Share on Facebook

4 nouvelles méthodes de contraception que vous voudrez peut-être essayer

À notre époque, le choix des méthodes de contraception est très grand. Parmi les nouvelles, laquelle vous convient le mieux?

1 / 5

Les méthodes de contraception: vos options

Si vous utilisez depuis des années la même méthode contraceptive, il y a fort à parier que vous ne connaissiez pas les nouvelles méthodes qui existent maintenant. Quant aux hommes, ils n’ont encore pratiquement que deux choix: le préservatif ou la vasectomie. Parmi ces nouvelles méthodes, l’une d’elles pourrait vous convenir, en fonction du stade de votre vie: aucun désir d’avoir des enfants; pas de grossesse prévue; mode procréation; l’époque des naissances est passée. 

«Même pour un médecin, il est difficile de se tenir au courant des derniers développements, affirme la docteure Susan Biali de Vancouver. Par surcroît, la plupart des médecins et des patients ont tendance à conserver la méthode avec laquelle ils sont confortables.»  Les femmes de 40 ans et plus sont moins portées à explorer de nouvelles options parce qu’elles pensent qu’elles ne sont plus fertiles, croit la docteure Dara Maker, codirectrice médicale du Centre de régulation des naissances à l’Hôpital du collège des femmes à Toronto. «Ce sont pourtant elles qui risquent le plus de devenir enceintes de façon inopinée parce que leur cycle menstruel varie et qu’elles n’ont plus une bonne perception des périodes où elles sont fertiles.» Voici donc quelques-uns des choix qui s’offrent à vous.


Crédit photo: iStockphoto

2 / 5

La contraception définitive Essure

Cette méthode contraceptive discrète ne nécessite aucune incision et est offerte au Canada depuis 2002. Contrairement à la ligature des trompes, cette technique consiste à bloquer les trompes de Fallope. La ligature est une chirurgie qui se pratique sous anesthésie générale et demande une convalescence de deux à trois jours; la méthode Essure nécessite un minimum de sédation. Elle est encore plus efficace pour prévenir la grossesse: 0,17 % d’échec sur cinq ans, comparé à un ou 2 % pour la ligature des trompes. 

Procédure: un gynécologue formé à la procédure utilise une minuscule caméra à l’intérieur du vagin et de l’utérus pour insérer dans chaque trompe un implant de nickel et de polyester. Le procédé ne requiert aucune anesthésie, mais un sédatif oral peut apaiser la douleur. Le procédé dure cinq minutes et la patiente peut reprendre ses activités le lendemain. «Nous conseillons habituellement aux patientes de retourner à la maison le jour de l’intervention», dit le docteur John Thiel, professeur en clinique au département de gynécologie et d’obstétrique de l’Université de Saskatchewan; ce dernier est l’un des pionniers de la méthode Essure au Canada. Les menstruations continueront pendant trois mois après l’intervention et on recommande aux femmes d’utiliser une autre méthode de régulation des naissances jusqu’à ce que la réussite de l’intervention ait été confirmée par ultrasons.

Technique: le polyester est enrobé d’une bobine métallique; maintenu en place par la bobine, le cœur de polyester provoque la croissance d’une cicatrice qui obstrue la trompe de Fallope et forme ainsi une barrière naturelle, empêchent le sperme de rejoindre les œufs.

Clientèle cible: les femmes qui ont eu leurs enfants ou qui savent pertinemment qu’elles n’en veulent pas.

Contre-indication: «Il s’agit d’une intervention irréversible; les femmes qui font ce choix doivent avoir la certitude qu’elles ne veulent plus d’enfant», poursuit le docteur Thiel. 

Disponibilité: dans toutes les provinces canadiennes à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard où aucun médecin n’est formé à cette procédure. «Le démarrage a été lent, explique le docteur Thiel, mais la progression est plus rapide maintenant». Le coût d’une intervention est de 1000$ et est défrayé par les régimes publics de santé de certaines provinces. Parlez-en à votre médecin.

3 / 5

L’anneau vaginal Nuva Ring

Cette méthode contraceptive utilise un anneau souple de caoutchouc de 5 cm (deux pouces) de diamètre. La méthode est approuvée au Canada depuis sept ans: elle provoque moins de saignements vaginaux, et contrairement à la pilule, vous n’avez pas à y penser chaque jour. «C’est un moyen contraceptif remarquable, mais les gens n’y pensent pas et éprouvent même de la répulsion pour cette méthode, explique Dara Maker. Plusieurs femmes ne sont pas à l’aise d’insérer cet anneau.»

Procédure: en pinçant l’anneau, rapprochez les deux côtés et insérez-le à l’intérieur du vagin. Répétez l’intervention une fois par mois et laissez l’anneau en place pendant trois semaines. Puis retirez-le à la quatrième semaine du cycle menstruel. Insérez un nouvel anneau le jour 1 du cycle suivant.

Technique: l’anneau libère une faible dose d’hormones contraceptives d’œstrogène et de progestérone, comparable à la dose de la pilule, qui sont absorbées par le vagin. Vous et votre partenaire ne le sentirez pas durant une relation; cependant, il peut être éjecté à l’extérieur durant une relation sexuelle ou par la pression lorsque vous allez à la selle. Bien utilisé, son efficacité est de 99 %.

Clientèle cible: les femmes qui oublient souvent de prendre leur pilule. L’anneau diminue les pertes menstruelles et les crampes, réduit l’acné et les symptômes prémenstruels, selon Dara Maker. Les femmes qui souffrent de migraines menstruelles trouvent souvent que leur état s’améliore avec l’anneau parce que ce dernier libère les hormones à un rythme beaucoup plus stable.

Contre-indication: les femmes qui ont un historique de maladie cardiaque ou de caillot sanguin, celles qui fument après 35 ans et celles qui ont des migraines avec aura ne sont pas de bonnes candidates.

Disponibilité
: Sur ordonnance partout au Canada. Un anneau coûte environ 20$.

4 / 5

La pilule Seasonale

La pilule Seasonale, approuvée au Canada en 2007, prolonge à trois mois la durée d’un cycle menstruel. Il existe aussi une pilule contraceptive nommée Lybrel qui élimine les menstruations pendant un an; offerte aux États-Unis depuis 2007, elle pose cependant des problèmes de sécurité et d’après le docteur Maker, et pourrait bien ne jamais obtenir l’approbation de Santé Canada. La réduction de la fréquence menstruelle est une bonne idée en soi, mais elle demeure controversée. «Certaines personnes craignent que ces produits n’interfèrent avec le cycle menstruel, qui est une fonction intégrante de notre organisme», explique la docteure Biali. Selon Dara Maker, pour les femmes qui souffrent d’anémie ou de migraines menstruelles, la diminution des périodes menstruelles serait bénéfique.

Procédure: avec Seasonale, vous prenez un comprimé par jour pendant trois mois (84 jours), puis un placebo pendant sept jours, soit la période de vos menstruations. Puis vous commencez un nouveau cycle. Actuellement, certaines femmes appliquent la même méthode avec les pilules contraceptives conventionnelles lorsqu’elles veulent éliminer une période de menstruations, par exemple pour des vacances ou une lune de miel, explique la docteure Biali.

Technique: Seasonale contient un mélange d’œstrogène et de progestérone, qui inhibe l’ovulation et modifie la mucosité vaginale, compliquant la tâche du spermatozoïde pour pénétrer l’œuf. D’après le fabricant, si le produit est correctement utilisé, l’efficacité est de 99 %.

Clientèle cible: Si vous avez des périodes menstruelles particulièrement intenses ou si vous souffrez d’anémie, ce pourrait être une option à envisager, mais il faudra tout de même traiter ces problèmes à la source, selon la docteure Biali.

Contre-indication: n’utilisez pas ce produit si vous ne supportez pas les méthodes contraceptives à base d’hormones, si vous fumez après 35 ans ou si vous avez un risque de maladie cardiaque ou de caillot sanguin. Les médecins ne conseilleront probablement pas en premier lieu cette méthode aux jeunes femmes. «Lorsqu’une femme commence à prendre la pilule, nous recommandons celle qui a la plus faible dose d’œstrogène puisqu’elle la prendra pendant des années, explique Dara Maker. La dose de la pilule Seasonale est relativement faible, mais pas extra faible.»

Disponibilité: sur ordonnance partout au Canada. Elles sont un peu plus onéreuses que les pilules conventionnelles, soit environ 50$ pour trois mois.

5 / 5

Le dispositif intra-utérin (DIU) et le système intra-utérin (SIU)

Malgré une réputation peu enviable qui s’est développée dans les années 70 à cause de la mauvaise conception du stérilet Dalkon Shield qui augmentait le risque d’infection pelvienne, le dispositif intra-utérin regagne de la popularité. Les nouveaux modèles comme le Nova-T et le Flexi-T en cuivre ou le Mirena, le seul système intra-utérin disponible au Canada, sont beaucoup mieux conçus et ne provoquent pas les mêmes problèmes. Dara Maker affirme que «ces appareils sont plus populaires, le taux d’utilisation chez les Canadiennes étant passé d’un à 5 % au cours des dix dernières années. Cette popularité a beaucoup à faire avec le modèle Mirena qui est tout à fait sans danger, qui ne provoque aucune infection et dont le taux d’efficacité équivaut à celui de la ligature des trompes.»

Procédure: un spécialiste en obstétrique ou en gynécologie ou votre médecin de famille insère par le col de l’utérus un dispositif de cuivre en forme de T ou un modèle de plastique. La procédure dure à peine 15 minutes et ne requiert aucune anesthésie. «La pose du stérilet peut provoquer une douleur légère ou un inconfort que l’on traite facilement avec un anti-inflammatoire, poursuit Dara Maker. Vous pourrez sentir les fils du stérilet qui dépassent l’orifice intra-utérin et qui indiquent qu’il est en place. Si votre partenaire sent les fils au cours de la relation sexuelle, vous pouvez demander à votre médecin de les raccourcir.

Technique: le cuivre du stérilet crée dans l’utérus un environnement toxique qui tue les spermatozoïdes. Le Mirena libère de la progestérone qui épaissit le mucus du col pour empêcher l’implantation d’un œuf fécondé. Le taux d’efficacité pour prévenir la grossesse est de 99 % pour le stérilet et de 98 % pour le Mirena; les deux appareils peuvent demeurer dans l’utérus pendant cinq ans.

Clientèle cible: ces appareils s’adressent aux femmes qui ont eu des enfants et même à celles qui allaitent. L’appareil est plus facile à installer chez les femmes qui ont eu un accouchement vaginal. Mais les femmes qui n’ont jamais en d’enfant peuvent aussi l’utiliser. On peut le retirer en tout temps.

Contre-indication: les stérilets de cuivre rendent les périodes de menstruation plus difficiles et provoquent plus de crampes. D’après la docteure Maker, le système Mirena pourrait diminuer les pertes menstruelles; chez certaines femmes, les menstruations s’arrêtent. La progestérone libérée par le dispositif Mirena pourrait causer des migraines plus douloureuses, mais le risque est faible. Les femmes qui ont plusieurs partenaires et ont un risque plus élevé de contracter une infection pelvienne comme la chlamydia et la gonorrhée et elles ne devraient pas utiliser le modèle Mirena.

Disponibilité
: partout au Canada sur ordonnance. Le stérilet de cuivre coûte de 70 à 150$ et le système Mirena coûte 400$. Comme ils sont en place pour cinq ans, ils sont peut-être plus économiques à long terme que la pilule ou les préservatifs.

 

Sur le même sujet:
Contraception: Quelle méthode devriez-vous choisir?
Interrompre ses règles: dangereux?
La vasectomie est-elle une solution pour votre couple?