Share on Facebook

Alcool et santé: ce que vous devez savoir

Les études contradictoires abondent au sujet de l’alcool et la santé pour tenter de déterminer si l’alcool est, oui ou non, bon pour vous. Voici des conclusions intéressantes à en tirer.

1 / 8
Alcool et santé font-ils bon ménage?Graphic.mooi/Shutterstock

L’alcool: bon ou mauvais?

Études, d’études et d’autres encore examinent des aspects très spécifiques de chaque problème de santé, et les contradictions qui, souvent, en résultent peuvent être frustrantes. La consommation d’alcool est l’une de ces questions. Près de 80 % des Canadiens de plus de 15 ans en boivent régulièrement, il paraît donc crucial de savoir où est la vérité. Nous avons analysé les études et trouvé qu’il y a bien deux facettes à chaque histoire. Mais ne vous inquiétez pas, nous avons retenu quelques conclusions pour vous.

2 / 8
L'alcool peut vous stresser.Elnur/Shutterstock

L’alcool et le stress

Il vous stresse
Alors qu’une étude de 2011 publiée dans Alcoholism: Clinical & Experimental Research affirmait que deux verres avant une tâche stressante diminuent la libération de cortisol, une hormone naturelle. L’alcool prolonge également les sentiments de tension et ralentit la récupération. Quant au sommeil, même un seul verre nuit au sommeil réparateur, dit une autre étude de 2011 publiée dans la même revue.

Il vous détend
Une relation sociale est favorisée par la consommation d’alcool. Une nouvelle étude publiée dans la revue Psychological Science a mis un groupe de 720 personnes ne se connaissant pas en situation potentiellement embarrassante. Ceux qui ont bu ont démontré des émotions et une relation sociale stimulées, en d’autres termes, ils ont eu plus de plaisir et se sont faits des amis.

3 / 8
Alcool et santé: le vin rouge peut aider à lutter contre certaines maladies.stockfour/Shutterstock

L’alcool et le risque de cancer

Il augmente votre risque de cancer
En 2009, une étude sur plus d’un million de femmes du Royaume-Uni a révélé que, même à dose faible ou modérée, la consommation d’alcool augmente le risque de cancer. (Les lignes directrices de Santé Canada pour faible risque permettent jusqu’à 10 verres par semaine pour une femme et pas plus de deux verres par jour). L’étude, publiée dans le Journal of the National Cancer Institute, a démontré que l’alcool peut représenter la cause de près de 13 % des cancers du sein, du foie, du rectum et du système digestif. La raison? Des scientifiques de l’Université du Minnesota ont trouvé que la décomposition de l’alcool forme de l’acétaldéhyde, qui endommage l’ADN et déclenche des anomalies chromosomiques pouvant conduire à la formation de cellules cancéreuses.

Il diminue votre risque de cancer
Le vin rouge contient du resvératrol, reconnu depuis longtemps pour réduire l’inflammation, le cholestérol, les maladies cardiaques et, oui, même certaines formes de cancer. En 2012, une étude de l’hôpital Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles, publié dans le Journal de la santé des femmes, a révélé que cette substance chimique, qui se trouve dans la peau et les graines de raisins rouges, augmente la testostérone légèrement chez les femmes préménopausées et diminue le niveau d’oestrogène et le risque de développer un cancer du sein.

4 / 8
Alcool et santé: il nuit au cerveau. Monkey Business Images/Shutterstock

L’alcool et votre cerveau

Il nuit à votre cerveau
Plus vous consommez d’alcool, plus votre cerveau devient petit. La diminution du volume du cerveau, un signe naturel du vieillissement, est estimée à 2 % par décennie, selon Carol Ann Paul de la Boston University School of Public Health et auteur principal d’une étude publiée en 2008 dans les Archives of Neurology sur l’association de la consommation l’alcool et le volume du cerveau. Paul cherchait à savoir si l’alcool peut protéger contre le rétrécissement du cerveau, mais a trouvé que le contraire est vrai. Même en consommation modérée, il a entraîné une diminution du volume du cerveau et est associé à un déclin cognitif et à la démence.

Il aide votre cerveau
Les effets bénéfiques de l’alcool sur le cerveau sont un phénomène relativement nouveau, mais la recherche va bon train. Contrairement à l’adage qui veut que la bière tue les cellules du cerveau, de nouvelles recherches ont montré que la consommation modérée d’alcool amène de meilleures compétences cognitives et d’apprentissage et aide la mémoire encore plus. Qui plus est, en 2001, une revue de plus de 140 études a montré que boire un verre par jour pour les femmes (ou les deux pour les hommes) réduit leur risque de développer la maladie d’Alzheimer de 23 %.

5 / 8
Alcool et santé: la bière peut favoriser la santé osseuse.Master1305/Shutterstock

L’alcool et les os

Il est mauvais pour vos os
La consommation excessive d’alcool, en particulier chez les jeunes femmes, est liée au développement de l’ostéoporose, selon l’Institut national américain sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme. En outre, les gros buveurs sont plus sujets à la perte osseuse et aux fractures, en raison d’un risque accru de subir des chutes en état d’ivresse.

Il aide vos os
Parce que la bière contient du silicium, elle est depuis longtemps liée à la santé des os. Et des études plus récentes, comme celle de l’Oregon State University publiée dans la revue Menopause en 2012, ont révélé que des quantités modérées d’alcool favorisent la santé osseuse des femmes et réduit leur risque d’ostéoporose. Les femmes ménopausées qui ont bu un ou deux verres par jour, plusieurs fois par semaine, ont trouvé un taux beaucoup plus faible de renouvellement des cellules osseuses, le remplacement des vieux os par de l’os nouveau qui augmente le risque d’ostéoporose.

6 / 8
Alcool et santé: il peut faire varier la prise ou la perte de poids.MRProduction/Shutterstock

L’alcool et votre poids

Il vous fait engraisser
Une étude de 1995 de l’American Journal of Clinical Nutrition a démontré que boire de l’alcool pendant un repas augmente l’abus des aliments gras. Et puis, dit Mavis Jones d’ECHO: amélioration de la santé des femmes en Ontario (une agence de gouvernement de l’Ontario), «L’alcool ralentit le métabolisme, il est donc plus difficile de maintenir un poids santé

Il vous aide à rester mince
Une étude de 2010 de l’Hôpital Brigham and Women à Boston a suivi plus de 19 000 femmes pendant 13 ans. Les chercheurs ont trouvé une relation inverse entre la prise de poids et la consommation d’alcool, malgré le surplus de calories puisé dans l’alcool. Autrement dit, les femmes qui ne buvaient pas ont gagné plus de poids que celles qui ont bu un peu.

7 / 8
Alcool et santé: vers une diminution de l’espérance de vie? George Rudy/Shutterstock

L’espérance de vie et l’alcool

Il tue
Une étude de 2010 publiée dans la revue médicale The Lancet classe l’alcool devant l’héroïne et le crack comme drogue la plus nocive pour l’humanité. Ce n’est pas une surprise pour Norman Giesbrecht, chercheur principal au Toronto’s Centre for Addiction and Mental Health: «Si vous prenez en compte les effets de l’alcool, de la maladie aux accidents de voiture, vous concluez à une charge beaucoup plus lourde pour la société que les drogues illégales.»

Il vous aide à vivre plus longtemps
Des chercheurs de l’University of Texas ont constaté que les buveurs modérés vivent plus longtemps que les abstinents. L’étude, publiée en 2010, a examiné près de 2 000 personnes de 55 ans à 65 ans. Après deux décennies, 69 % des abstinents étaient morts, contre 60 % des buveurs excessifs et seulement 41 % des buveurs modérés. L’explication? «Il se pourrait que les personnes qui boivent modérément [un ou deux verres par jour] fassent de la modération une habitude dans de nombreuses autres activités», explique Giesbrecht.

En outre, une étude de 2011, de Harvard a constaté que les femmes d’âge moyen qui boivent modérément sont plus susceptibles que les abstinentes à rester en bonne santé à mesure qu’elles vieillissent et moins susceptibles d’être atteintes de maladie cardiaque, de diabète de type 2 et da démence.

8 / 8
Alcool et santé: quelles conclusions faut-il tirer?Alexey Lysenko/Shutterstock

La conclusion:

«Vous gagnez plus à boire un verre par jour, explique Gerald Thomas, directeur de la recherche et analyste Canadian Centre on Substance Abuse, mais il y a de meilleures façons encore, comme l’alimentation et l’exercice physique, pour obtenir ces avantages.» Alors, comment trouver un équilibre? «Examinez vos habitudes de vie, votre génétique et votre masse corporelle», explique Thomas. Quelqu’un avec des antécédents familiaux de cancer, par exemple, devrait probablement boire moins, une femme d’âge mûr qui cherche à réduire son risque de maladie cardiaque peut déguster son verre de merlot tous les soirs. Soyez conscient des risques et avantages d’une consommation modérée d’alcool avec une saine alimentation et de l’exercice régulier, de sorte que vous pourrez lever votre verre à votre santé.

 

Sur le même sujet:
Test: Consommez-vous trop d’alcool?
Les bienfaits de la bière
Alcoolisme: comment savoir si vous buvez trop d’alcool?