Share on Facebook

Les cycles naturels

La science a découvert que le fait de prêter attention à notre rythme naturel circadien peut jouer un rôle important pour notre santé et notre bonheur.

1 / 6

L’importance de l’horloge interne

Les humains n’ont pas à s’adapter à un cycle de 24 heures : nos processus vitaux l’ont naturellement développé à cause de la rotation quotidienne de notre planète et du passage de la lumière à l’obscurité. Ce n’est que tout récemment que la science a découvert le rôle primordial de notre horloge interne, c’est-à-dire les molécules interactives de nos cellules qui sont contrôlées par une horloge biologique centrale (les cellules nerveuses) située dans le cerveau. Cette horloge affecte les processus de base comme la façon dont nous métabolisons la nourriture  ou dont nous contractons des infections.

« Les découvertes sur  le rythme circadien faites au cours des 10 ou 20 dernières années et publiées dans les journaux scientifiques sont tout simplement ahurissantes, affirme Paolo Sassone-Corsi, un éminent chercheur dans ce domaine et directeur du Centre sur l’épigénétique et le métabolisme de l’Université de Californie, à Irvine. La médecine est en train de démontrer comment nos comportements actuels peuvent accroître le risque de maladies comme certains cancers, l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires et d’autres. Voici comment régler votre horloge interne pour améliorer votre santé.

2 / 6

Le matin

Une recherché réalisée en 2013 au centre médical de l’Université Vanderbilt démontre que l’activité de l’insuline est contrôlée par l’horloge interne de l’organisme. Cela signifie que l’heure à laquelle nous mangeons pourrait être aussi importante que les aliments que nous consommons pour réduire le risque d’obésité et les maladies cardiaques. Cette étude, qui portait sur des souris, démontre que la capacité de l’insuline à éliminer le glucose du sang diminue durant la période d’inactivité ou de jeune au cours d’un cycle de 24 heures et à ce moment, elle transformerait le glucose en gras. C’est pourquoi, afin d’assurer le fonctionnement le plus efficace de l’insuline, affirme Carl Johnson, coauteur de l’étude et professeur en sciences de la biologie à Vanderbilt, nous devrions manger au cours de la période active, soit entre 6 heures et 20 heures et nous abstenir de manger quoi que ce soit ou de consommer des boissons caloriques durant la période d’inactivité, soit de 20 heures à 6 heures. Carl Johnson applique lui-même cette règle et croit que, même si l’étude portait sur des souris, les résultats auraient été les mêmes sur des humains. En fait, les recherches sur les humains sont actuellement en cours.

3 / 6

La journée

Vous avez toujours cru qu’on attrapait un rhume ou une grippe après avoir traversé des fuseaux horaires ou après avoir perturbé votre cycle de sommeil, en passant une nuit blanche par exemple. Il y a maintenant une preuve qui soutient cette croyance. Une recherche menée par Paolo Sassone-Corsi et ses collègues démontre que le maintien de l’horloge interne aide l’organisme à combattre l’infection intestinale causée par les bactéries. « Jusqu’à 15 % des gènes humains sont contrôlés par le cycle jour-nuit dont ceux qui réagissent à une infection intestinale, explique Paolo Sassone-Corsi. Sa recherche qui portait sur la salmonelle, un agent pathogène, démontre que le système immunitaire de l’organisme, dirigé par les gènes contrôlés par le rythme circadien, était plus en mesure de faire face à cet agent infectieux au cours de la journée. Non seulement cette découverte pourrait-il signifier qu’il existerait des moments précis pour traiter les infections graves, mais elle pourrait expliquer pourquoi les perturbations du cycle nuit-jour, comme après un quart de travail ou un voyage au-delà de plusieurs fuseaux horaires, accroît notre susceptibilité à contracter des maladies infectieuses, ajoute-t-il.

4 / 6

La soirée

Une recherché publiée en 2012 dans le Journal of Physiology démontre que des souris étaient capables de combattre les effets du vieillissement et de la maladie et exécutant des exercices programmés sur une roue d’exercice. Pour des raisons inconnues, les animaux ont une plus grande quantité d’une protéine spécifique qui contrôle le rythme circadien de leurs exercices après la soirée par rapport aux exercices du matin.

5 / 6

Le sommeil

Les recherches démontrent que l’horloge interne influence la façon dont nous métabolisons les médicaments. Par exemple, il vaut mieux prendre les médicaments pour la tension artérielle avant d’aller au lit plutôt que le matin, au moment où la tension s’élève rapidement et est plus à risque de provoquer une crise cardiaque. Avant de modifier votre horaire de prise de médicaments, consultez votre médecin et assurez-vous de bien suivre la posologie.

6 / 6

En conclusion

Paolo Sassone-Corsi affirme que le meilleur moyen de protéger votre horloge interne est de conserver une période régulière de sommeil : de sept à huit heures sont recommandées pour un adulte. Les bonnes habitudes de sommeil impliquent de se mettre au lit et de se réveiller à la même heure tous les jours, d’éviter les longues siestes et d’avoir un rituel qui comporte une période de détente et de décompression avant de se mettre au lit. Il est aussi préférable de prévoir les perturbations et de s’y préparer. Par exemple, comme vous savez que vous perdrez une heure de sommeil lors du passage à l’heure avancée et que vous perdrez plusieurs heures lors d’un vol d’avion vers l’est,  il y a plusieurs moyens de s’y préparer. Par exemple, quelques jours avant le passage à l’heure avancée, mettez-vous au lit une demi-heure plus tôt. Si vous prévoyez voyager vers l’est, mettez-vous au lit plus tôt. Si vous allez vers l’ouest, retardez l’heure du sommeil. Durant le voyage, dormez dans l’avion si vous devez arriver à destination de nuit. « Moins vous perturbez votre rythme circadien, mieux ce sera, ajoute Paolo Sassone-Corsi. »

À mesure que les chercheurs en apprennent à propos du cycle circadien, il y a plus d’espoir d’améliorer les futurs traitements des troubles provoqués par une perturbation de l’horloge interne dont les troubles causés par le décalage horaire et les quarts de travail  de même que les maladies chroniques comme la dépression et le Parkinson. Récemment, des chercheurs des universités McGill et Concordia ont découvert comment la synthèse des protéines est contrôlée par l’horloge biologique. « Nous avons identifié une protéine répresseur dans cette horloge et nous avons découvert qu’en retirant cette protéine, on améliorait de façon surprenante le fonctionnement de l’horloge biologique, explique Nahum Sonenberg, professeur au département de biochimie à McGill. Cette découverte pourrait mener à l’élaboration d’un traitement contre le décalage horaire et même faire avancer le traitement de maladies plus graves. »