Share on Facebook

Mexique: 3 nouvelles destinations à découvrir

Partez à la découverte du Mexique! Le pays est plus sûr que jamais, et en raison de la crise économique, on peut y faire de belles économies. Mais si les villes hypertouristiques et les hôtels de luxe ne vous attirent pas, visitez les régions qui évoquent le Mexique d’antan: celui des vastes étendues et des cultures invitantes, qui ont inspiré tant de films et de chansons …

1 / 4

Ce Mexique continue d’exister; mais on ne le trouve pas au bar de la piscine d’un hôtel tout inclus. Si vous recherchez un lieu de villégiature hivernale isolé, dans la nature, un petit village de montagne ou une ville calme en bord de mer, le Mexique pourrait bien être votre destination.

2 / 4

1. Baja California

Si vous aimez Cabo San Lucas, la beauté du mariage du désert et de la mer, ses eaux claires et ses délicieux fruits de mer, parcourez la Basse-Californie en voiture et explorez les alentours de La Paz, Loreto, Mulege et Santa Rosalia. La Basse-Californie a des parcs marins nationaux en mer de Cortez, des cultures anciennes et des villages tranquilles.

 

Pourquoi maintenant? Le Mexique a investi dans ses parcs et ses infrastructures. Ces routes connues sont en très bon état, les parcs marins et lieux historiques présentent tous une excellente information, mais la région est encore peu connue.

À ne pas manquer : la visite d’au moins une mission espagnole. Quelque 28 missions catholiques ont été établies, entre 1683 et 1834, dans la péninsule de Baja California. Le but de l’Espagne était de contrôler ce territoire, mais la dureté du climat de la région a gagné et la plupart des missions ont été abandonnées. Fondée en 1699, la Missión San Francisco Javier de Viggé-Biaundó fut l’une des premières; isolée en périphérie de Loreto, elle nous fait connaître la vie dans la Basse-Californie d’autrefois.

 

À essayer : la plongée en apnée avec les requins-baleines près de La Paz. Voir un énorme requin (qui, en dépit de ses taches blanches, ressemble à un requin) se diriger droit sur vous est, disons, une expérience mémorable. Toutefois, le seul risque est d’être frappé par la lourde queue de ce géant amical. Ces requins ne se déplacent qu’à 5 km/heure, mais leur lourde queue décrit un grand arc. Le meilleur moment pour les observer est très tôt le matin, entre décembre et avril. Demandez les prix aux pangas de la plage (en général, de 20 $ à 40 $ par personne, selon la taille du groupe). Recherchez les commerçants qui mettent en pratique des mesures écologiques dans le cadre des excursions aux baleines et aux requins.

 

Gardez l’œil ouvert pour les perles noires. De 1500 à 1800, le Mexique fut le principal fournisseur de perles noires dans le monde. La Grande Catherine et Marie-Antoinette portaient toutes deux des bijoux provenant de la mer de Cortez. Toutefois, une forte demande a excédé la capacité de production de la « Mer des perles ». Avec l’affaiblissement de l’offre, les légendaires perles noires de Tahiti (moins lumineuses et colorées que celles de la mer de Cortez) les ont remplacées sur le marché. Mais une nouvelle industrie durable est apparue et ces bijoux de lumière sont les plus récents souvenirs à rapporter de Basse-Californie.

 

3 / 4

2. Riviera Nayarit

Si Puerto Vallarta, avec son ambiance coloniale, la jungle toute proche et sa riche culture vous plaît, visitez les endroits moins connus aux alentours. De Sayulita, la ville de surf, à La Cruz, village de pêche traditionnel, les villages côtiers au nord de Puerto Vallarta présentent tous une atmosphère unique. Quant aux villages de montagne, ils témoignent de la période coloniale, avec une vie centrée autour de l’église, de la place et de l’hacienda locale.

 

Pourquoi maintenant? La Riveria Nayarit a lancé une vaste campagne de promotion touristique. Dans quelques années, ces plages vierges et ces villes cachées se retrouveront dans toutes les brochures de tourisme.

 

À ne pas manquer : San Sebastian del Oeste. La vieille ville coloniale à environ 65 km de Puerto Vallarta n’a de route asphaltée que depuis récemment. Cela signifie que la petite ville est ancrée fermement dans une autre époque : l’ère de l’argent. Des filons d’argent ont été découverts par les Conquistadors en 1605. Jusqu’en 1785, avec 30 mines en activité et une douzaine d’haciendas, San Sebastian était l’un des principaux centres d’exploitation minière pour l’argent et l’or de Nouvelle-Espagne. Aujourd’hui, San Sebastian conserve l’atmosphère de cette gloire passée. Et quand vous descendez les rues vieilles de 250 ans, vous vous sentez comme si vous étiez les premiers à découvrir les sentiers secrets, les ponts en pierre, les passages voûtés et les haciendas en ruine.

 

À goûter : le raicilla. On dit que c’est le plus ancien alcool connu de l’homme. On fait fermenter de façon artisanale l’agave local pour obtenir le raicilla, une boisson semblable au tequila. Quoique longtemps reconnu comme un alcool puissant de contrebande, on redécouvre le raicilla en tant que boisson fine, avec un goût subtil et doux, des arômes de fumée, à déguster à petites gorgées. Vous pouvez en goûter dans les magasins locaux, mais faites plutôt une excursion dans les terres pour visiter une distillerie.

 

Gardez l’œil ouvert pour la Lucha Libre et la Charreada. Si vous croyez que la culture mexicaine n’est que danse folklorique et musique de mariachis, voyez comment les gens du pays passent le temps. La Lucha Libre est annoncée comme la lutte mexicaine, mais les lutteurs, en vérité, incarnent des héros de bande dessinée. Il est difficile même d’appeler lutteurs les luchadores tant les coups, les sauts, les tours et retournements sont chorégraphiés. La Charreada est le rodéo mexicain avec ses charros en tenue traditionnelle et une fanfare pour accompagner l’action. On tient les deux sports dans de petites arènes municipales ou des champs.

 

4 / 4

3. Péninsule du Yucatan

Si vous aimez les plages de sable blanc de Cancun, la plongée en apnée dans les Caraïbes et l’histoire ancienne, mais voulez éviter la foule et la noce, allez vers le sud ou l’ouest de la péninsule. En vous installant dans de plus petites villes de la région avec leurs auberges locales, leurs tours organisés et leurs événements régionaux, vous soutiendrez le tourisme culturel.

 

Pourquoi maintenant? Cette région a été touchée par les ouragans Wilma en 2005 et Dean en 2007, mais a, depuis, retrouvé sa vigueur. Quand cela se saura, les affaires vont reprendre comme avant et cette jolie région sera plus populaire que jamais.

À ne pas manquer : les ruines mayas et toltèques, ainsi que les cultures Itzan. Bien que Tulum, Chichén Itzá et Coba soient les villes anciennes les plus connues, il ne manque pas d’autres sites à voir. Biosfera Sian Ka’an a des temples mayas (avec des singes hurleurs, des ocelots et des tapirs) tandis que Dzibanche, à demi sauvage, et les ruines de Kohulnich sont assez grandes et à explorer par vous-mêmes.

 

À essayer : la plongée en apnée dans une cenote. Pour une bonne initiation au réseau de grottes souterraines, passez chez Mondes Cachés ou à Cenote Dos Ojos pour une excursion guidée en apnée dans leurs grottes protégées. Si vous voulez éviter l’excursion, avoir votre propre équipement et connaissez déjà la plongée en apnée en grotte, vous trouverez plusieurs autres cenotes de calcaire partout dans la région. Cherchez des endroits comme Cenote Gran ou Cenote Cristalino.

 

Gardez l’œil ouvert pour les fêtes régionales. Qu’il s’agisse de fêtes nationales, de festivals religieux ou de fêtes locales, il y a presque toujours des festivités quelque part au Mexique. Vérifiez le calendrier avant votre visite pour voir si votre séjour concorde avec une célébration importante : le Jour de l’indépendance (le 16 septembre), le Jour des Morts (le 2 novembre), le carnaval (fin février ou début mars), la Semana Santa (semaine sainte), ou les événements régionaux, incluant le Festival de Riviera Maya Jazz (en novembre) et le Festival de Trova (en mars).