Share on Facebook

Des aliments pour combattre le TDAH

L’alimentation peut jouer un rôle important dans l’apparition ou l’intensité des symptômes du TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité). Voici quelques aliments clés qui contribueront à soulager ces symptômes.

1 / 4

Un bon truc:

pour sevrer les enfants de leur envie de céréales sucrées, mélangez-les avec une céréale riche en fibres. Ils s’habitueront au goût et vous pourrez alors diminuer  la quantité de céréales sucrées jusqu’à les supprimer entièrement.

2 / 4

Protéines et glucides complexes

C’est probablement le changement le plus important à apporter à l’alimentation de votre enfant. En remplaçant les aliments riches en farine et en sucre raffinés par des aliments riches en glucides complexes, en fibres et en protéines, on réussit habituellement à stabiliser la glycémie, ce qui pourrait résulter en une suppressions de certains symptômes du TDAH. Bien que le sucre sanguin constitue la principale source d’énergie du cerveau, une surabondance peut perturber les fonctions cérébrales.

 

Voici ce qui se passe. Le sucre et les autres glucides raffinés (les «aliments blancs» comme le riz et les pommes de terre, de même que les boissons gazeuses et les jus qui se dégradent rapidement en sucres) sont digérés très rapidement dans l’organisme, ce qui fait grimper la glycémie. Afin d’éliminer ce trop plein de sucre dans le sang, l’organisme compense en libérant de grandes quantités d’insuline, ce qui fait baisser brusquement la glycémie. Or, lorsque les taux sanguins de sucre sont trop bas, le cerveau se rebelle en quelque sorte : fatigue, irritabilité, difficulté à se concentrer en résultent. Voilà qui ressemble étrangement aux symptômes du TDAH, n’est-ce pas? En revanche, les aliments riches en fibres et en protéines ralentissent la digestion, contribuant à atténuer les fluctuations aberrantes de la glycémie. Alimenté par une source d’énergie plus régulière, le cerveau fonctionne mieux, ce qui pourrait avoir pour effet d’améliorer le comportement.  

 

Il est particulièrement important que votre enfant prennent un  bon déjeuner. Les résultats d’une étude menée à l’université Tufts indiquent que les enfants qui consommaient au déjeuner des flocons d’avoine, une céréale riche en glucides complexes, qui fournissent une énergie soutenue, de même qu’en protéines, obtenaient, une heure plus tard, de meilleurs résultats aux tests de mémoire que ceux qui prenaient des céréales sucrées ou ne déjeunaient pas.

Votre objectif: la moitié de l’assiette de votre enfant devrait être composée de légumes colorés, un quart de protéines maigres, par exemple du poulet, et un quart d’un grain entier, par exemple de l’orge, du riz brun ou du riz sauvage. (Les flocons d’avoine et le pain de blé entier sont également des grains entiers.)

3 / 4

Boeuf maigre, haricots et lentilles

Le fer joue un rôle important dans la régulation de la dopamine; lorsque les taux sanguins de ce métal sont faibles, on enregistre une baisse de l’attention, de la capacité de concentration et de l’activité mentale. Ayant observé des enfants qui souffraient de TDAH et d’autres qui n’en souffraient pas, des chercheurs français ont d’ailleurs découvert que les taux de fer étaient nettement plus faibles chez les premiers que chez les seconds. Cependant, bien que les résultats de quelques études de faible envergure aient montré que les suppléments pouvaient contribuer à soulager l’hyperactivité et à améliorer le comportement et les résultats aux tests de cognition, la plupart des experts recommandent de prendre son fer sous forme alimentaire, les suppléments pouvant provoquer de la constipation, ce qui perturbe la digestion et empêche l’absorption de nutriments importants. En outre, il est dangereux de prendre trop de fer.

Votre objectif: environ 10 milligrammes de fer par jour.

4 / 4

Saumon et graines de lin

Les résultats d’études indiquent que chez un certain nombre de personnes souffrant de TDAH, les taux sanguins d’acides gras essentiels sont sensiblement plus bas que chez les autres. Dans d’autres études, on a observé que les enfants dont les taux sanguins d’omégas-3 étaient faibles avaient plus de difficultés d’apprentissage et de troubles du comportement que ceux dont les taux étaient élevés.

Si vous pouvez convaincre votre enfant de manger du poisson, tant mieux. Cependant, il ne faut pas en abuser dans la mesure où le poisson contient du mercure et d’autres substances toxiques.  Bien que la plupart des experts s’entendent pour dire que les bienfaits surpassent les risques, les enfants et les femmes enceintes devraient s’en tenir au thon pâle en boîte plutôt qu’au thon blanc en boîte ou aux darnes de thon, par exemple.
Vous aurez peut-être plus de succès si vous offrez à votre enfant des graines de tournesol, de citrouille ou de lin, de même que des beurres de noix du Brésil, de cajou, de graines de tournesol ou de graines de sésame (tahini). L’organisme convertit les gras de ces aliments en ces gras utiles que l’on retrouve dans le poisson; toutefois, il ne le fait pas avec beaucoup d’efficacité, si bien qu’il vaut mieux consommer du poisson.

Votre objectif: deux portions de 90 grammes de poisson gras par semaine.