Share on Facebook

Une cote qui rapporte

Le prix que vous payez pour une maison, une voiture, des vêtements, et même votre épicerie, dépend de trois chiffres dont vous ignorez probablement l’existence. Voici tout ce que vous devriez savoir sur votre pointage de crédit.

1 / 3

Vous connaissez votre numéro d’assurance sociale, vos NIP, vos mots de passe, mais qu’en est-il de votre cote de crédit ? Ses trois chiffres peuvent pourtant vous faire perdre ou gagner des milliers de dollars, car c’est là-dessus que les banques se fondent pour décider si elles vous feront crédit et à quel prix. Le calcul de cette cote peut paraître obscur, mais si vous comprenez le raisonnement à la base, vous pourrez l’exploiter à votre profit.

Q. Qu’est-ce qu’une cote de crédit?

R. Une mesure de votre solvabilité, c’est-à-dire de la probabilité que vous payiez vos dettes sans retard.
«Les prêteurs potentiels utilisent ce nombre pour savoir rapidement s’ils veulent faire affaire avec vous ou non», explique Margaret Johnson, conseillère en crédit de Vancouver.

C’est une société américaine, la FICO (Fair Isaac Corporation), qui a eu l’idée de réduire à trois chiffres l’information sur les habitudes d’emprunt et de remboursement rassemblée dans les dossiers de crédit des particuliers. Ce nombre est une mesure du risque que vous représentez comme emprunteur. Au Canada, l’échelle va de 300 à 900. Plus votre cote est haute, meilleures sont vos chances d’obtenir du crédit aux taux d’intérêt les plus bas.

 

«Votre cote reflète votre réputation financière, dit Tom Reid, directeur des services au consommateur chez TransUnion, l’une des deux grandes agences de notation du Canada. Dans notre société de consommation à crédit, une bonne cote est un actif des plus précieux.»

 

En principe, elle l’est quand elle dépasse 750, mais Sylviane Desparois, de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, rappelle que «chaque prêteur a ses politiques et sa tolérance au risque si bien qu’il n’y a pas de seuil universel appliqué partout».

 

Les grandes agences canadiennes calculent votre cote à partir des données récoltées par leurs réseaux d’intermédiaires financiers (banques, sociétés de prêt, détaillants…). Chaque réseau étant différent, vous avez en fait une cote par agence. Vous avez droit à une copie du dossier de crédit qu’elles tiennent sur vous. Réclamez en une à chaque agence au moins une fois l’an.

 

Emprunt hypothécaire (Tableau)

Un ménage fait un premier versement de 58150$ sur une maison de 225000$ – soit un peu plus de 25% – et contracte un emprunt hypothécaire de 166850$. Voici ce qu’il lui en coûtera en fonction de sa cote de crédit:

 

 

CoteTauxmensualitéCoût total
760 +4,981%893,75$326 900$
700-7595,203%916,50$335 090$
680-6995,380%934,83$341 689$
660-6795,594%957,22$349 749$
640-6596,024%1002,93$366 205$
620-6396,570%1062,30$387 578$

 

Moins de 620: il aura du mal à obtenir un prêt.

(Chiffres fournis à titre d’exemple seulement, chaque prêteur appliquant ses propres taux.)

Economie de plus de 60 000$

2 / 3

Q. Comment calcule-t-on une cote de crédit ?

R. Votre cote témoigne de la façon dont vous gérez vos dettes. Vos manquements l’affectent pendant sept ans. Une deuxième faillite la dégrade pendant 14 ans, précise Laurie Campbell, directrice générale de Credit Canada, un service-conseil torontois. La formule ne tient pas compte des périodes de chômage ou d’inactivité, de l’utilisation des cartes de débit, des chèques sans provision, du non-paiement du loyer (tant qu’il n’y a pas de procès). Voici, en ordre décroissant d’importance, les données qu’emploient les agences de notation pour faire le calcul:

Antécédents de crédit (35%)

L’astuce. Les agences tiennent compte non seulement de votre plus récent arriéré, mais aussi de la fréquence et de la durée des retards.

 

La parade. Payez vos comptes par virement automatique. Un seul paiement en retard ou omis, et votre cote peut dégringoler de 100 points. La façon la plus sûre de la redresser rapidement, c’est de régler toutes vos factures à temps.

Endettement (30%)

L’astuce. Plus il paraît lourd, plus il dégrade la cote.

 

La parade.  «Utilisez régulièrement vos cartes, mais faites en sorte que le solde ne dépasse pas 35% du plafond autorisé, conseille Sylviane Desparois. Si vous êtes très endetté, les prêteurs peuvent conclure que vous vivez au-dessus de vos moyens.» Les titulaires des meilleures cotes utilisent à peu près 10% de leur marge.

Ancienneté du compte (15%)

L’astuce. La durée de la relation avec un prêteur influe sur la notation. La décote pour retard de paiement sera plus forte si la carte a été délivrée il y a un an que si son émission date de deux décennies.

 

La parade. N’ajoutez aucune carte à votre collection, sauf nécessité absolue, et utilisez celles que vous avez depuis longtemps (en réglant chaque solde rubis sur l’ongle). Une carte inutilisée est une carte perdue. «Pour prouver que vous l’employez toujours, suggère Laurie Campbell, faites faire un paiement automatique mensuel sur ce compte (une facture d’électricité, par exemple). Vous démontrerez à la fois qu’elle sert et que vous planifiez vos paiements.»

«Ne prenez pas de crédit dont vous n’avez pas besoin, ajoute Margaret Johnson. Chaque demande vous fait perdre des points.»

Nombre de demandes (10%)

L’astuce. Multiplier les demandes de crédit affaiblit votre position; on peut y voir un signe de détresse financière. Les agences tiennent compte non seulement des comptes récemment ouverts, mais aussi des vérifications (il y en a deux types) de la cote et du dossier.

 

La parade. Les vérifications liées à l’octroi d’un crédit peuvent affecter votre cote. La meilleure défense, dit Laurie Campbell, consiste à concentrer vos demandes (emprunt hypothécaire et crédit automobile, par exemple) sur 14 jours afin qu’elles soient traitées en bloc. (Le truc ne marche pas pour les cartes de crédit, avertit la FICO.) Les autres vérifications ne sont pas prises en compte: c’est le cas de vos propres demandes de consultation. Banquiers et assureurs révisent périodiquement les dossiers de crédit de leurs clients. S’ils constatent une dégradation, ils peuvent relever le taux d’intérêt ou abaisser la limite de crédit. (A partir de septembre 2010, les émetteurs de cartes de crédit devront informer leurs clients des hausses de leurs taux d’intérêt.)

Nature des crédits (10%)

L’astuce. Les agences tiennent compte non seulement du nombre de comptes, mais aussi de leur «qualité». Ainsi, la carte de crédit d’une grande banque a plus de valeur que celle d’un grand magasin.

 

La parade. «Vous devez avoir un dossier solide et ancien auprès de plusieurs types de prêteurs», dit Laurie Campbell. Les crédits renouvelables (c’est-à-dire les cartes) pèsent plus lourd dans la balance que les prêts remboursables par versements (emprunt hypothécaire, prêt étudiant) parce qu’ils sont un indicateur plus fiable de votre gestion financière.

 

«En principe, vous marquez des points si vous payez vos emprunts ponctuellement, souligne Sylviane Desparois. Et plus encore si vous les payez dans les plus brefs délais.»
Les consolidations et transferts d’un compte à l’autre n’ont aucun effet puisque le montant dû ne change pas.

 

Vous courez un risque si votre «panier» de crédit paraît déséquilibré (par exemple, s’il comprend beaucoup plus de cartes de crédit que d’emprunts à long terme). Le Canadien moyen peut très bien se débrouiller avec une seule carte de crédit tout usage.

 

Crédit automobile (Tableau)

Un automobiliste fait un premier versement de 3000$ sur une voiture de 25 605$ et demande un crédit de 60 mois pour payer le solde. Voici ce qu’il lui en coûtera vraiment:

 

 

 
 

 

CoteTauxmensualitécoût total
720+6,42%441,45$29487$
690-7197,88%457,05$30423$
660-6899,86%478,73$31724$
620-65912,79%511,91$ 33715$
590-61917,64%569,60$37176$
500-58918,43%579,32$37759$

Moins de 500: il aura du mal à obtenir un prêt.

(Chiffres fournis à titre d’exemple seulement, chaque prêteur appliquant ses propres taux.)
Economie jusqu’à 8200$

 

3 / 3

Q. Puis-je améliorer ma cote ?

R. Si vous êtes en difficulté, l’essentiel, c’est de changer rapidement de cap, affirme Tom Reid de TransUnion. «Plus vous attendez, plus vos mauvaises habitudes vont dégrader votre cote.» Les règles de prêt sont devenues plus strictes; il est donc plus difficile d’obtenir du crédit. Selon Laurie Campbell, de Credit Canada, pour se faire délivrer une carte qui nécessitait 600 points, il faut maintenant une cote de 700.  

Faites le point

Commencez par le dossier et la cote de crédit. Ce sont deux choses bien différentes. Votre dossier, que vous pouvez obtenir gratuitement, vous dira quels facteurs servent à calculer votre cote, mais il ne vous la révélera pas. Pour la connaître, vous devrez payer.

 

Si vous envoyez aux agences une demande écrite et joignez une copie de deux pièces d’identité valides, elles vous adresseront une copie de votre dossier sans frais. Si vous passez par leurs sites web, il y aura des frais, note Sylviane Desparois, mais vous aurez la réponse en quelques minutes.

 

Pour connaître votre cote de crédit, vous devez faire une demande en ligne et payer environ 23$. Pour 15$ par mois, chaque agence vous donnera libre accès à votre dossier et à votre cote; vous serez même avisé des changements éventuels. Pour plus de renseignements, communiquez avec TransUnion (www.transunion.ca/ ou 1 800 663-9980) et Equifax (www.equifax.ca ou 1 800 465-7166).

Epluchez votre dossier

Contient-il un numéro de compte qui ne vous dit rien, un nom autre que le vôtre, une adresse où vous n’avez jamais vécu, une fausse date de naissance, des arriérés qui n’ont pas lieu d’être? «On trouve des erreurs dans les dossiers, reconnaît Laurie Campbell. D’où l’importance de savoir exactement ce que contient le vôtre, surtout avant de solliciter un crédit.» Ces vérifications, ajoute-t-elle, vous permettent également de vous assurer que vous n’avez pas été victime d’un vol d’identité ou d’autres malversations.

Signalez les erreurs

Si vous relevez des inexactitudes dans votre dossier de crédit, communiquez avec l’agence d’évaluation, qui contactera à son tour l’institution financière d’où provient l’information. Si l’erreur est confirmée, l’agence dispose de 30 jours pour la corriger. Pour accélérer les rectifications, Sylviane Desparois conseille de communiquer avec la source de l’information erronée. Si c’est votre institution financière qui l’a fournie et qu’elle refuse de rectifier, renseignez-vous sur sa procédure de traitement des plaintes ou communiquez avec l’Agence de la consommation en matière financière du Canada – 1 866 461-FCAC (3222) ou www.fcac-acfc.gc.ca/.

Faites vos demandes de crédit au moment opportun

Votre «dossier de crédit» se résume en fait à une série de chiffres qui changent chaque fois qu’un créancier envoie une mise à jour. Si une banque demande à connaître votre cote la veille du jour où vous devez payer le solde d’une carte de crédit, elle obtiendra un résultat différent de celui qu’elle aurait deux ou trois jours après.

 

Si vous devez faire approuver un crédit et que votre dossier ne fait pas état de vos plus récentes opérations (le paiement d’un solde, par exemple), suggérez au prêteur de réclamer une mise à jour. Il aura ainsi une meilleure impression de vous.