Share on Facebook

Pâques: 5 escapades écologiques

N’y a-t-il pas meilleure manière de célébrer la beauté du printemps que de prendre soin de la nature tout en appréciant sa faune et sa flore ?

1 / 5

1. Nature

«Pâques est la saison du renouveau de la nature», rappelle le biologiste Patrick Walshe, qui organise des excursions pascales au cours desquelles les visiteurs participent à des représentations théâtrales mettant l’accent sur le passage entre l’hiver et le printemps. Vous pourrez observer les oiseaux sauvages et les poules pondre leurs œufs, et admirer la célérité avec laquelle les fleurs s’ouvrent et déploient leurs pétales colorés. Patrick Walshe organise des jeux en pleine nature, des randonnées dans la forêt pluviale et des excursions destinées à l’observation de la faune sur l’île de Vancouver (C.-B.) Visitez le site de Coastal Revelations ou faites une recherche sur Google «excursions dans la nature au Canada» pour connaître d’autres activités.

2 / 5

2. Aventures en plein air

Les provinces maritimes jouissent de paysages fabuleux. Situé dans la province de Terre-Neuve et Labrador, le parc national du Gros-Morne a d’ailleurs été désigné patrimoine mondial par l’UNESCO. On peut y voir des fjords sculptés par les glaciers, y observer la faune sauvage et y découvrir des sites historiques. On peut explorer l’endroit par ses propres moyens ou s’inscrire à une excursion organisée, par exemple l’une de celles qu’offre Long Range Adventures. «Cet été, nous ouvrons une auberge écologique qui ne fonctionnera qu’à l’énergie éolienne et solaire», explique Daine Hewlin, fondateur de Long Range.

3 / 5

3. Vacances écologiques participatives

Des activités telles que la sauvegarde des tortues de mer, la restauration des récifs de corail et la protection des espèces animales menacées fournissent l’occasion de se détendre tout en célébrant la vie et le renouveau. Vous pouvez aider les gardes forestiers des parcs ou les biologistes marins à régénérer des écosystèmes et à atténuer le stress que subit la planète. Si vous préférez rester dans votre propre ville, allez voir du côté du zoo municipal, des refuges pour animaux ou des parcs publics : l’aide de bénévoles y est toujours appréciée.

4 / 5

4. Sphères Free Spirit

Situées à Qualicum (C.-B.), ces maisonnettes suspendues n’occupent aucun espace au sol et exercent donc peu d’impact sur la petite vie qui s’y déroule. Les érables et les cèdres en constituent les fondations. Construites en bois et de forme ronde, elles donnent l’impression à l’occupant de dormir dans un œuf de Pâques ! On peut y pratiquer la méditation, la photographie et l’observation de la faune, ou simplement s’y détendre et reprendre contact avec soi-même. Pour réserver, rendez-vous sur le site Free Spirit Spheres.

(Crédits photo : gracieuseté de Island Vittle, creative commons)

5 / 5

5. Dans votre propre cour

La manière la plus verte et la moins chère de fêter Pâques tout en s’évadant, c’est d’explorer les autres cultures tout en restant à la maison. Ainsi, vous pourrez découvrir les coutumes des autres pays à l’aide d’un livre comme An Easter Celebration : Traditions and Customs From Around the World, de Pamela Kennedy et les reproduire à la maison. Faites cuire et goûtez le simnel, gâteau anglais traditionnel, ou le kulich russe. Découvrez l’origine de l’habitude suédoise de fixer des objets circulaires dans le dos de victimes sans méfiance (les filles font cela aux garçons le dimanche de Pâques pour se venger des mauvais tours que ces derniers leur ont joués le Vendredi saint.) Il y a guère plus enrichissant que de joindre à ses traditions familiales celles des autres cultures et ce, sans accroître son empreinte carbone.