouveaux arrivants à dénouer les ficelles légales et culturelles du pays.

Les Canadiens qui veulent passer 90 jours ou moins au Panama doivent être détenteurs d’une carte de touriste valide. Communiquez avec la Canada-Panama Chamber of Commerce (1-866-978-5249). Vous pouvez aussi joindre la communauté d’expatriés.

5 / 5

Cuba

Cuba a déployé beaucoup d’énergie au cours des dernières années pour attirer les retraités migrateurs. Chaque année, près de 600 000 Canadiens s’y rendent, constituant le groupe de visiteurs le plus important. Contrairement à d’autres pays, Cuba offre l’avantage d’être très sécuritaire.

Selon le Bureau de tourisme de Cuba, le visa de touriste accordé aux Canadiens est valide pour 90 jours, avec possibilité de renouveler pour une autre période de 90 jours. Pour les séjours de longue durée, vous pouvez louer un condo sur le bord de l’eau dans les centres de villégiature de Varadero et de Tarara. Si vous préférez un environnement plus urbain, des studios sont également disponibles dans la prestigieuse banlieue de Miramar.
Pour en savoir plus ou pour obtenir de l’aide pour organiser votre voyage, communiquez avec le Bureau de tourisme de Cuba (1-866-404-CUBA (2822).