Ces amis qui vous font du bien!

Avoir des amis est bon pour le moral, mais s’entourer de personnes qui contribuent à notre bien-être est tout aussi bénéfique.

Ces amis qui vous font du bien!

J’ai reçu récemment un étrange courriel envoyé par Jennifer, une connaissance de la chorale de Guelph, en Ontario, dont je fais partie. Voici ce qu’il disait: «J’ai réalisé que je tenais à être entourée de personnes qui me rendaient heureuse. J’ai dressé mentalement la liste de mes connaissances et repéré celles avec qui je me sentais le mieux. Tu en fais partie».

Jennifer m’invitait, avec onze autres femmes, à des «soirées cinéma» qui se tiendraient chez elle, toutes les six semaines. Elle proposait de discuter, de manger et d’écouter des films divertissants. Elle indiquait très clairement que j’étais tout à fait libre de participer ou non à ces soirées. J’ai trouvé l’idée géniale et lui ai répondu immédiatement que j’étais partante.

Plus tard, Jennifer a admis que son invitation avait suscité des réactions d’étonnement. Alors que toutes les femmes étaient très excitées à l’idée de participer, certaines lui ont confié qu’elles ne se considéraient pas comme des personnes optimistes. «Je leur ai répondu que je ne m’attendais pas à ce qu’elles soient continuellement de bonne humeur. Je les avais invitées parce que leur présence me faisait du bien», ajoute Jennifer.

Les recherches indiquent que «les rassemblements de gens heureux», comme celui de Jennifer portent leurs fruits. Aux États-Unis, des chercheurs ont mesuré le bonheur de 4 739 personnes à intervalles réguliers pendant plus de 20 ans. L’étude a permis de démontrer que le bonheur d’une personne dépend de l’état de bonheur de son entourage. Étonnement, cette étude indique également que le bonheur est contagieux et se propage non seulement parmi nos amis proches mais concerne également les amis des amis de nos amis. De plus, ces sentiments positifs semblent être davantage partagés entre les amis de même sexe.

«Les gens qui ont des amis qui les soutiennent sont moins à risque de sombrer dans la dépression et de développer de l’anxiété», explique Toupey Luft, psychologue à Penticton, en Colombie’Britannique. «Nous ne pouvons pas choisir notre famille ou nos collègues de travail, mais pouvons décider de ceux qui seront nos amis.» Avec quelques efforts, nous pouvons ajouter des relations positives à notre cercle social. Voici comment y parvenir:

Faites confiance à vos sentiments

«Personne n’est entièrement positif ou négatif, mais certaines personnes de notre entourage nous semblent plus positives que d’autres. Prêtez attention à ces relations qui vous serviront de baromètre», précise Toupey Luft. Lorsque vous passez du temps avec ces personnes, soyez par la suite attentif à vos réactions spontanées. Vous sentez-vous épuisé ou en colère? Pour vous aider à comprendre vos sentiments, Toupey Luft conseille, une fois rentré à la maison, d’écrire ce que vous ressentez lorsque vous êtes en compagnie de ces personnes.

Pendant deux mois, Jennifer, conseillère conjugale, a tenté de savoir quelles étaient les personnes qui contribuaient à son dynamisme. «Si, après avoir rencontré quelqu’un que je connaissais, je me sentais légère et pleine d’énergie, j’inscrivais le nom de cette personne sur une liste, à l’endos de mon calendrier», dit-elle.
Les résultats l’ont surprise. Elle a remarqué combien elle était déprimée suite à ses rencontres avec deux amis qui ne cessaient de parler sans lui poser une seule question. Malgré cela, Jennifer ne désirait  pas mettre un terme à la relation. Elle a donc décidé de continuer à les voir une fois par mois, pour partager un repas ou une tasse de thé. «Nous avons toujours été là les uns pour les autres, et je ne veux pas me débarrasser de toutes les personnes qui me semblent négatives», explique Jennifer. «Je désire simplement me concentrer sur les amis avec lesquels je me sens bien. Plusieurs de mes amis très proches ne figuraient pas sur ma liste «de gens heureux» et pourtant, je les appellerais toujours s’il se produisait une catastrophe. Différents amis doivent jouer différents rôles».

Apprenez à vous connaître

S’il est bon de se réunir avec des amis positifs, il peut être également libérateur de se décharger émotionnellement auprès de personnes vivant des situations similaires aux nôtres. «Par contre, si l’on ne fait que se plaindre et que rien ne change, ce n’est pas très sain», précise Toupey Luft. Assurez-vous de ne pas projeter votre image. Vos amis sont-ils vraiment négatifs ou êtes-vous celui qui se plaint le plus? Vos amis parlent-t-ils exclusivement d’eux-mêmes? Répondre à ces questions vous aidera à décider si vous voulez les confronter, au risque de provoquer leur colère. Vous pouvez également décider d’espacer vos fréquentations et de laisser la relation s’estomper naturellement.

Pour connaître les qualités que vous recherchez chez un ami, faites un examen de conscience, suggère Toupey Luft. Cherchez à savoir quelles sont les cinq valeurs les plus importantes pour vous. Ainsi, si vous aimez les activités de plein air, joignez-vous à des amis avec lesquels vous pourrez faire du canot, de la bicyclette ou de la randonnée pédestre. Essayez également de définir ce que représente pour vous l’amitié positive, ajoute Toupey Luft. Quels sont vos besoins? Qu’est-ce qui favorise votre épanouissement?

 

 

 

Intégrez un groupe’

Nos loisirs peuvent parfois nous permettre de nouer de véritables amitiés. Surveillez les journaux, les sites internet ou les babillards locaux pour trouver une activité de groupe ou un cours qui vous plaira. Une fois par mois, la montréalaise Kathe Lieber participe à une soirée intitulée «repas-partage sous le thème de Shakespeare», en compagnie de 10 à 20 autres convives. Après avoir bu et mangé, les membres du groupe s’assoient en cercle, s’attribuent des rôles et lisent à haute voix une pièce de Shakespeare. «Je me suis découvert des âmes’sœurs», nous avoue Kathe Lieber. «Il est extraordinaire de vivre cette activité avec des personnes qui partagent ma passion. Je me sens comme sur un nuage». Se décrivant elle’même comme une «grande extravertie», Kathe Lieber appartient aussi à un groupe de cinéphiles, à un club de lecture et à un club de diner. En tant qu’éditrice et rédactrice  pigiste vivant seule, elle chérit les groupes auxquels elle appartient. «J’ai besoin de stimulation sociale et intellectuelle». Ses amis ont toujours été là pour elle et se soutiennent mutuellement lors des périodes difficiles, comme la maladie, le divorce ou la mort.

 

 

 

‘Ou essayez les relations personnalisées

Vous n’aimez pas faire partie d’un groupe? Essayez plutôt les interactions individuelles. «Misez sur la réciprocité», dit Toupey Luft. «Fixez-vous de petits objectifs, comme prendre un café avec une personne nouvellement rencontrée et tentez de repérer les indices de points communs. Si quelqu’un vous invite à dîner, un de ces jours, fixez une date. Si vous admirez une personne au travail, proposez-lui une promenade durant la pause diner». Lorsque vous êtes à la gym, adressez un sourire à ceux qui fréquentent régulièrement votre cours de conditionnement physique.

 

 

N’ayez pas peur d’être honnête

«Si vous vous sentez constamment déçue de la relation que vous entretenez avec une amie, essayez de lui faire part de vos besoins réciproques», explique Toupey Luft. Dites-lui par exemple quel soutien mutuel vous pourriez vous apporter dans les moments difficiles. Il se peut que votre amie ressente le besoin d’être seule alors que vous avez très envie de cuisiner ou de recevoir des appels réconfortants. «J’appelle ces conversations des «mises au point nécessaires», précise Toupey Luft». Si certaines amitiés peuvent survivre à ces mises au point, d’autres n’y résistent pas. Avec certains amis, il vous suffira d’aller au cinéma ensemble pour rire et avoir du plaisir. D’autres amis seront beaucoup plus importants pour vous en raison de la profondeur de vos liens. Comme le dit mon amie Jennifer, de Guelph, «Mes amis m’apprécient, me reconnaissent et m’entendent, sans me juger. J’espère que c’est réciproque.».

Popular Videos