Share on Facebook

Fini la pagaille

Vous avez terminé le grand ménage de votre maison, mis de côté ce qui est inutile et n’avez plus aucun plaisir à conserver tous ces objets. Le moment de vous en défaire, mais attendez avant de tout jeter à la poubelle! Plusieurs options plus écologiques s’offrent à vous.

1 / 3
Fini la pagaille

Donnez

 

Il existe dans votre environnement d’autres sortes d’organismes, comme le Village des Valeurs, qui remettent à des sociétés de charité une partie des gains qu’ils font en vendant ce que vous leur donnez. Plusieurs sociétés caritatives comme la Saint-Vincent-de-Paul ou Goodwill étoffent leur budget en vendant les articles qu’on leur donne. Il va sans dire que l’article doit être en bon état : il ne s’agit pas d’une collecte de déchets.

Dans toutes les collectivités, on trouve des organismes qui viennent chercher les choses dont vous voulez vous défaire pour les redistribuer à des personnes dans le besoin, comme à celles qui fréquentent les refuges. Communiquez avec eux : ils seront peut-être intéressés à recevoir vos dons.

Mais avant de distribuer vos biens, voyez si dans votre entourage ils ne feraient pas des heureux, qu’il s’agisse de vêtements ou d’articles qu’on vous envie peut-être depuis longtemps. Grâce au réseau des groupes Freecycle, vous annoncez ce dont vous voulez vous défaire – mais aussi ce que vous aimeriez acquérir. L’abonnement est gratuit et les marchandises, elles aussi, sont gratuites. Ce réseau international réunit plus de 4 000 groupes. Rendez-vous sur leur site, à leur page d’accueil, et cliquez sur « liste de groupes », puis sur Canada, sur votre province et sur votre ville. On vous dira comment vous abonner.

2 / 3
Vendez

 

La vie est ainsi faite :  ce qui est inutile aux uns peut servir aux autres. Regardez simplement tout ce qui s’enlève comme des petits pains chauds dans les ventes-débarras dites ventes de garage.  Mais pensez-y : vous feriez peut-être plus d’argent en offrant certains de ces articles à un regrattier ou à un antiquaire. Renseignez-vous ; demandez à droite et à gauche ce qu’on vous en offrirait.

Mieux encore : multipliez le nombre de vos éventuels acheteurs en annonçant sur l’internet. Par exemple, Craigslist regroupe un réseau de sites (450 villes à travers le monde) et offre gratuitement des petites annonces dans les publications locales.  Autre grande possibilité sur l’internet : eBay.  On y trouve des millions d’offres dans des milliers de domaines touchant près de 250 millions d’abonnés dans 38 marchés. Les frais sont insignifiants, on s’y promène en toute liberté et il est relativement facile d’y annoncer un article (eBay offre même des modèles d’annonces). « Notre enquête nous a révélé que la famille canadienne moyenne possède des biens à vendre frisant les
1 200 $, déclare Erin Sufrin, représentant de eBay Canada. Ce sont des articles dont on ne se sert plus, qu’on a remisés dans le grenier, le garage ou la cave et qui attendent d’être transformés en argent comptant. »

3 / 3
Jetez

 

Même si une grande partie de ce dont vous souhaitez vous débarrasser pourrait encore servir, il y a fort à parier que beaucoup d’articles ne sont plus bons à rien : par exemple, ce qui est brisé, endommagé ou de quelque façon impropre à la revente.

Il y a aussi sans doute des objets dont vous êtes incapable de vous défaire par vous-même ; composez alors le 1-800-GOT-JUNK (service en français disponible). Les responsables de cet organisme prennent presque tout, autant les vieux meubles que les débris de travaux de rénovation, qu’ils vous facturent au volume ; puis ils les éliminent en les recyclant ou en les portant sur des sites d’enfouissement. Si, d’aventure, ils y trouvent des articles encore utilisables, ils les remettent à des sociétés caritatives, comme l’Armée du Salut, Grands Frères Grandes Sœurs du Canada ou Habitat pour l’humanité.